samedi 31 décembre 2011

L'année 2011: ses joies et ses peines au diocèse d'Inongo

L'année 2011 s’achève, avec ses joies et ses peines. Au diocèse d'Inongo, certains événements importants ont marqué cette année:






1. Décès:
- 2 Février: décès des abbés Mampuya et Taata Faustin à Kinshasa.
- le 7 Février: décès de la sr Odette Massamba, née à Nioki le 2/04/1964.
- 23 Février: décès de l'ex sœur Marcelline Monkima à Kinshasa
- 3 Avril: décès du directeur Théophile Mokuba, papa de notre confrère l'abbé Didier Mokuba
- 5 Septembre: Décès de la maman de l'abbé Nduite Emmanuel, curé d'Ibamba
- 23 Septembre: Décès de l' abbé Nsangi Ese à Inongo
- 6 Décembre, décès de la maman de l'abbé Claude Bikula à Inongo.

RIP: bapema na boboto !

2. Ordination:

- 22 mai: A Kutu, ordination sacerdotale de l'abbé Faustin Lebungisa
- 22 mai: A Kinshasa, ordination sacerdotale de Simplice Nkaw, Svd, originaire de la paroisse de Taketa
- 18 Septembre: ordination diaconale à Bokoro du séminariste Fidèle Ikombila

3. Certains événements:

- 5/12 Mars : première visite du Cardinal au diocèse d'Inongo
- 19 Juin: Jubilé de 50 ans de la paroisse de Tolo
- 15 Aout: le père Maurice Nsambo, provincial CIM célèbre ses 25 ans des vœux et ses 15 ans de vie sacerdotale à Bokoro;
- 24- 27 Aout: visite de prospection des srs de la charité de Namur à Kutu
- 18 Septembre: clôture de l'année du centenaire de la paroisse Ste Croix/ Bokoro
- 2 Octobre: les abbés Ignace Ngara et Albert Nzengeri fêtent leur jubilé de 50 ans de vie sacerdotale, honoré par la présence du cardinal.
- 24 Octobre: visite des sœurs salésiennes à Inongo
- 13 Novembre: Mgr l’évêque reçoit les représentants de Medicus Mundi/ Brescia à Inongo
- 8 Décembre: vœux temporaires et perpétuels de nos sœurs diocésaines de immaculée Conception à Bokoro.

jeudi 29 décembre 2011

Une autre nouvelle nomination ce 29 Décembre pour le cardinal Monsengwo au Vatican


Le saint-Père Benoit XVI qui, la semaine passée, avait nommé le cardinal Laurent Monsengwo membre du conseil pontifical pour la culture, vient encore de le nommer aujourd’hui 29 Décembre membre du conseil pontifical des communications sociales.

De nouveau une reconnaissance à notre cardinal pour son sens loyal et son dévouement à l'Eglise.

Nos sincères félicitations Éminence. Nos prières vous accompagnent.

mercredi 28 décembre 2011

28 Décembre: fête des saints innocents !


Une voix dans Rama s'est fait entendre, pleur et longue plainte : c'est Rachel pleurant ses enfants; et elle ne veut pas qu'on la console, car ils ne sont plus.

Chaque 28 décembre, l'Eglise nous invite à nous remémorer le martyre des petits enfants victimes du glaive des soldats du cruel roi Hérode.

C'étaient des tout-petits enfants, ils avaient à peine 2 ans pour les plus âgés. Pour leurs pères et leurs mères, ils étaient des merveilles. Mais un dictateur, pour conserver son pouvoir, les fait tuer. Ils sont incapables de parler et de se défendre.

Le fourbe roi Hérode envoie ses soldats pour faire tuer ces innocents. On les massacre, l’innocence meurt pour la justice.

Tu n’obtiens donc rien Hérode en tuant les innocents pour conserver ton pouvoir qui enfin passera. Le Christ n’est pas venu pour usurper la gloire d’autrui, mais pour nous faire don de la sienne. L’impiété, comme toujours, est perturbée par la naissance de la bonté !

Ironie du sort: l’homme en armes s’effraie de celui qui est couché dans une mangeoire, le roi superbe tremble devant l’humble, celui qui est revêtu de pourpre redoute le tout-petit enveloppé de linges.

On ne massacre pas les innocents que l'on est censé protéger.

