lundi 31 décembre 2012

Certains événements au diocèse en cette année 2012

 Ordination sacerdotale de l'abbé Fidèle Ikombila à Semendwa le 13 Mai !
 Décès de l'abbé Albert Nzengeri à Kutu et enterrement à Bokoro
 Marche des chrétiens à Inongo pour la non balkanisation du Congo

 Marche des chrétiens à Inongo
 Chapitre général de nos sœurs à Kutu. la sr Kula élue mère générale !
 Nos sœurs qui se préparent aux vœux perpétuels vont  suivre une session à Kikwit. Une première...!
 La retraite et la journée sacerdotale de tous prêtres à Inongo
 Les vœux temporaires et le jubilé de 25 ans de vie religieuse de certaines sœurs à Inongo
 Le décès du père Amerikani Bruno à Kinshasa...
 Le cardinal Monsengwo et notre évêque au jubilé de cent ans de la paroisse d'Ibeke à Kiri
 En voyage vers Ibeke: Mgr l’évêque et la délégation sur la Lutoy
Mgr Lesambo fête ses 83 ans....

Bonne fin d'année à tous nos lecteurs........

dimanche 30 décembre 2012

Sainte Famille !

Lectures de la messe

1ère lecture : L'enfant donné par le Seigneur (1 S 1,20-22.24-28)


Lecture du premier livre de Samuel
 
Le temps venu, Anne conçut et mit au monde un fils ; elle lui donna le nom de Samuel (c'est-à-dire : Dieu exauce) car, disait-elle : « Je l'ai demandé au Seigneur. »
Elcana, son mari, monta au sanctuaire avec toute sa famille pour offrir au Seigneur le sacrifice habituel et celui du vœu pour la naissance de l'enfant.
Anne, elle, n'y monta pas. Elle dit à son mari : « Quand l'enfant sera sevré, je l'emmènerai : il sera présenté au Seigneur, et il restera là pour toujours. »
Lorsque Samuel eut été sevré, Anne, sa mère, le conduisit à la maison du Seigneur, à Silo ; elle avait pris avec elle un taureau de trois ans, un sac de farine et une outre de vin.
On offrit le taureau en sacrifice, et on présenta l'enfant au prêtre Éli.
Anne lui dit alors : « Écoute-moi, mon seigneur, je t'en prie ! Aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se tenait ici près de toi en priant le Seigneur.
C'est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l'a donné en réponse à ma demande.
À mon tour je le donne au Seigneur. Il demeurera donné au Seigneur tous les jours de sa vie. » Alors ils se prosternèrent devant le Seigneur.

Psaume : ( 83, 3, 4, 5-6, 9-10 )

R/ Seigneur, en ta demeure, toute paix, toute joie !
Mon âme s'épuise à désirer
   les parvis du Seigneur ;
mon cœur et ma chair sont un cri
   vers le Dieu vivant !


L'oiseau lui-même s'est trouvé une maison,
   et l'hirondelle, un nid :
tes autels, Seigneur de l'univers,
   mon Roi et mon Dieu !


Heureux les habitants de ta maison :
   ils pourront te chanter encore !

Heureux les hommes dont tu es la force :
   des chemins s'ouvrent dans leur cœur !


Seigneur, Dieu de l'univers, entends ma prière ;
   écoute, Dieu de Jacob.

Di eu, vois notre bouclier,
   regarde le visage de ton messie.

2ème lecture : Dieu fait de nous ses enfants ( 1 Jn 3, 1-2.21-24 )


Lecture de la première lettre de saint Jean
Mes bien-aimés, voyez comme il est grand, l'amour dont le Père nous a comblés : il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu — et nous le sommes. Voilà pourquoi le monde ne peut pas nous connaître : puisqu'il n'a pas découvert Dieu.
Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est.
Mes bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous nous tenons avec assurance devant Dieu.
Tout ce que nous demandons à Dieu, il nous l'accorde, parce que nous sommes fidèles à ses commandements, et que nous faisons ce qui lui plaît.
Or, voici son commandement : avoir foi en son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l'a commandé.
Et celui qui est fidèle à ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous reconnaissons qu'il demeure en nous, puisqu'il nous a donné son Esprit.

