mardi 16 janvier 2018

L’attention affective et effective au Cardinal

La couleur pourpre, symbole du combat
jusqu’au sang pour la cause du Christ
*********************
Quand le pape remet aux cardinaux leur titre, il leur enjoint : "Reçois cette pourpre en signe de la dignité et de l'office de Cardinal, elle signifie que tu es prêt à l'accomplir avec force, au point de donner ton sang pour l'accroissement de la foi chrétienne".
Ecoutons st Paul: " Je t'adjure devant Dieu et le Christ Jésus, qui doit juger les vivants et les morts, et par son apparition et par son règne: prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, censure, exhorte, avec une entière patience et (souci d') instruction. Car un temps viendra où (les hommes) ne supporteront pas la saine doctrine, mais au gré de leurs désirs se donneront une foule de maîtres, l'oreille leur démangeant,et ils détourneront l'oreille de la vérité pour se tourner vers les fables.
Pour toi, (...), endure la souffrance, fais œuvre de prédicateur de l'Évangile, remplis pleinement ton ministère (
2 Tim. 4.1-5)
Nous réitérons notre attachement indéfectible à Son Éminence le Cardinal et le portons affectueusement dans nos prières.
A la lumière de la doctrine du Concile Vatican II, l’Eglise apparaît à nos yeux comme étant socialement sujet de responsabilité à l’égard de la vérité divine
La mission de l’Eglise et le destin de l’Homme



Mission prophétique de l’Eglise 

Affection
estime,
reconnaissance
et soutien dans la prière !

lundi 15 janvier 2018

A lire absolument: l’homélie de son Exc. Mgr Sébastien Muyengo

                                     Des cris montent de Rama, Rachel pleure ses enfants
*****************

                                                     Du 4 janvier 1959 au 4 janvier 2018
Extrait de l’homélie à la messe du 4 janvier, fête des martyrs de l’indépendance (*)

Très chers frères et sœurs dans le Christ,
5. Du 4 janvier 1959 au 4 janvier 2018, l’année prochaine il fera 60 ans que le sang de Congolais continue de couler pour l’indépendance, la liberté, le droit, la justice, la dignité. Mais si en 1959, la veille de notre indépendance, le sang de nos compatriotes avait été versé sur l’ordre du pouvoir colonial, aujourd’hui ce sont nos propres frères qui ne ferment pas les yeux et bloquent les cœurs pour tuer, massacrer, violer ce qu’ils appellent de « compatriotes ».
 Comme il est devenu notre habitude à Uvira, tous les 4 janvier, journée commémorative de martyrs de notre indépendance, de célébrer une messe pour les agents de l’Etat, les militaires, les policiers, les membres de différents partis politiques, la Monusco et les autres structures engagées dans le domaine de la paix, etc., avec vous nous avons voulu prier pour toutes les victimes de ces dernières années de turbulences politiques causées par le non respect de la Constitution que nous devons pourtant considérer comme « Une Parole donnée les uns aux autres dans une Nation pour une gestion équitable dans la justice et la paix de la chose publique ».
6. Aussi nos prières s’accompagnent des messages aux différents protagonistes de cette énième crise qui nous fait passer le temps nécessaire pour le travail du développement de ce cher et beau pays aux ressources si fabuleuses, don béni de Dieu et héritage de nos ancêtres :
a/ Au Président de la République, étant encore à la tête du pays comme premier responsable de la sécurité du peuple, il doit user de tout son pouvoir pour arrêter de laisser massacrer le peuple congolais comme cela s’est passé à Kinshasa, le 31 décembre 2017, sans oublier tous ces autres massacres de 2016, et ceux perpétrés dans le Kasaï, au Nord et au Sud-Kivu, au Nord-Katanga, etc.
b/ Aux politiciens Congolais, toute tendance confondue, de faire passer l’intérêt supérieure de la Nation au-dessus de toute velléité égoïste comme ils nous en font vivre le spectacle ces derniers temps au point de faire de notre pays la risée du monde. La risée, la honte dont le symbole aujourd’hui est le corps de notre compatriote Etienne Tshisekedi wa Mulumba qui bientôt va totaliser une année dans le froid de la morgue en Belgique sans être rapatrié au pays pour y être enterré dignement.   

