jeudi 25 décembre 2014

Joyeux Noël à tous: lettre pastorale de Mgr l’évêque pour Noël 2014

MESSAGE DE NOËL 2014
AUX FRERES ET SŒURS DU DIOCESE D’INONGO :
Un enfant nous est né ( Is.9,5 ; Lc 2, 7)
Entrons dans les temps nouveaux d’une humanité aimée et radicalement fraternelle.



Frères et Sœurs bien-aimés,
Joyeux Noël !
Noël, quel mystère d’amour ! Le Fils de Dieu devient l’un de nous, chair de notre chair, sang de notre sang ! Il naît d’une femme de notre terre (Gal.4, 4). Il naît comme tout enfantfragile, « emmailloté » (Lc 2, 7) ; il naît comme un pauvre parmi les pauvres, « couché dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune » (Lc 2, 7). Les premiers à qui est annoncée la nouvelle de sa naissance sont des bergers : des hommes méprisés à l’époque, réputés ignorants, impurs voleurs…
Chers Frères et Sœurs,
En naissant comme un enfant faible et pauvre, le Fils de Dieu vient nous dévoiler un autre visage de Dieu. Un Dieu différent, étonnant, déroutant. Un Dieu faible et pauvre, qui veut, par amour, communier à toute détresse humaine pour nous en délivrer. Seul l’amour en effet sauve véritablement. Un Dieu qui prend parti pour les méprisés, les exclus et les rejetés afin que personne ne soit perdu (Mt 18, 14). Un Dieu qui descend, par sa mort sur la croix, jusqu’au plus bas de l’en bas. Il rejoint par là tout humain et tout l’humain jusque dans sa déchéance la plus abjecte. Il brise ainsi à la racine tout mépris, tout rejet de l’autre.
En naissant comme un enfant fragile et pauvre, le Fils de Dieu vient ouvrir toute notre humanité aux temps nouveaux d’une humanité aimée par Dieu et appelée à une radicale fraternité entre tous et toutes. Le lien de fraternité qui nous unit les uns aux autres et fait de nous frères et sœurs en humanité vient d’en Haut. C’est un don de Dieu que nous ne pouvons ni banaliser ni accueillir passivement…comme le serviteur qui, par peur, cache le talent reçu dans la terre (Mt 25, 25) !
Frères et Sœurs bien aimés,
En naissant comme un enfant fragile et pauvre, le Fils de Dieu nous interpelle sur la dignité des pauvres. La dignité des faibles et des pauvres n’est pas une faveur qu’on leur accorde. Elle est un droit. Tout être humain même le plus vil et le plus inculte a droit à la dignité. Pour nous chrétiens, cela fait partie de notre foi à la commune humanité qui relie le Fils de Dieu à nous, dans la puissance de l’Esprit Saint.
 La fête de Noël est la fête de la dignité des faibles, des petits et des pauvres…Mais, quand on voit ce qui se passe dans notre pays, dans nos cités, dans nos familles et même dans nos communautés chrétiennes, on est loin du respect et de la dignité que méritent ceux à qui le Seigneur s’est identifié. C’est en effet lui-même que l’on méprise en méprisant un frère ou une sœur faible, pauvre… (Mt 25, 31-46). Comment célébrer Noël tout en laissant ses frères et sœurs humains dans la solitude, dans la faim, dans le dénuement ?
Frères et Sœurs bien aimés,
En naissant comme un enfant faible et pauvre, le Fils de Dieu nous montre son engagement, son combat pour une humanité fraternelle. En son temps comme aujourd’hui, la fraternité ne va pas de soi. Le système de Caïn ou le droit du plus rusé et du plus violent continue à réguler les relations entre les peuples et les individus aujourd’hui. L’Argent devenu l’idole divise l’humanité en deux blocs : les riches et les pauvres. La mondialisation elle-même est une mondialisation marchande. Dans ces conditions, vouloir la fraternité entre tous à partir des plus faibles et pauvres est « aller à contre-courant ». C’est un combat qui amène solitude, persécutions, rejet. Mais c’est le seul chemin véritable pour une humanité fraternelle, condition « sine qua non » pour la survie de notre humanité. La fraternité ou la mort. Seule « la civilisation de l’amour » (Bienheureux Pape Paul VI) peut nous sauver du goût de meurtre au lieu du goût de donner la vie. Oui mes frères et sœurs, Seul l’amour divin répandu dans nos cœurs par l’Esprit de Jésus-Christ (Rm 5, 5) devenu l’un de nous, nous rendra vainqueurs de la haine. Quand nous nous laissons habiter par cet amour là, alors nous naissons à un temps nouveau : nous sommes alors passés de la mort à la vie parce que nos aimons nos frères » (1 Jn3, 14). Voilà un des messages de Noël à méditer et à vivre.
Frères et Sœurs,
Noël, quel mystère d’amour ! Un temps de fête pour tous ! Que les différents jubilés de cette année 2014(cfr notre lettre du 31 Octobre 2014) soient célébrés dans la joie des temps nouveaux où le Fils de Dieu nous introduit en naissant comme un enfant humain faible et pauvre !
Joyeux Noël à tous et mes vœux les meilleurs pour l’année 2015 ! Que le Seigneur nous bénisse et fasse de nous une bénédiction pour nos frères et sœurs humains !
Fait à Inongo, le 24/12/2014
+ Philippe NKIERE KENA
   Evêque d’Inongo


Aucun commentaire:

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)