Evangile : Les parents de Jésus le retrouvent chez son Père ( Lc 2, 41-52 )

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Vraiment, tu es un Dieu caché, Dieu parmi les hommes, Jésus, Sauveur ! Alléluia. (cf. Is 45, 15)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
 
Chaque année, les parents de Jésus allaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque.
Quand il eut douze ans, ils firent le pèlerinage suivant la coutume.
Comme ils s'en retournaient à la fin de la semaine, le jeune Jésus resta à Jérusalem sans que ses parents s'en aperçoivent.
Pensant qu'il était avec leurs compagnons de route, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances.
Ne le trouvant pas, ils revinrent à Jérusalem en continuant à le chercher.
C'est au bout de trois jours qu'ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions,
et tous ceux qui l'entendaient s'extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses.
En le voyant, ses parents furent stupéfaits, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme nous avons souffert en te cherchant, ton père et moi ! »
Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m'ayez cherché ? Ne le saviez-vous pas ? C'est chez mon Père que je dois être. »
Mais ils ne comprirent pas ce qu'il leur disait.
Il descendit avec eux pour rentrer à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements.
Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, sous le regard de Dieu et des hommes.

Inongo les a engendrés !

Le père Théo Bola Théo (vicaire de la paroisse Notre  Dame de l'Assomption à Gare) avec la soeur Valerie Mayo ( supérieure régionale des soeurs pasionistes en Tanzanie)
 et l'abbé Donat Nshole en Tanzanie hier.
Bokutani bolamo na bino bandeko. Votre diocèse vous porte toujours dans son coeur et dans ses prières. 

vendredi 28 décembre 2012

Les Saints Innocents, martyrs !

Un cri s'élève dans Rama, des pleurs et une longue plainte : c'est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas qu'on la console, car ils ne sont plus.
 Le pouvoir qui ne passe pas, c'est connaitre Dieu et son envoyé, Jésus-Christ, béni par dessus tout dans les siècles sans fin.
Pensons aujourd’hui à plusieurs enfants innocents victimes de violence de toute sorte et inimaginable !

jeudi 27 décembre 2012

Annonce diaconat à Nioki

Mgr l’Évêque (qui est à Kinshasa depuis hier pour la Belgique)
a publié officiellement l'acceptation au diaconat pour le 3 février à Nioki  (juste un jour après les vœux perpétuels) de 7 séminaristes dont Alfred Mbenge, Claude ILIKIWA, Jude Mabu , Justin Maliki, Maximilien Wango, Herman Opwembio et Pascal Mombganklije.  Ils commencent la retraite à Nioki du 27 Janv. au 2 févr. matin.

mardi 25 décembre 2012

Mokanda mwa Episkopo o eleko ya Mbotama ( Lingala)


MBOTAMA 2012
Mokanda ona bandeko bakristu ya Diocèse ya Inongo

« Mwana Nzambe akomi ndeko ya biso bato ; abotami lokola mwana moke» ( Jn 1,14 ; Lc 2,7)

Bato batau mpe bato mpamba bazali na ntina monene mpo ya biso bakristu
Bandeko ba bolingo,

Eyenga elamu ya mbotama na bino banso !.