c/ Aux soldats et policiers congolais de comprendre avant tout que chaque fois que le peuple marche d’une manière pacifique pour réclamer ses droits fondamentaux comme celui d’aller aux élections pour se choisir des dirigeants qu’ils désirent, c’est pour eux aussi qu’il manifeste. 
Nous avons besoin d’une armée et une police républicaines, et non pas celles engagées au service de quelques individus ou groupes d’individus au pouvoir. Je m’adresse à vous qui êtes là et qui représentez tous les autres : Votre mission première est de défendre la population et non pas les hommes au pouvoir. Même au fort moment de la dictature du Maréchal Mobutu, nous n’avons jamais vu des images comme celles qu’on nous envoie de Kinshasa : des soldats et des policiers qui pénètrent dans des églises pour tuer, violer, voler, etc.
 Nous avons entendu certains d’entre vous se défendre, prétendant que ceux qui ont commis ces massacres sont des mercenaires engagés par le pouvoir. Si cela est vrai, posez-vous alors la question de savoir en quoi êtes-vous encore une armée et police nationales quand vous laissez des mercenaires entrer dans votre pays pour tuer, massacrer vos compatriotes et piller vos ressources.

D’autres parmi vous se sont justifiés en affirmant que les militaires et les policiers congolais avaient été désarmés, alors posons-nous tous la question de savoir si nous sommes encore dans un pays indépendant ou sous occupation ?
d/ A vous tous chers frères et sœurs dans le Christ, chers compatriotes, l’heure est grave, mais ne perdons pas le courage de notre foi, de notre espérance et de notre charité. Restons debout dans la prière et les actions non violentes. Comme nos frères et sœurs l’ont fait à Kinshasa et ailleurs, dans de telles situations, n’utilisons jamais les méthodes et les armes de ceux qui nous prennent pour leurs ennemis, alors que nous sommes tous frères et sœurs ; nos armes doivent demeurer ces symboles de notre foi, de notre espérance et notre charité, gage de la paix : prière à la bouche, bible (ou coran), chapelet, croix en mains.

7. Enfin, je voudrais terminer par répondre à ceux qui, ces derniers temps face à toutes ces démarches que les évêques font pour réconcilier les politiciens, prétendent que « Eglise n’est plus au milieu du village », qu’elle ne prêche plus l’Evangile. Etre une Eglise au milieu du village, prêcher l’Evangile ne veut pas dire afficher une neutralité béate, complice des injustices, des antivaleurs, de l’oppression, de la corruption, etc. que subit le peuple, bref se taire « là où Dieu pleure », parce que les hommes pleurent, souffrent des injustices, oppressions, persécutions, etc.

 Cela veut dire, au contraire, avoir les oreilles, les yeux ouverts et la langue déliée afin d’écouter, de voir pour annoncer la paix, la justice, le bien, la solidarité, la fraternité, le droit, la corruption, etc., et donc avoir les oreilles, les yeux ouverts et la langue déliée afin d’écouter, de voir pour dénoncer, condamner le manque de paix, l’injustice, le mal, la trahison, l’inimitié, le dénie du droit, la corruption, etc. L’Eglise est au milieu du village pour prêcher l’Evangile lorsqu’elle marche avec le peuple qui marche d’une manière pacifique pour revendiquer ses droits les plus fondamentaux.
 Elle est au milieu du village et prêche l’Evangile, comme il nous est dit dans ce même Evangile  d’aujourd’hui comment Jésus avait répondu à ce pharisien venu lui suggérer de s’en aller car Hérode voulait le tuer : « Allez, et dites à ce renard : Voici, je que chasse les démons et je fais de guérisons aujourd’hui et demain, et le troisième jour, j’aurai fini » (Lc 13, 32). Et comment interpréter autrement le récit de l’Evangile où il nous est dit que, exaspéré par ceux qui avaient fait de la maison de son Père une caverne de bandits, un marché, une maison de trafic, Jésus s’était fait un fouet des cordes pour les chasser du temple (cf. Jn 2, 13-18). 
La sainte colère, ça existe ! « Je suis venu jeter le feu sur la terre, et comme je voudrais que déjà il fut allumé » (Lc 12, 49), nous dit Jésus. Le feu brûle, chauffe, purifie ; le feu transforme. Appel à la conversion des cœurs dont nous avons tous besoin pour sortir de la crise, de la violence, de la haine, de l’illégalité, de l’illégitimité. Bonne année à ceux et celles qui ont le cœur à la fête là où, inconsolable, Rachel (la République), pleure ses enfants (cf. Mt 2, 18). 
 + Sébastien-Joseph MUYENGO MULOMBE
      Per viscera misericordiae Dei
                                      Evêque d’Uvira                         

dimanche 14 janvier 2018

IIème dimanche Ordinaire (B)