La vraie vie et le pouvoir qui ne passe pas, c'est connaitre Dieu et son envoyé, Jésus-Christ, béni par dessus tout dans les siècles sans fin.

dimanche 25 décembre 2011

Message de Noël de Mgr l’évêque











DIOCESE D’INONGO
Message de Noël 2011
Lettre pastorale aux frères et sœurs du Diocèse d’Inongo
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, sur la terre paix aux hommes qu’il aime » (Lc 2, 14)

Sans justice pour les pauvres, pas de ritable paix.
Frères et sœurs bien-aimés,
Joyeux Noël à vous tous. Joyeux Noël surtout en ce temps difficile que traverse notre pays. Que le Fils de Dieu devenu notre frère au point de revêtir la condition de faiblesse et d’impuissance d’un enfant soit notre paix.
Chers frères et sœurs,
Nous connaissons tous le récit que donne l’évangéliste Luc sur la naissance de Jésus à Bethléem. Un ordre de recensement de l’Empereur César Auguste contraint Joseph et Marie à se rendre à Bethléem.
Là, dans des conditions de grand dénuement, naît l’enfant Jésus.
Il naît dans une étable ! Marie, sa mère, l’emmaillote et le couche dans une mangeoire ! C’est à des bergers, des hommes de basse condition, qu’est annoncé en priorité cette naissance par un messager venu d’en haut… Alors, c’est le ciel tout entier qui est en fête, en louange : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’Il aime » (Lc 2, 14)
Chers frères et sœurs
Ce récit simple, poétique cache des réalités très profondes.
Pendant qu’un homme (César Auguste) ordonne un recensement de sa population, Dieu fait naître son propre Fils dans foule anonyme des gens commandés, obligés à voyager et à vivre dans de conditions souvent inhumaines. C’est là, au cœur de cette populace et à des bergers socialement et religieusement marginalisés que se manifeste la présence de la toute-puissance de l’amour de Dieu, sa gloire.
C’est là que Dieu et les hommes, le ciel et la terre se rencontrent, s’unissent dans une nouvelle convivence de paix pour toujours.
Et tout ceci autour de «
ce nouveau-né couché dans une mangeoire » ! Car, c’est Lui et Lui seul qui unifie le ciel et la terre, les humains entre eux et avec tout l’univers.
Chers frères et sœurs,
La paix vient de Dieu. Elle est avant tout un don. Dieu la donne à tous et à toutes, comme il donne son soleil. La paix conquise par des guerres, la paix qui s’impose n’est pas une véritable paix. La paix se donne et se reçoit. Quand nous vivons des relations de contrainte ou d’imposition, nous ne vivons pas dans la paix. L’amour ne s’impose pas. Il est gratuit, libre. Ainsi est également la paix véritable. Ne nous faisons pas d’illusion ; là où nos rapports humains ne sont vécus qu’en surface, en apparence, il n’y a pas de véritable paix. Un jour tout cela explose.
La paix qui vient de l'Enfant de Bethléem exige « notre oui », notre consentement à nous laisser envahir par sa présence d’Emmanuel en nous. C’est une conversion, un nouvel espace d’ouverture aux autres, d’acceptation des autres, de communion de vie avec les autres. Cela commence au niveau du cœur de chacun. Que l’Enfant de Bethléem brise nos orgueils et nos cœurs de pierre pour nous ouvrir à sa paix, à la véritable paix qui unisse nos cœurs et nos vies à jamais.
Chers frères et sœurs,
La paix qui vient de Dieu commence en bas, par les plus faibles et les plus méprisés, par les pauvres.
Là où ces derniers ne sont pas reconnus dans leur dignité et leurs droits humains, là il n’y a pas de véritable paix. Là où les vieillards, les orphelins, les handicapés, les prisonniers, les malades, les étrangers sont totalement abandonnés à eux-mêmes, là il n’y a pas de véritable paix. Là où des gens sont injustement payés et réduits à la mendicité, là il n’y a pas de véritable paix.
C’est pourquoi, au nom de l’Enfant de Bethléem, je dénonce l’incurie de tous nos « chefs » à l’endroit de tous ces frères et sœurs maltraités et méprisés dans leur dignité humaine. C’est avec tous ceux-là que « le nouveau-né couché dans une mangeoire » s’est identifié. Une société qui néglige ses membres faibles, malades ou pauvres est une pauvre société : elle ne peut vivre véritablement en paix. Elle porte en son sein sa propre destruction progressive.
C’est pourquoi, au nom du même Enfant de Bethléem, je vous invite tous et toutes, frères et sœurs, à nous organiser pour lutter ensemble contre la misère ; cette misère imposée à notre population par notre consentement à un système fratricide fait des mensonges et d’injustices. Notre paix à tous est à ce prix-là !
Frères et sœurs,
Encore une fois, Joyeux Noël. Que la paix véritable qui vient de Dieu et qui nous rassemble tous et toutes, dans une même famille humaine où a pris chair le Fils de Dieu, nous soit accordée en abondance tout au long de l’année 2012.
Que le Seigneur nous bénisse tous et toutes membres de notre diocèse d’Inongo. Qu’il bénisse aussi tous les peuples de la terre. Amen.
Inongo, le 24 décembre 2011
+ Philippe NKIERE KENA
Evêque dInongo

la nuit de Noel


Na buto oyo tozali na nsai,
na butu bwa lelo mobikisi ayei.

