lundi 30 janvier 2017

Jubilé d'argent de ya Philippe: quelques points de méditation!

 Jubilé des béatitudes
***************
 
Cette semaine  sera marquée à Inongo par les préparatifs de la fête de 25 ans du jubilé épiscopal de notre évêque Mgr Philippe Nkiere. Tout le diocèse rend grâce à Dieu pour ce Pasteur que le Seigneur a donné à notre Eglise. Oui Ya Philippe, comme nous l'aimons l'appeler, est au milieu de nous comme maitre de doctrine, prêtre du culte et ministre de gouvernement .
 
Dans l'Eglise particulière qui lui est confié, il exerce sa charge de sanctifier, d'enseigner et de gouverner dans la communion avec le Souverain Pontife et les membres du Collège. Mais qu'il nous soit permis de parler ici d'un des aspects de sa vie qui aura laissé une empreinte indélébile et par lequel les hommes aiment bien souvent l'identifier.
Ya Philippe, c'est l'homme de la simplicité, de la fraternité (bondeko), le défenseur des pauvres...! Il a fait de ses vertus son style de vie.
Nous parlons d'un évêque qui circule en bicyclette dans la cité d'Inongo pour visiter ses brebis
 Il est doux et humble. Il pleure de souffrance et de compassion. Il  fait miséricorde et il témoigne avec courage de la vérité.
Nous parlons d'un évêque qui fait le travail manuel pour mettre la propreté dans l'asile des vieillards à Inongo
Jésus, le Fils de Dieu nous regarde à partir de nos impuissances ! Il nous saisit par notre fragilité. Dans notre faiblesse, il veut mettre sa force. Dans nos larmes, il veut déposer un grain de sa joie.  Ses larmes sont celles d'une compassion qui fait comprendre et entrer en sympathie avec ceux qui souffrent.
Nous fêtons le jubilé d'un évêque qui est toujours en première ligne quand son peuple vit des moments difficiles.
Nous fêtons le jubilé d'un pasteur qui, les après midi, laisse l’évêché pour aller visiter les vieillards dans leurs cases.
 Dans les pauvres, les exclus et les laisser pour compte, Ya Philippe veut  placer sa richesse.
Nous irons à Inongo, célébrer la fête d'un évêque ami des enfants; un pasteur qui joue avec les enfants
 Les Béatitudes nous sont confiées aujourd'hui, quelle que soit notre pauvreté, quelle que soit notre honte.
A Inongo, nous allons contempler un évêque qui a comme croix pectorale un morceau de bois de nos planches , soutenue par une ficelle de raphia...tout un message!
A Inongo, ce sera le jubilé d'un évêque qui voyage avec des moyens de bord comme son peuple.
Qu'allons-nous faire à Inongo? Nous allons dire merci à un pasteur qui est ami et frère de ses pretres surtout pour ceux qui sont malades.
A Inongo, nous irons fêter la simplicité d'un évêque qui au lieu d’être servi, sert des prêtres et fidèles
A Inongo, nous irons vivre l'attention et le respect aux ainés témoignés par Ya Philippe
A Inongo , nous irons célébrer le jubilé d'un grand -frère qui durant les manifestations publiques célèbre lui aussi la joie de son peuple en esquissant des pas de danses au milieu de la foule
A Inongo, nous irons louer le Seigneur pour cet évêque, qui à l'hopital, se jette dans les bras des malades pour prier et consoler.
A Inongo, nous irons au jubilé d'un homme de Dieu qui le jour de nouvel an, laisse la cathédrale pour aller célébrer la messe à l'hopital général d'Inongo auprès des malades  et prendre le repas de midi avec les prisonniers.
Lisons St Paul:  " (...) ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est (...); 1 Co 1, 26-31.
A Inongo, nous allons fêter notre pasteur que nous aimons bien et que nous appelons tout simplement: yaya (Grand -frère.
A Inongo, le diocèse célébrera le jubilé d'un homme qui a incarné les béatitudes comme style de vie...

Saint Augustin dirait: heureux le peuple qui a un tel Pasteur!

dimanche 29 janvier 2017

IVème dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Lomingo la Inei o  Mobu ( A)
**************** 
Bisengo mwambi
Première lecture: «Je laisserai chez toi un peuple pauvre et petit » (So 2,3; 3,12-13)
Deuxième lecture: «Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi » (1Co 1, 26-31)
Évangile:« Heureux les pauvres de cœur » (Mt 5,1-12a).

