vendredi 30 septembre 2016

Je me souviendrai, je me souviendrai!

 Photos d'un retour dans notre cher Maindombe
************************
Il y a des images qui sont difficiles à effacer de la tête. Il y a des moments de la vie où, devant certaines réalités, l'on se sent impuissant... Ces photos, prises lors d'un voyage au Maindombe, resteront à jamais marqué dans la mémoire; ces photos continueront à donner des insomnies, ces photos de l’éternelle question: pourquoi? Mais ces photos poussent aussi à un sursaut d'orgueil et contraignent à dire: les choses doivent changer.
Au beach de Kutu, une femme fait la vaisselle
Un porteur transporte sur ses épaules un sac de plus de 80 Kg
la lessive
Les canots avec des expatriés des ONG
Notre peuple...
Condition de voyage de notre peuple
Les malades à l'hopital
Les femmes reviennent des champs
la vie quotidienne de notre peuple
l'unique charpentier du village
Une fillette que l'on perfuse

Un monsieur entrain de fabriquer des briques pour construire sa maison
Là au fond, le camp d'une usine qui déboise nos forets
le jour de notre départ du village.....
On en sort le souffle coupé: pourquoi ce peuple doit-il souffrir ainsi alors qu'il habite une terre où coulent le lait et le miel?

mercredi 28 septembre 2016

La communauté d'Inongo à Rome remercie la sœur Kelikwele

Bon retour au diocèse ma sœur
******************
La communauté d'Inongo à Rome a dit, cet après midi, aurevoir à la sœur Georgine Kelikwele qui rentre définitivement au Congo après son doctorat obtenu à l'Université salésienne. Ce fut une occasion de joie  mais aussi de tristesse car la sœur Georgine faisait la "maman" de la communauté. En bonne sœur, elle avait un rôle unique. Elle passe la balle à la sr Wivine.


La sœur Georgine est nommée coordinatrice des écoles conventionnées catholiques de la zone pastorale sud et elle habitera la communauté des sœurs de Nioki.


La communauté d'Inongo a saisi cette occasion pour la remercier et pour lui souhaiter un bon service dans nos écoles.

mardi 27 septembre 2016

Nouvelle nécrologique

 Nous nous souviendrons d'elle
************************
Nous venons d'apprendre, non sans douleur, le décès inopiné de la sœur Nicole Nsolo. La religieuse décédée avait passé un temps de probation  à Inongo et à Bokoro, en vue de passer de son propre institut (St Joseph de Cuneo) à la congrégation diocésaine des sœurs de l’Immaculée Conception d'Inongo. Le Seigneur en avait décidé autrement car elle a continué sa vie religieuse dans un autre institut. Hier, le Seigneur l'a rappelée à Lui, après une courte maladie à Mulhouse en France.
Pendant que nous invoquons la miséricorde du Seigneur sur elle, nous présentons nos condoléances chrétiennes à tous ceux qui sont affectés par cette mort en commençant par sa famille biologique et spirituelle.   RIP

lundi 26 septembre 2016

Une nouvelle semaine commence


Au son de la joie et de la fête, allons à la rencontre du Seigneur
*********************************.  

Hymne : Un jour nouveau commence 

Liturgie des Heures - Office des Laudes


Un jour nouveau commence,
Un jour reçu de toi,
Père,
Nous l’avons remis d’avance
En tes mains tel qu’il sera.

Émerveillés ensemble,
Émerveillés de toi,
Père,
Nous n’avons pour seule offrande
Que l’accueil de ton amour.

Marqués du goût de vivre,
Du goût de vivre en toi,
Père,
Nous n’avons pas d’autres vivres
Que la faim du pain rompu.

Comment chanter ta grâce,
Comment chanter pour toi,
Père,
Si nos cœurs ne veulent battre
De l’espoir du Corps entier ?


Le jour nouveau se lève
Le jour connu de toi,
Père ;
Que ton Fils dans l’homme achève
La victoire de la croix !

Oraison
Dieu qui nous as fait parvenir au début de ce jour, sauve-nous aujourd'hui par ta puissance : que nos cœurs ne s'abandonnent pas au péché mais que, par nos pensées, nos paroles et nos actes, nous cherchions la justice du Royaume.

dimanche 25 septembre 2016

XXVIème dimanche du Temps Ordinaire

Lomingo la ntuku ibale na Motoba o Mobu
***************************
Moto azangi bolingo akomona Nzambe te !
Messe dans la chapelle du Petit séminaire de Bokoro
1ère lecture: «La bande des vautrés n’existera plus » 
 (Am 6, 1a.4-7)
 Dans la première lecture biblique de ce dimanche, nous avons entendu la voix du prophète Amos. Il a des paroles très dures contre l'insouciance insensée d'une bande de vauriens. Il dénonce les responsables qui sont aveuglés par leurs richesses et leurs privilèges. 
 