Na mobu moye mwa boyambi, awa tokosepela mbotama ya Yezu lokola mwana moke o kati ya biso bato, natombeli bino boboto mpe elikya oyo mbotama ya ye ememeli biso.Ye nde Liloba ya Nzambe mpo ya bato banso mpe bikelamo binso, lelo, lobi mpe o bileko na bileko (He 1, 1-3).
Yemei ayebisa biso na bozindo ntina nini ye mwana Nzambe andimi komikomisa mwana moke, moto mpamba! Yemei asalisa biso ‘te toyeba kokumisa, kolinga mpe kobatela bato ebele ya mokili ya biso batalami lokola bana mike mpo bakoki koloba te, kosala eloko te ata onyokoli bango! Yemei akomisa biso bato bazali kobunda etumba ya kotika nzela ya kovanda lisanga ndenge tozali sikawa. Toluka ndenge mosusu ya kotambola na bomoi, esika wapi topesi kilo na bomoi ya moto nyonso ya mokili oyo. Eyenga elamu ya Mbotama ya Mokonzi Yezu.
Bandeko ba bolingo,
Na Nsango Elamu ya Lukasi (2, 1-14) ekomami ‘te ntango Yezu abotami, ekolo ya ye ezalaki na maboko ya Mokonzi monene ya Roma nkombo César Auguste. Ekolo ya ye ezalaki na kati ya yango moko na bokabwani : bato basimbi mokili na baye bazanga, babola, lokola bakengeli mpata.
Yezu abotami kati ya babola, abotami mobola (Lc 2,7). Kobanda mbotama ya ye tee liwa ya ye o kuruse, kati ya babomi babale (Lc 23,33), Yezu andimi, mpo ya bolingo, komikotisa na molongo ya bato mpamba. Ezala na maloba, ezala na misala mpe na ndenge ya ye ya kozala, Yezu amonisi polele ‘te Nzambe ye ayei kosakola mpe komonisa na bato, azali liboso liboso Nzambe ya bato batau, Nzambe ya babola, ya bato mpamba, Nzambe ya baye bazali lokola bana bake, bayebi koloba te, bazali na nguya ya komibikisa te. Azali Nzambe te ya bato bamitiyi likolo ya baninga bato ; Nzambe ya biso alingi bato mingi, alingi moto nyonso mpe maye manso matali moto. Mpo ya Nzambe ya biso, moto moko te azali moto abungama, moto azanga ntina.
  .Awa andimi kobotama lokola mwana moke, Yezu ayei komonisa elongi ya solo ya Nzambe ya biso: Nzambe ya solo oyo azali ndeko ya babola, ndeko ya bato batau…..Nzambe ya biso azali nde nani mpo alingi biso, bana ya Adamo, ndenge wana?! Ya solo, ebongi mpenza topesa ye nkembo mpe lokumu mpo ya bolingo bonene alingi biso. Yemei afungola biso mitema mpo’te nguya ya bolingo ye apesi biso (Rm 5,5) emema biso mokolo na mokolo na nzela ya misala mikosepelisa ye.
            Bandeko ba bolibgo,
Kosepela eyenga ya Mbotama ezali mpe kondima Nsango Elamu ya lokumu mpe “valeur” Nzambe apesi bato mpamba ya mboka ya biso, ya ekolo ya biso. Bazali ebele: toyebi yango. Nzambe ayei, na kati ya mwana ya ye  Yezu, kobuka mobulu ya bato bazali kokosa biso, kokotisa bitumba mpo ya kokabola biso na makambo ndenge na ndenge. Ayei kovandisa na mesa moko mwasi na mobali, moto moindu na mondele, mobola na moto ya nkita, musulman na mokristu, moto ayebi kotanga te na moto ya mayele mingi.
Kosepela Mbotama ezali bongo kopesa kilo na bato babwakama ya mboka ya biso, ya mabota ma biso, ya kelasi ya biso, ya bisika ya biso ya mosala. Kopesa bango kilo, kolinga bango mpe kobatela bango. Tokanisa mingi mpenza na bandeko bazali na bitumba na Kivu (Nord et Sud Kivu). Lokoso ya mbongo oyo tokomisi « nzambe » ya biso ezali koboma biso. Na nkombo ya boyambi ya biso, tokoki kondima te makambo mazali koleka na Esti ya Ekolo ya biso.
Nakosenga ‘te na feti eye ya Mbotama to ya mobu mwa sika, paroisse moko moko esala feti mpo ya bandeko baye tosalaka bango feti te (bana bitike, bamama mpe batata batikala bango mongo, bato ya boloko, ba handicapés…).