Nzembo: Esengo e, esengo e, esengo e
1. Esengo na bato ba motema bobola a nde bakomi o likolo
2. Esengo na bato ba motema boboto a bakonzi nde ya mokili bango
3. Esengo na bato ba motema bakolela a nde babikisi bango
4. Esengo na bato bakolimbisa baninga a nde balimbisi bango
5. Esengo na bato bakoyoka mpas'ya bosembo a nde batondisi bango 

«Heureux les pauvres de cœur, les doux, ceux qui pleurent, les cœurs purs, les miséricordieux, ceux qui sont persécutés…» En fait, Jésus ne fait que dresser son propre portrait: quand Dieu prend chair, de la crèche à la croix, il est le pauvre, le doux, le miséricordieux; il pleure avec la veuve de Naïm et les sœurs de son ami Lazare; il est artisan de paix avec les lépreux, les publicains, Nicodème et la samaritaine. Il est comme l’agneau au milieu des loups, persécuté jusqu’à la mort au milieu des brigands.
L’Évangile c’est une lumière qu’il nous faut transmettre autour de nous à tous ceux qui nous entourent, en particulier à tous les blessés de la vie. Le Seigneur nous envoie tous pour être les témoins de son amour dans le monde.Soyons partout les témoins de la bonne nouvelle de ce dimanche.

vendredi 27 janvier 2017

Notre diocèse d'Inongo se prépare à une grande fête

Vers la fin de la semaine prochaine, les diverses délégations commenceront à fouler le sol d'Inongo. Elles viendront de partout: Kinshasa, provinces, pays amis et même de l'Europe...! Au diocèse, chaque paroisse enverra aussi ses délégués. Ce sera pour le jubilé d'argent (25 ans) d'épiscopat de notre évêque Mgr Philippe Nkiere Kena. A la même occasion, le diocèse fêtera aussi les 50 ans de ministère sacerdotal de l'abbé Alidor Nzeke.
A tous les originaires de Maindombe, aux amis et à tous les hommes de bonne volonté, le diocèse vous invite cordialement à venir rehausser de votre présence cet événement qui aura lieu à Inongo. Tout culminera avec la messe solennelle qui sera célébrée le 5 Février .
Comptant sur votre présence, notre diocèse- en la personne du vicaire général Mgr Evarsite Mputu Mokuba - vous prie d’agréer, l’expression de ses respectueuses salutations.
Au plaisir de partager ces moments forts avec vous !

Mgr Evariste Mputu Mokuba
Vicaire Général 

Pour tout contact :
1. Mgr Evariste Mputu Mokuba (Vicaire général) : 00243 (0) 81 00 55 439
2. Abbé Claude Ilikiwa ( Secrétaire-chancelier): 00243 (0) 81 74 50 414
3. Abbé Achille Bongali (Curé de la cathédrale): 00243 (0) 81 62 68 123
4. Abbé  Emmanuel Nduite ( Recteur-Procureur/ Kinshasa): 00243 (0) 81 74 70 825
Je serais heureux de vous compter parmi nos invités de marque et vous invite cordialement à venir rehausser de votre présence cet événement qui aura lieu à [adresse].

Le début des festivités sera donné à X heures tapantes et, à toute fin utile, je vous prie de trouver joint à cette lettre le programme précis de la journée.

Comptant sur votre présence, je vous prie d’agréer, Madame / Monsieur le Maire, l’expression de mes respectueuses salutations. - See more at: http://www.lettres-utiles.com/lettres/inviter-le-maire-a-une-manifestation-culturelle-514.html#sthash.OrQ5Fser.dpuf

Je serais heureux de vous compter parmi nos invités de marque et vous invite cordialement à venir rehausser de votre présence cet événement qui aura lieu à [adresse].

Le début des festivités sera donné à X heures tapantes et, à toute fin utile, je vous prie de trouver joint à cette lettre le programme précis de la journée.

Comptant sur votre présence, je vous prie d’agréer, Madame / Monsieur le Maire, l’expression de mes respectueuses salutations.
- See more at: http://www.lettres-utiles.com/lettres/inviter-le-maire-a-une-manifestation-culturelle-514.html#sthash.OrQ5Fser.dpuf

Je serais heureux de vous compter parmi nos invités de marque et vous invite cordialement à venir rehausser de votre présence cet événement qui aura lieu à [adresse].

Le début des festivités sera donné à X heures tapantes et, à toute fin utile, je vous prie de trouver joint à cette lettre le programme précis de la journée.