Lomingo la Ibale o Mobu
*************
Bandeko, Nzambe oyo abyangaki Samuel na bapostolu o mosala mwa ye, aponi mpe biso lokola bapostolo ba sika. Tondima mosala mwa biso na mpiko mpe  na nsai enene.
Liloba lya Nzambe lokola likomami o buku ya yambo ya Samuel ( 3,3b-10.19)
Mokanda mwa yambo mwa santu Polo ona bakristu ba korinti (6,13c-15a.17-20)
Nsango Elamu lokola santu Yoane akomi (1,35-42).

samedi 13 janvier 2018

En RDCongo, les catholiques unis !

Tous derrière le Cardinal Monsengwo et la Cenco
***************************
Dans l’histoire de notre pays ,jamais des chrétiens n’avaient été gazés et tués dans une église. Le 31 Décembre 2017, on a assisté à des scènes horribles à l’intérieure de nos églises: les chrétiens ont subi une violence inédite. On les a tués et brutalisés; on a désacralisé nos lieux de culte... On est arrivé jusqu'à ce niveau de mépris! C'est inacceptable.
La hiérarchise de l'Eglise est injustement et volontairement diabolisée par une compagne médiatique. On assiste à une attaque rangée  contre l'Eglise Catholique. 
la Cenco a dénoncé « une campagne d’intoxication et de désinformation » à l’encontre de l’église  
A cause de cette violence policière qui s’est introduite jusqu’à l’intérieur des nos maisons de prières et de ces accusations gratuites , nous vous prions de lire :
- la réaction du cardinal Laurent Monsengwo,
- la lettre du nonce Apostolique en RDCongo
- La conférence de presse de la Cenco,
- l’homélie de Mgr Donatien Bafwidinsoni à la messe du 12 Janvier.
 "Les victimes sont mortes à cause de notre faute, de notre péché,  de notre silence, de notre lâcheté… Ces morts partis par la justesse de leurs revendications d’une vraie démocratie dans notre pays"
L'année a commencé dans les larmes mais nous sommes des hommes de foi. Il y a de l'espoir pour un lendemain meilleur pour notre peuple. Tous les chrétiens catholiques et les hommes de bonne volonté sont derrière le Cardinal et la Cenco. Tant que notre peuple sera dans cette situation, l'Eglise continuera sa mission.

mercredi 10 janvier 2018

Abbé Donatien Nshole: messe du jubilé d’argent de sacerdoce

Louange à toi O Christ pour le don du sacerdoce!
******************************
Samedi passé à la paroisse Ste Anne de Kinshasa, en présence d'un foule nombreuse, des prêtres, parents, amis  et de 5 évêques (dont le Cardinal Laurent Monsengwo), l 'abbé Donat Nshole a célébré la messe d'action de grace pour ses 25 ans de vie sacerdotale ( jubilé d'argent).
Durant l’homélie, l'abbé Donatien Nshole est revenu sur sa devise sacerdotale: heureux les artisans de Paix car ils seront appelés fils de Dieu. Il a ensuite affirmé que la vocation sacerdotale est un don gratuit de Dieu qui appelle qui il veut. En effet, en première année au Petit séminaire de Bokoro, ils étaient une cinquantaine. De cette promotion, il est le seul prêtre en fonction.
Enfin, avec les 25 ans de vie sacerdotale, a conclu l'abbé Doantien, je ressens vivement le besoin de louer et de remercier Dieu pour son immense bonté.

lundi 8 janvier 2018

Le cardinal Laurent Monsengwo, voix de l'Afrique!