Bandeko ba bolingo,
Na mokili ya biso lelo, lokola na mokili mobimba, tosengeli na bato bayebi kosangisa baninga, koluka na molende bomoko. Tokokota na nzela wana soko tobandi kolanda nzela Yezu alandaki: kopesa bato batau mpe bato babwakana esika ya bango na société mpe na Eklezya. Esika yango ezali esika ya liboso!. Ezali ndenge boyambi ya biso bozali kosenga biso. Ezali etumba mpo ya biso bakristu ya komema mokolo na mokolo mpo ‘te mokili mobimba mokola ndenge motema ya Nzambe molingi.
Maria, Mama wa boyambi (LC 1, 45) asambela mpo ya biso mpo’te tokola na kati ya boyambi na Nzambe oyo aponoko bato batau, akitisaka bato ba nkita mpe atombolaka bato mpamba (Lc 1, 52).
Mokonzi angengisa biso bilongi na bolingo bwa ye, mobu moye mwa sika 2013 mobimba. Akomisa biso na nguya ya bolingo bwa ye, bato bakangami makasi na bandeko batau mpo bato banso ya mokili bakoma bandeko. Nzambe abenisa biso; abenisa mpe baye banso tosangani na bango lokola bandeko bana ba libota lyoko.  Amen!

+ Philippe NKIERE KENA                                                                                     .                 ..
Evêque d'Inongo
Inongo, Mwa le 24 décembre 2012

lundi 24 décembre 2012

Lettre de Noël de Mgr l’évêque



MESSAGE DE NOEL 2012

Aux frères et sœurs du Diocèse d’Inongo

« Le Fils de Dieu s’est fait notre frère humain, en naissant comme un enfant… » (Jn 1,14 ; Lc 2,7)

Les « sans-voix » et les faibles au cœur de notre foi chrétienne

Frères et sœurs bien-aimés, Joyeux Noël à vous tous et vous toutes !
En cette « année de la foi », je vous souhaite paix et espérance en Celui qui, par amour pour nous, a voulu naître comme un enfant de notre terre ! Il est la Parole même de Dieu adressée aux hommes du passé, du présent et de l’avenir (He 1, 1-3), ainsi qu’à tout l’univers.
Qu’Il nous révèle le sens profond de sa proximité inédite et scandaleuse avec les exclus. Qu’Il nous apprenne à respecter, à aimer et à défendre les innombrables silencieux et faibles de notre société. Qu’Il fasse de nous des bâtisseurs d’une « nouvelle civilisation », celle d’une radicale fraternité entre tous les humains de cette terre. Bonne fête de la Nativité du Seigneur.
Chers frères et sœurs,
Selon l’Evangile de Luc (Lc 2, 1-14), Jésus naît dans un pays dominé par l’Empire romain et intérieurement divisé entre « gens de valeur » et « gens sans valeur » comme l’étaient les bergers. Jésus naît parmi les pauvres ; Il naît pauvre (Lc 2,7). Depuis son humble naissance jusqu’à sa mort ignominieuse sur la croix au milieu de deux malfaiteurs (Lc 23,33), Jésus s’est volontairement identifié aux derniers…par amour. Le Dieu qu’Il annonce et dont Il se fait le témoin par sa praxis n’est pas le Dieu des puissants et des vainqueurs. Il est avant tout le Dieu des faibles et des perdants ; le Dieu de ceux qui, comme les enfants, ne savent ni parler ni se défendre. Le Dieu de Jésus (Notre Dieu) est un Dieu amoureux de l’homme, de tout homme et de tout l’homme. A ses yeux, nul n’est perdu, nul n’est indigne.                               En s’identifiant à un enfant, Jésus   nous dévoile le visage d’un Dieu autre, un Dieu humain, un Dieu proche et solidaire des faibles et des « sans voix ».
Quel Dieu est donc notre Dieu « pour nous aimer ainsi fils de la terre » ? Il est vraiment juste et bon de lui rendre gloire. Qu’il ouvre  nos vies à la puissance de l’Amour  dont il nous aime, afin que nous pissions, à notre tour, nous livrer totalement à lui dans l’Amour qui nous constitue (Rm 5,5).
                Chers frères et sœurs,
Célébrer Noël c’est aussi accueillir la joyeuse nouvelle subversive de la dignité inestimable des innombrables marginalisés de notre société, de notre pays. Dieu lui-même, en son Fils, est venu briser le désordre établi par des structures humaines mensongères et violentes, semeuses de divisions. Il est venu, en son Fils, abattre nos frontières de tout genre pour faire asseoir à une même table l’homme et la femme, le noir et le blanc, le pauvre et le riche, le musulman et le chrétien, l’inculte et le savant. Célébrer Noël c’est respecter, aimer et défendre les « laissés pour compte » de nos villages, de nos cités, de nos communautés familiales, scolaires, professionnelles…..Pensons spécialement à nos frères et sœurs de l’Est en situation de guerre. Que de misères à cause du dieu Argent ! On ne peut pas, au nom de notre foi, rester neutre face à cette situation de guerre, de péché.
Je propose que pour les festivités de Noël et Nouvel An de cette année, chaque paroisse organise une fête pour ceux et celles que nous ne fêtons jamais (les handicapés, les prisonniers, les épileptiques, les orphelins…etc.)
Frères et sœurs bien-aimés,
Aujourd’hui plus que jamais en ce temps de grande crise mondiale, notre monde a besoin des « bâtisseurs d’unité », des « abatteurs » de frontières. Nous le serons vraiment dans la mesure où, à la suite de Jésus, nous donnerons aux faibles et aux « sans-voix »leur place dans la société et l’Eglise : la première ! C’est une exigence de notre foi chrétienne. C’est un combat chrétien pour une véritable mondialisation selon le cœur de Dieu. C’est un combat de chaque jour…
Que la Vierge Marie qui a cru à la parole lui dite de la part de l’Ange (Lc1, 45) nous aide à croire au « Dieu de l’impossible » qui choisit les faibles, renverse les puissants de leur trône et élève les humbles (LC 1,52).
Que le Seigneur fasse briller sur nous son visage tout au long de l’année nouvelle 2013. Qu’Il nous transforme par son Amour en des hommes et des femmes solidaires des plus démunis pour une humanité véritablement fraternelle. Que notre Dieu nous bénisse et bénisse tous nos frères et sœurs en humanité.  Amen !