Comptant sur votre présence, je vous prie d’agréer, Madame / Monsieur le Maire, l’expression de mes respectueuses salutations.
- See more at: http://www.lettres-utiles.com/lettres/inviter-le-maire-a-une-manifestation-culturelle-514.html#sthash.OrQ5Fser.dpuf

mercredi 25 janvier 2017

A Orval pour l'anniversaire du décès du père Yowani

25 Janvier 2012- 25 janvier 20017
**********************

Homélie à l’occasion du 5ème anniversaire du décès de Ya Yowani
( par l'abbé Albert kenkfuni)
Comme les années passent vite. Voilà déjà 5 ans que notre cher Frère Yowani nous a quittés pour la maison de Notre Père qui est au Ciel. Le fait qu’il ait rendu l’âme le 25 janvier n’est pas si anodin. Car c’est le jour où l’on clôture, chaque année, la semaine des prières pour l’unité des chrétiens. Justement, Ya Yowani reste pour nous l’icône de l’unité. Beaucoup d’entre nous l’ont estimé comme notre rassembleur. Pendant sa vie monastique ici à l’abbaye Notre-Dame d’Orval, il nous a donné l’exemple de la fraternité sans frontière, de l’attention soutenue, de l’amitié sans discrimination, en nous réunissant autour de lui ; notamment à l’occasion de chaque week-end des familles des moines.
Cette aura a donné naissance à tout un clan constitué non seulement des membres de sa famille biologique, mais aussi d’autres familles dont la famille diocésaine d’Inongo, la famille des originaires du Congo-Kinshasa et d’Afrique, ou encore la famille constituée des amis, des proches, des connaissances et de tant d’autres sympathisants de toute race, de toute langue et de toute culture qui gravitaient autour de lui. Et chacun trouvait de la place dans son cœur.
Les abbés José Monsengo, Albert Kenkfuni et  Onésime Muyembe
En nous rassemblant ainsi autour de lui, il devient justement notre icône de l’unité et notre référence en fraternité-solidarité négro-africaine. Car, en Yowani, chacun se retrouve, qui comme sœur ou frère consanguin ; qui comme ami ou sœur/frère du cœur ; qui comme confrère dans le sacerdoce ; qui comme ‘‘mwana Maindombe’’ ou ‘‘ndeko na biso ya RDC’’ pour ne pas dire comme ‘‘mwana mboka’’; etc. Il ne sera pas exagéré de dire qu’en nous précédant dans l’au-delà, Yowani devient notre ‘‘ainé’’ non seulement dans la foi au Dieu de Jésus Christ, mais aussi ‘‘l’ainé fondateur d’un nouveau clan’’ ; osons l’appeler ‘‘le clan Yowani’’.
Cette option fraternelle de solidarité, parmi tant d’autres vertus et valeurs qui ont caractérisé sa vie, Frère Yowani en a fait montre depuis sa prime enfance. En effet, son comportement digne de ce nom lui a valu quelques appellations éloquentes, en l’occurrence : ‘‘Di Jean’’, ‘‘Jean mosantu’’, ‘‘Ya Jean’’, ‘‘Ya Yowani’’… Ce sont autant d’expressions qui reflètent la bonté dont débordait son cœur. Ces désignations révèlent combien il était épris des valeurs de convivialité, de compassion, d’empathie, sans oublier sa piété originale. Il appréciait sympathiser avec tout le monde et arrivait parfois à prendre sur lui le fardeau d’autrui. On peut dire qu’il incarnait le profil aussi bien de la sainteté aux yeux des siens que de la fraternité et amitié sans frontière pour d’autres. On y voit l’écho de la bonté du cœur ; le cœur que l’Africain considère comme la source des actes humains. Ce sont là des bases solides qui ont fait de lui un artisan de l’unité qu’il nous a léguée.
 
