dimanche 25 septembre 2016

XXVIème dimanche du Temps Ordinaire

Lomingo la ntuku ibale na Motoba o Mobu
***************************
Moto azangi bolingo akomona Nzambe te !
Messe dans la chapelle du Petit séminaire de Bokoro
1ère lecture: «La bande des vautrés n’existera plus » 
 (Am 6, 1a.4-7)
 Dans la première lecture biblique de ce dimanche, nous avons entendu la voix du prophète Amos. Il a des paroles très dures contre l'insouciance insensée d'une bande de vauriens. Il dénonce les responsables qui sont aveuglés par leurs richesses et leurs privilèges. 
 
De ce fait, ils sont devenus incapables de voir la situation qui se dégrade dans leur pays. Ils sont enfermés dans leurs lieux sécurisés ; ils abusent de toutes les commodités possibles. Ils n'imaginent pas que leur chute est pour bientôt.
2ème lecture : « Garde le commandement jusqu’à la Manifestation du Seigneur »  ( 1 Tm 6, 11-16 ) 
 Dans la seconde lecture, saint Paul nous dit que nous serons jugés sur nos actes. A travers son disciple Timothée, c'est aussi à chacun de nous qu'il s'adresse. Il nous invite à garder le commandement du Seigneur. Il s'agit pour nous de vivre "dans la foi et dans l'amour, la persévérance et la douceur". Les disciples sont appelés à mener le bon combat" et à "s'emparer de la Vie Éternelle". Le Royaume divin à venir est déjà dans ce combat 
Evangile:«Tu as reçu le bonheur, et Lazare, le malheur. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance» (Lc 16, 19-31) 
 Dans l'Évangile, nous entendons Jésus nous raconter une parabole destinée à nous faire réfléchir. Il nous parle d'une réalité qui est à nos portes et que nous avons sous nos yeux chaque jour :
d'un côté des pauvres de plus en plus pauvres et de l'autre des riches de plus en plus riches ; d'un côté ceux qui ont trop et qui ne savent plus quoi faire de ce qu'ils possèdent, de l'autre ceux qui ne peuvent plus avoir accès aux soins et qui n'ont plus les moyens de se procurer le minimum vital pour survivre ; toujours moins alors que les autres réussissent à acquérir toujours plus.

***********
 Ce que le prophète  Amos reproche aux riches, c'est surtout d'avoir oublié le Seigneur et les exigences de la justice. Cet oubli de Dieu engendre un gaspillage insupportable des richesses du pays au profit d'une petite clique et au détriment de la masse des paysans et artisans. Si Amos revenait, imaginons un peu ce qu'il dirait : il dénoncerait le gaspillage qui est une gifle pour notre monde et nos sociétés. Quand on sait que 1% des habitants de la planète possèdent 48% du patrimoine mondial, ce n'est pas tolérable.

Voilà une situation bien connue : on en parle chaque jour ; on la dénonce, mais tout continue. Il y a toujours aujourd'hui des milliers de riches "qui portent des vêtements de luxe et font chaque jour des festins somptueux". A leur porte, se trouvent, se trouvent des millions de Lazare qui voudraient bien se rassasier de ce qui tombe de la table des riches.
 Comment ne pas penser à tous ces hommes, ces femmes et ces enfants qui  se retrouvent dans la plus extrême précarité!
 Celui qui n’aime pas ici-bas, se met lui même hors du coup, pour ce festin de Dieu, où n’entrent que ceux qui savent aimer. 
N’attendons pas demain pour nous mettre à aimer.

Aucun commentaire:

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)