 + Philippe NKIERE KENA                                                                
 Evêque d’Inongo
                                            Inongo, ce 24 décembre 2012

dimanche 23 décembre 2012

4ème dimanche de l'Avent. Lomingo la Inei o eleko ya Aventi

Lectures de la messe

1ère lecture : Le Messie viendra de Bethléem ( Mi 5, 1-4 )


Lecture du livre de Michée
 
Parole du Seigneur :
Toi, Bethléem Ephrata,le plus petit des clans de Juda, c'est de toi que je ferai sortir celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent aux temps anciens, à l'aube des siècles.
Après un temps de délaissement, viendra un jour où enfantera celle qui doit enfanter, et ceux de ses frères qui resteront rejoindront les enfants d'Israël.
Il se dressera et il sera leur berger par la puissance du Seigneur, par la majesté du nom de son Dieu. Ils vivront en sécurité, car désormaissa puissance s'étendra jusqu'aux extrémités de la terre, et lui-même, il sera la paix !

Psaume : ( Ps 79, 2.3bc, 15-16a, 18-19 )

R/ Dieu, fais-nous revenir ; que ton visage s'éclaire, et nous serons sauvés !
Berger d'Israël, écoute,
toi qui conduis ton troupeau, resplendis !
Réveille ta vaillance
et viens nous sauver.

Dieu de l'univers, reviens !
Deu haut des cieux, regarde et vois :
visite cette vigne, protège-la,
celle qu'a plantée ta main puissante.

Que ta main soutienne ton protégé,
le fils de l'homme qui te doit sa force.
Jamais plus nous n'irons loin de toi :
fais-nous vivre et invoquer ton nom !

2ème lecture : « Je suis venu pour faire ta volonté » ( He 10, 5-10 )

Lecture de la lettre aux Hébreux
 
Frères,en entrant dans le monde, le Christ dit, d'après le Psaume : Tu n'as pas voulu de sacrifices ni d'offrandes, mais tu m'as fait un corps. Tu n'as pas accepté les holocaustes ni les expiations pour le péché ;
alors, je t'ai dit : Me voici, mon Dieu, je suis venu pour faire ta volonté, car c'est bien de moi que parle l'Écriture. Le Christ commence donc par dire : Tu n'as pas voulu ni accepté les sacrifices et les offrandes, les holocaustes et les expiations pour le péché que la Loi prescrit d'offrir.
Puis il déclare : Me voici, je suis venu pour faire ta volonté. Ainsi, il supprime l'ancien culte pour établir le nouveau. Et c'est par cette volonté de Dieu que nous sommes sanctifiés, grâce à l'offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes.