  En plus, ce n’est pas si insignifiant qu’il ait rendu l’âme le 25 janvier, le jour où l’Eglise qu’il a servie fidèlement jusqu’au bout, célèbre la conversion de l’apôtre Paul ; laquelle conversion est devenue paradigme et proverbiale. Car, la conversion de Ya Yowani du protestantisme au catholicisme n’était pas statique. Ce fut toute une dynamique positivement progressive dont l’accès au sacerdoce et la consécration à la vie monastique constituent des preuves éloquentes. Cet itinéraire spirituel du Frère Yowani cadre avec la montée vers la perfection. Il visait toujours plus haut et plus loin dans la recherche de Dieu pour mieux Le servir en servant ses sœurs et frères humains dans le Christ. Ce fut sans doute là sa façon héroïque de répondre à l’appel du Seigneur dont il est question dans la recommandation suivante de Jésus : « Devenez parfait comme votre Père céleste est parfait ». Et Vatican II en fait l’écho dans son décret ‘‘Perfectae caritatis’’. Ce n’est pas le lieu d’entrer en détail. Pour l’essentiel, Frère Yowani nous laisse encore là un repère pragmatique et une référence interpellante. Ainsi appartient-il à chacun d’assumer au quotidien de façon croissante sa conversion au Dieu de Jésus-Christ.
 Tout compte fait, on peut dire qu’en mourant le 25 janvier, le jour de la clôture de la semaine des prières pour l’unité des chrétiens et de la fête de la conversion de Saint Paul, Frère Yowani nous interpelle à plus d’un titre. D’une part, il nous convie providentiellement à faire mémoire de ses attitudes du rassembleur et de le considérer à bon droit et à juste titre comme l’icône de l’unité. Et d’autre part, il nous invite à prendre au sérieux notre conversion baptismale ; surtout d’éviter de dérapage à l’ère où poussent comme des champignons les sectes de tout bord. Dans l’ensemble, il nous appartient de devenir des garants de cette unité pour sauvegarder ce précieux héritage et d’assumer, dans l’élan d’une conversion dynamique et sincère, son sens de fraternité, de solidarité, de convivialité, d’amitié, d’empathie, … à l’égard de tout être humain en général et à l’égard de nous, ses sœurs et frères, amis, proches, connaissances, sympathisants, de toute culture et toute race, qui avons joui de l’opportunité de le côtoyer, de le croiser sur cette terre, de vivre d’une façon ou de l’autre avec lui.
Ainsi d’un seul élan du cœur, louons, à l’occasion du 5ème anniversaire de sa mort, le Seigneur qui nous l’a donné en le mettant sur le chemin de notre existence terrestre. Car, à l’instar de Job dans l’Ancien Testament, nous pouvons proclamer, ici et maintenant, à notre tour et avec conviction : « Le Seigneur a donné, le Seigneur a retiré. Que le nom du Seigneur soit loué ». Oui, bénissons le Seigneur pour tant des merveilles accomplies dans la vie tout simple et exemplaire de notre cher Yowani.
Que tant des biens que notre bien-aimé Frère Yowani a accomplis avec tant d’amour fraternel soit pour lui une source d’abondantes grâces, de sorte que le Seigneur Jésus le compte désormais parmi les bénis et les élus de Dieu le Père au Paradis. Et d’auprès de Dieu, que le Frère Yowani intercède pour l’unité des chrétiens ; qu’il prie pour la famille et pour nous tous afin que chacun se réconcilie avec lui-même, avec les autres et avec le Seigneur, notre Dieu. Ainsi déployer des efforts, avec la grâce de Dieu, pour devenir des artisans de la réconciliation et de l’unité, c’est aussi le prix à payer pour honorer désormais, en acte et en vérité, la mémoire de notre bien-aimé Yowani.
Que Le Dieu d’amour que notre cher Frère Yowani a servi nous comble d’abondantes grâces de conversion et nous garde unis pour toujours dans le Christ Jésus. Amen !
( Abbé Albert Kenkfuni)
****Le même mois de Janvier nous rappelle aussi le décès des abbés Ignace Ngazain (le 6 Janvier) et Basile Mputu ( le  13 janvier), il y a 13 ans passés.
Bapema na boboto

mardi 24 janvier 2017

Servez le Seigneur dans allégresse.

 Bosalela Nzambe na esengo
L'abbé François Mamve a célébré sa première messe, le dimanche passé, à la paroisse Résurrection de Kinshasa.
Moto te akoki kosala, soki Nzambe'abengi ye te. 
Solo Nzambe akobenga, akolendisaka mpe.
Bondimi kosalela Nzambe, ebongi bokumisa ye; bolingi kosala malamu, ebongi bosambela ye
Ezali elanga enene, ezali bikolo bya nse; ebongi bosala na mpiko, ebongi bosala na nsai
Bokoteyaka na boboto, Nsango ndamu ya Kristu. Bokokengeleke lingomba, bokokolisaka yango
Ebongi bobondela Nzambe, moi butu bobondela ye;
 ebongi bosenga basali, bakoki kosalela ye!

dimanche 22 janvier 2017

IIIème dimanche du Temps Ordinaire

Lomingo la Isato o Mobu
********************
Autel de l'église Ste Croix- Bokoro
1ère lecture : Dans la Galilée des nations le peuple a vu se lever une grande lumière ( Is 8, 23b – 9, 3 )
2ème lecture:«Tenez tous le même langage ; qu’il n’y ait pas de division entre vous » ( 1 Co 1, 10-13.17 )
Evangile : Il vint habiter à Capharnaüm pour que soit accomplie la parole d’Isaïe ( Mt 4, 12-23 )

samedi 21 janvier 2017

21 janvier: Sainte Agnès !