Pour l'Afrique, le Cardinal Laurent Monsengwo !
**************************************
Le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, créé cardinal par le Pape Benoît XVI au Consistoire de Novembre 2010 jouit sur le continent Africain et au-delà d’une autorité morale incontestée. En 2012, il a été chargé par le pape Benoît XVI de prêcher les exercices spirituels de carême au Vatican ,.
Membre du « C9 »
******************
Le Pape François l’a désigné en 2013 pour faire partie des neuf cardinaux chargés de le conseiller pour réformer la curie. Il porte ainsi la voix de l' Afrique dans l'Eglise Universelle.
Le « Conseil des cardinaux » institué par le pape François pour l’aider dans le gouvernement de l’Eglise et la réforme de la Curie romaine est composé de neuf cardinaux représentant les cinq continents : Oscar Andres Rodriguez Maradiaga (Honduras, coordinateur), Giuseppe Bertello (Italien, Vatican), Francisco Javier Errazuriz Ossa (Chili, pour l’Amérique latine), Sean Patrick O’Malley (Etats-Unis, pour l’Amérique du Nord), Oswald Gracias (Inde, pour l’Asie), Reinhard Marx (Allemagne, pour l’Europe), Laurent Monsengwo Pasinya (RDC, pour l’Afrique), George Pell (Australie, pour l’Océanie) et Pietro Parolin (Secrétaire d’État).
Nous réitérons notre attachement indéfectible à Son Éminence le Cardinal et le portons affectueusement dans nos prières. 

Le Pape a parlé de la RD Congo ce matin

" Il ne suffit pas de s’indigner face à tant de violence"
( Pape François)
******************************************
Discours au Corps Diplomatique accrédité près le Saint-Siège pour la présentation des vœux pour la nouvelle année. Le Pape François a, entre autre, dit: " Que la communauté internationale n’oublie pas non plus les souffrances de nombreuses parties du Continent africain, spécialement au Sud-Soudan, en République Démocratique du Congo, en Somalie, au Nigéria et en République Centrafricaine, où le droit à la vie est menacé par l’exploitation abusive des ressources, par le terrorisme, par la prolifération de groupes armés et par des conflits persistants. Il ne suffit pas de s’indigner face à tant de violence. Il faut plutôt que chacun, dans son domaine propre, œuvre activement pour éradiquer les causes de la misère et pour construire des ponts de fraternité, condition fondamentale d’un développement humain authentique".

dimanche 7 janvier 2018

Bomimonisi bwa mokonzi

Tomoni Monzoto mpe toyei kokumisa  ye
*************************
Bandeko, Mwana se moko wa Nzambe amimonisi lokola Mobikisi wa  bato ba bikolo binso. Se lokola banganga misato bautaki mosika mpo ya kokumbamela Yezu, biso mpe tokumbamela ye mpe tobonzela ye mabonza ma biso.
Liloba lya Nzambe lokola profeta Izaya akomi  (60, 1-6)
Mokanda mwa santu Polo ona bakristu ba Efeze (3,2-3a.5-6)
Nsango Elamu lokola santu Mateo akomi (2,1-12)

samedi 6 janvier 2018

Joyeux anniversaire d'ordination épiscopale à ya Philippe

26 ans de ministère épiscopal
**********************
Joyeux anniversaire d'ordination épiscopale à notre évêque ya Philippe. Il fut ordonné évêque, à Rome, le 6 Janvier 1992 des mains de Sa Sainteté le Pape Jean Paul II
Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire.
 Joyeux anniversaire ya Philippe, 
joyeux anniversaire !

mercredi 3 janvier 2018

Bonne fête à notre abbé Donatien Nshole .

Jubilé d'argent : 25 ans de ministère sacerdotal !
**************************************
 Aujourd’hui le 3 Janvier 2018, l'abbé Donatien Nshole fête son jubilé d'argent de vie sacerdotale (25 ans de sacerdoce) . Il fut ordonné prêtre à Bokoro le 3 Janvier 1993 des mains de son Excellence Mgr Léon Lesambo.
Actuellement, l'abbé Donatien est le secrétaire général de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo. Nous lui souhaitons un bon ministère dans la vigne du Seigneur.
Salela Nzambe Mokonzi na nsai enene, mosala na mpiko,; salela Nzambe Mokonzi  na nsai enene , na mpiko ya solo !

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967) dcd 18.08.16

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005) dcd 19.11.17