Evangile : La Visitation ( Lc 1, 39-45 )

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Chante et réjouis-toi, Vierge Marie : celui que l'univers ne peut contenir demeure en toi. Alléluia. (cf. So 3, 14.17)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
 
En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l'Esprit Saint, et s'écria d'une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi ? Car, lorsque j'ai entendu tes paroles de salutation, l'enfant a tressailli d'allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

samedi 22 décembre 2012

Des Philippines, un ancien élève de Bokoro réagit à l'article écrit hier



"occasion pour moi de souhaiter joyeux Noël et bonne fête de nouvel an à tous les fils et toutes les filles de notre terre natale qui nous manque. Comme ancien élève du college à Bokoro, je pense encore a ce temps,pendant lequel on se préparait pour la fete de noel, on allait se confesser a Ste Croix,tous les élèves des ecoles catholiques avec un programme preétabli en fonction des différentes écoles catholiques primaires et secondaires. Je me rappelle encore du moment où on fuyait souvent notre préfet a l`époque abbé Roi, car on avait honte de se confesser chez lui  dans la mesure où il  nous connaissait bien; beaucoup d`élèves préféraient aller chez d`autres prêtres qui ne nous connaissaient pas.
Dans  l`entre temps,  je pense aussi à nos nos petites maisons en rameaux que l`on construisait pour fêter ensemble avec nos amis . Certains le faisaient en étage et d`autre simple . On embellissait ces maisons avec des fleurs que l`on cherchait par ci et  la. chacun de nous amenait la nourriture en provenance de sa famille et on partageait ensemble. Quand je vois ces photos, ça me donne la  nostalgie de mon enfance a Bokoro. je pense à la confession pour se préparer a accueillir notre sauveur était une activité très importante à ce temps là  et restera toujours importante. Avec un regard très respectueux et fraternel, je souhaite une bonne fête de noël et nouvelle année à vous tous, fils et filles de notre".


votre frère heritier Kalonda ,cicm

22 décembre 2012. Samedi, 3ème Semaine de l'Avent

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s'est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
Son amour s'étend d'âge en âge
sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras,
il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes,
il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères,
en faveur d'Abraham et de sa race à jamais. »

Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle.

vendredi 21 décembre 2012

A Bokoro, les abbés passent leur journée au confessionnal !


Eglise Ste Croix de BOkoro

L’abbé José Monsengwo, curé de Ste Croix/ Bokoro et son vicaire Eric Mbo Mayo , comme la plupart des prêtres en ces jours,  sont très occupés. Le programme des confessions à Bokoro prévoit un tour  dans les avant midi et un second tour les après midi.
Il y a surtout les nombreux élèves du lycée salongo (515), du collège de Bokoro et de l’Institut Totombwana à confesser.
A deux, Ils auront à confesser plus de 1000 élèves en ces jours. Le lundi 24 Décembre est réservé aux pénitents des villages environnants qui viendront à Bokoro pour participer à la messe de Noel.

jeudi 20 décembre 2012

Enseigner, éduquer, évangéliser : nos enfants élèves se préparent à la fête de Noel !

Les élèves de l'école primaire des garçons et filles de la paroisse Ste Thérèse de Makaw avec leurs enseignants dans l'église pour la répétition des chants de Noël .
Pour mieux les préparer  à la fête  en ces jours qui précédent Noël, dans nos écoles catholiques, l’on anticipe la fin des cours en faisant venir tous les enfants élèves (école primaire) dans l’Eglise paroissiale. Là, l’enseignant chargé de la liturgie leur fait répéter ou leur apprend les chants de Noël. Petit à petit,  ils entrent dans le climat de la naissance du Fils de Dieu au milieu de nous.
 

Au service public d'éducation et de l’Église, l'enseignement catholique  répond à la triple mission d'enseigner, d'éduquer et d'évangéliser. Il  apporte une contribution originale à l'éducation des jeunes. Il les considère chacun comme une personne à aimer et à faire grandir en réponse à l’espérance  que Dieu nous confie en Jésus-Christ.

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)