lundi 24 décembre 2012

Lettre de Noël de Mgr l’évêque



MESSAGE DE NOEL 2012

Aux frères et sœurs du Diocèse d’Inongo

« Le Fils de Dieu s’est fait notre frère humain, en naissant comme un enfant… » (Jn 1,14 ; Lc 2,7)

Les « sans-voix » et les faibles au cœur de notre foi chrétienne

Frères et sœurs bien-aimés, Joyeux Noël à vous tous et vous toutes !
En cette « année de la foi », je vous souhaite paix et espérance en Celui qui, par amour pour nous, a voulu naître comme un enfant de notre terre ! Il est la Parole même de Dieu adressée aux hommes du passé, du présent et de l’avenir (He 1, 1-3), ainsi qu’à tout l’univers.
Qu’Il nous révèle le sens profond de sa proximité inédite et scandaleuse avec les exclus. Qu’Il nous apprenne à respecter, à aimer et à défendre les innombrables silencieux et faibles de notre société. Qu’Il fasse de nous des bâtisseurs d’une « nouvelle civilisation », celle d’une radicale fraternité entre tous les humains de cette terre. Bonne fête de la Nativité du Seigneur.
Chers frères et sœurs,
Selon l’Evangile de Luc (Lc 2, 1-14), Jésus naît dans un pays dominé par l’Empire romain et intérieurement divisé entre « gens de valeur » et « gens sans valeur » comme l’étaient les bergers. Jésus naît parmi les pauvres ; Il naît pauvre (Lc 2,7). Depuis son humble naissance jusqu’à sa mort ignominieuse sur la croix au milieu de deux malfaiteurs (Lc 23,33), Jésus s’est volontairement identifié aux derniers…par amour. Le Dieu qu’Il annonce et dont Il se fait le témoin par sa praxis n’est pas le Dieu des puissants et des vainqueurs. Il est avant tout le Dieu des faibles et des perdants ; le Dieu de ceux qui, comme les enfants, ne savent ni parler ni se défendre. Le Dieu de Jésus (Notre Dieu) est un Dieu amoureux de l’homme, de tout homme et de tout l’homme. A ses yeux, nul n’est perdu, nul n’est indigne.                               En s’identifiant à un enfant, Jésus   nous dévoile le visage d’un Dieu autre, un Dieu humain, un Dieu proche et solidaire des faibles et des « sans voix ».
Quel Dieu est donc notre Dieu « pour nous aimer ainsi fils de la terre » ? Il est vraiment juste et bon de lui rendre gloire. Qu’il ouvre  nos vies à la puissance de l’Amour  dont il nous aime, afin que nous pissions, à notre tour, nous livrer totalement à lui dans l’Amour qui nous constitue (Rm 5,5).
                Chers frères et sœurs,
Célébrer Noël c’est aussi accueillir la joyeuse nouvelle subversive de la dignité inestimable des innombrables marginalisés de notre société, de notre pays. Dieu lui-même, en son Fils, est venu briser le désordre établi par des structures humaines mensongères et violentes, semeuses de divisions. Il est venu, en son Fils, abattre nos frontières de tout genre pour faire asseoir à une même table l’homme et la femme, le noir et le blanc, le pauvre et le riche, le musulman et le chrétien, l’inculte et le savant. Célébrer Noël c’est respecter, aimer et défendre les « laissés pour compte » de nos villages, de nos cités, de nos communautés familiales, scolaires, professionnelles…..Pensons spécialement à nos frères et sœurs de l’Est en situation de guerre. Que de misères à cause du dieu Argent ! On ne peut pas, au nom de notre foi, rester neutre face à cette situation de guerre, de péché.
Je propose que pour les festivités de Noël et Nouvel An de cette année, chaque paroisse organise une fête pour ceux et celles que nous ne fêtons jamais (les handicapés, les prisonniers, les épileptiques, les orphelins…etc.)
Frères et sœurs bien-aimés,
Aujourd’hui plus que jamais en ce temps de grande crise mondiale, notre monde a besoin des « bâtisseurs d’unité », des « abatteurs » de frontières. Nous le serons vraiment dans la mesure où, à la suite de Jésus, nous donnerons aux faibles et aux « sans-voix »leur place dans la société et l’Eglise : la première ! C’est une exigence de notre foi chrétienne. C’est un combat chrétien pour une véritable mondialisation selon le cœur de Dieu. C’est un combat de chaque jour…
Que la Vierge Marie qui a cru à la parole lui dite de la part de l’Ange (Lc1, 45) nous aide à croire au « Dieu de l’impossible » qui choisit les faibles, renverse les puissants de leur trône et élève les humbles (LC 1,52).
Que le Seigneur fasse briller sur nous son visage tout au long de l’année nouvelle 2013. Qu’Il nous transforme par son Amour en des hommes et des femmes solidaires des plus démunis pour une humanité véritablement fraternelle. Que notre Dieu nous bénisse et bénisse tous nos frères et sœurs en humanité.  Amen !

 + Philippe NKIERE KENA                                                                
 Evêque d’Inongo
                                            Inongo, ce 24 décembre 2012

Aucun commentaire:

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)