De ce fait, ils sont devenus incapables de voir la situation qui se dégrade dans leur pays. Ils sont enfermés dans leurs lieux sécurisés ; ils abusent de toutes les commodités possibles. Ils n'imaginent pas que leur chute est pour bientôt.
2ème lecture : « Garde le commandement jusqu’à la Manifestation du Seigneur »  ( 1 Tm 6, 11-16 ) 
 Dans la seconde lecture, saint Paul nous dit que nous serons jugés sur nos actes. A travers son disciple Timothée, c'est aussi à chacun de nous qu'il s'adresse. Il nous invite à garder le commandement du Seigneur. Il s'agit pour nous de vivre "dans la foi et dans l'amour, la persévérance et la douceur". Les disciples sont appelés à mener le bon combat" et à "s'emparer de la Vie Éternelle". Le Royaume divin à venir est déjà dans ce combat 
Evangile:«Tu as reçu le bonheur, et Lazare, le malheur. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance» (Lc 16, 19-31) 
 Dans l'Évangile, nous entendons Jésus nous raconter une parabole destinée à nous faire réfléchir. Il nous parle d'une réalité qui est à nos portes et que nous avons sous nos yeux chaque jour :
d'un côté des pauvres de plus en plus pauvres et de l'autre des riches de plus en plus riches ; d'un côté ceux qui ont trop et qui ne savent plus quoi faire de ce qu'ils possèdent, de l'autre ceux qui ne peuvent plus avoir accès aux soins et qui n'ont plus les moyens de se procurer le minimum vital pour survivre ; toujours moins alors que les autres réussissent à acquérir toujours plus.

***********
 Ce que le prophète  Amos reproche aux riches, c'est surtout d'avoir oublié le Seigneur et les exigences de la justice. Cet oubli de Dieu engendre un gaspillage insupportable des richesses du pays au profit d'une petite clique et au détriment de la masse des paysans et artisans. Si Amos revenait, imaginons un peu ce qu'il dirait : il dénoncerait le gaspillage qui est une gifle pour notre monde et nos sociétés. Quand on sait que 1% des habitants de la planète possèdent 48% du patrimoine mondial, ce n'est pas tolérable.

Voilà une situation bien connue : on en parle chaque jour ; on la dénonce, mais tout continue. Il y a toujours aujourd'hui des milliers de riches "qui portent des vêtements de luxe et font chaque jour des festins somptueux". A leur porte, se trouvent, se trouvent des millions de Lazare qui voudraient bien se rassasier de ce qui tombe de la table des riches.
 Comment ne pas penser à tous ces hommes, ces femmes et ces enfants qui  se retrouvent dans la plus extrême précarité!
 Celui qui n’aime pas ici-bas, se met lui même hors du coup, pour ce festin de Dieu, où n’entrent que ceux qui savent aimer. 
N’attendons pas demain pour nous mettre à aimer.

samedi 24 septembre 2016

La lutte pour la survie

La RDCongo est l'un des pays les plus riches du monde. Ici il faut lutter pour survivre. Le cout des prix au marché nous dit le pouvoir d’achat du peuple...il faut parfois acheter un peu de sel dans un tout petit récipient ( 0,2 centimes de dollars) pour la cuisine. C 'est la réalité sur terrain au final qui décrit ce que vit ce peuple
100FC =0,10 centimes de dollars
50FC=0,5centimes de dollars
Tôt le matin, il faut se réveiller pour aller vendre des légumes pour faire vivre sa famille
300Fc=0,30 centimes. Familles incapables d’acheter un sac entier


8 jours de voyage vers Kinshasa pour aller vendre des "mfumbwa"; sous la pluie...sous le soleil!
Un bourgeon germera

vendredi 23 septembre 2016

Inégalités : l'écart entre riches et pauvres ne fait que se creuser!

Un des cas: les charrettes sont devenues  les moyens de transport les plus ordinaires  des marchandises  sur nos routes, par manque des véhicules. Mais la chose devient plus préoccupante quand ils faut parcourir de longues distances  sur des routes qui n'existent presque plus. On imagine la fatigue et la souffrance de notre peuple. La première photo montre les commerçants qui de retour de Kinshasa, ont chargé leurs marchandises  sur des charrettes pour leurs villages d'origines. Ils doivent parcourir au moins 80 km.
les commerçants de Semendwa avec leurs bagages ... ils ont déjà parcouru 32 Km, il reste encore 32  à parcourir!
Les chrétiens de Nkaw ont parcouru 150 km  pour ramener leur moulin
A Inongo, chef-lieu de la province, les charrettes sont baptisées: "taxi ya bana mboka"
Du magasin pour transporter les matelas achetés
Transports des sacs de fufu
6 km à la recherche des bois de chauffage

 Les inégalités sont  très criantes.

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)