Bonne fête patronale à celle que nous appelons affectueusement
Mère Agnès .

Journée de joie, nous sommes contents pour vous souhaiter bonne fête. Que Dieu vous donne bonne santé, longue vie et prospérité.

vendredi 20 janvier 2017

Des cauchemars pour arriver au lieu de deuil...!


Ces moyens de transport qui nous condamnent
Participer au deuil et aux funérailles d'un proche parent est un devoir moral surtout si les circonstances le permettent. Chez nous au Maindombe, les conditions et les  moyens de transports ont souvent empêché certains de prendre part à  ces moments historiques de la vie et cela surtout parce que l'on enterre le défunt un jour après sa mort car nous n'avons pas des morgues. Se trouver à Kiri pour ne faire qu'un exemple  est déjà un "empêchement" pour pouvoir participer à l'enterrement de son parent décédé à Bokoro, à Tolo ou à Mushie. Sortir de là n'est pas facile (vous devez faire la Lutoy puis le lac...) . Non seulement  il se pose un problème des moyens de transport mais le lac peut aussi bien vous jouer un mauvais tour.  Il faut aussi faire le compte avec le cout d'un tel voyage....! Quelle souffrance être dans une même province ( ou à une centaine de quelques kilomètres) et ne pas pouvoir participer au deuil d'un être cher!
Revenons au cas concret:
L'abbé Eric Mbo Mayo se trouvait hier à Bandundu quand il a appris le décès de sa jumelle Mpia Mayo à Bokoro. Il y est attendu. Il était impossible de partir de Bandundu hier la nuit car il fait sombre, les routes ne sont pas illuminées et l'unique moyen de transport pour arriver à Bokoro est la moto ( on est à une centaine de kilomètres de Bandundu). Il n'est parti de Bandundu que ce matin, aux premières lueurs du soleil.....!
Si pour l'abbé Eric la moto lui a facilité les choses, la sœur Pascaline Ilonkiene quant à elle prend son mal en patience car il faut d'abord arriver à Inongo puis prendre l'avion pour Kinshasa pour participer aux obsèques de son  père. 
Enfin, pour la sœur Chantal Masumbuku (à Inongo) qui a perdu sa nièce à Bandundu, c'est la résignation. Il faut partir d'Inongo pour Kutu (le lac), faire la Mfimi jusqu’à Isaka et de là, chercher un moyen de transport pour Bandundu....! Elle y arrivera certainement après l'enterrement .
Sous d'autres cieux, le problème ne se poserait pas!

jeudi 19 janvier 2017

Ordination diaconale, nomination et nouvelles nécrologiques


1. Ordination diaconale
Nous rendons grâce à Dieu pour l’ordination diaconale de notre frère l'abbé Gladys MONGBANKLIJE (de la Paroisse Sainte Famille/ Bokoro), le 12 Février 2017 à Bokoro-Sainte Famille à l'occasion de la
célébration du Jubilé d'or de la fondation de cette paroisse. Nous prions pour lui afin qu’il soit diacre selon la volonté du Seigneur.

2. Nomination
L'Abbé Eric MBO MAYO qui est  le coordinateur sous-provincial des écoles catholiques d'Inongo-Nord est aussi nommé Coordinateur Provincial des écoles catholiques de Mai-Ndombe.

3. Nouvelle nécrologique
Nous présentons nos condoléances chrétiennes
 - à l'abbé  Eric Mbo Mayo pour le décès de sa jumelle Mampia survenue ce soir à Bokoro
-  à la  sœur Pascaline Ilonkiene pour le décès de son père Ilonkiene survenu hier à Kinshasa.

mercredi 18 janvier 2017

Nous avons 23 grands séminaristes en théologie à Kikwit

 Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson! ( Mat.9, 38)
Nos grands séminaristes de la 1ère année de théologie qui ont été admis à la prise de la soutane ce lundi 16 janvier:  Joel Nzenza (de Bokoro);  Maxime Izansone (de Mushie).·3. Theophile Botuli (de Kiri); Richard Ekembe (de Kiri) et  Rodin Mpamu (de Bokoro).
Ceux qui sont en 4ème théologie: Biongo Narcisse, Botike Arsène, Ebengo Rodrigue, Finzo Trésor, Nkononi Hugues et Nyamazomi Yannick.

Nous avons donc au total  23 grands séminaristes en théologie dont 5 en 1ère année, 7 en 2ème année, 5 en 3ème année et 6 en 4ème année.  
Ceux qui ont fini la philosophie sont en stage dans nos paroisses. La prochaine fois, nous parlerons de ceux qui sont en philosophie à Kalonda.

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)