Aujourdh'ui dans notre monde, le Verbe est né.

samedi 24 décembre 2011

Message de Noël de Mgr l’évêque


DIOCESE D’INONGO
Message de Noël 2011
Lettre pastorale aux frères et sœurs du Diocèse d’Inongo
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, sur la terre paix aux hommes qu’il aime » (Lc 2, 14)

Sans justice pour les pauvres, pas de véritable paix.
Frères et sœurs bien-aimés,
Joyeux Noël à vous tous. Joyeux Noël surtout en ce temps difficile que traverse notre pays. Que le Fils de Dieu devenu notre frère au point de revêtir la condition de faiblesse et d’impuissance d’un enfant soit notre paix.
Chers frères et sœurs,
Nous connaissons tous le récit que donne l’évangéliste Luc sur la naissance de Jésus à Bethléem. Un ordre de recensement de l’Empereur César Auguste contraint Joseph et Marie à se rendre à Bethléem.
Là, dans des conditions de grand dénuement, naît l’enfant Jésus.
Il naît dans une étable ! Marie, sa mère, l’emmaillote et le couche dans une mangeoire ! C’est à des bergers, des hommes de basse condition, qu’est annoncé en priorité cette naissance par un messager venu d’en haut… Alors, c’est le ciel tout entier qui est en fête, en louange : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’Il aime » (Lc 2, 14)
Chers frères et sœurs
Ce récit simple, poétique cache des réalités très profondes.
Pendant qu’un homme (César Auguste) ordonne un recensement de sa population, Dieu fait naître son propre Fils dans foule anonyme des gens commandés, obligés à voyager et à vivre dans de conditions souvent inhumaines. C’est là, au cœur de cette populace et à des bergers socialement et religieusement marginalisés que se manifeste la présence de la toute-puissance de l’amour de Dieu, sa gloire.
C’est là que Dieu et les hommes, le ciel et la terre se rencontrent, s’unissent dans une nouvelle convivence de paix pour toujours.
Et tout ceci autour de «
ce nouveau-né couché dans une mangeoire » ! Car, c’est Lui et Lui seul qui unifie le ciel et la terre, les humains entre eux et avec tout l’univers.
Chers frères et sœurs,
La paix vient de Dieu. Elle est avant tout un don. Dieu la donne à tous et à toutes, comme il donne son soleil. La paix conquise par des guerres, la paix qui s’impose n’est pas une véritable paix. La paix se donne et se reçoit. Quand nous vivons des relations de contrainte ou d’imposition, nous ne vivons pas dans la paix. L’amour ne s’impose pas. Il est gratuit, libre. Ainsi est également la paix véritable. Ne nous faisons pas d’illusion ; là où nos rapports humains ne sont vécus qu’en surface, en apparence, il n’y a pas de véritable paix. Un jour tout cela explose.
La paix qui vient de l'Enfant de Bethléem exige « notre oui », notre consentement à nous laisser envahir par sa présence d’Emmanuel en nous. C’est une conversion, un nouvel espace d’ouverture aux autres, d’acceptation des autres, de communion de vie avec les autres. Cela commence au niveau du cœur de chacun. Que l’Enfant de Bethléem brise nos orgueils et nos cœurs de pierre pour nous ouvrir à sa paix, à la véritable paix qui unisse nos cœurs et nos vies à jamais.
Chers frères et sœurs,
La paix qui vient de Dieu commence en bas, par les plus faibles et les plus méprisés, par les pauvres.
Là où ces derniers ne sont pas reconnus dans leur dignité et leurs droits humains, là il n’y a pas de véritable paix. Là où les vieillards, les orphelins, les handicapés, les prisonniers, les malades, les étrangers sont totalement abandonnés à eux-mêmes, là il n’y a pas de véritable paix. Là où des gens sont injustement payés et réduits à la mendicité, là il n’y a pas de véritable paix.
C’est pourquoi, au nom de l’Enfant de Bethléem, je dénonce l’incurie de tous nos « chefs » à l’endroit de tous ces frères et sœurs maltraités et méprisés dans leur dignité humaine. C’est avec tous ceux-là que « le nouveau-né couché dans une mangeoire » s’est identifié. Une société qui néglige ses membres faibles, malades ou pauvres est une pauvre société : elle ne peut vivre véritablement en paix. Elle porte en son sein sa propre destruction progressive.
C’est pourquoi, au nom du même Enfant de Bethléem, je vous invite tous et toutes, frères et sœurs, à nous organiser pour lutter ensemble contre la misère ; cette misère imposée à notre population par notre consentement à un système fratricide fait des mensonges et d’injustices. Notre paix à tous est à ce prix-là !
Frères et sœurs,
Encore une fois, Joyeux Noël. Que la paix véritable qui vient de Dieu et qui nous rassemble tous et toutes, dans une même famille humaine où a pris chair le Fils de Dieu, nous soit accordée en abondance tout au long de l’année 2012.
Que le Seigneur nous bénisse tous et toutes membres de notre diocèse d’Inongo. Qu’il bénisse aussi tous les peuples de la terre. Amen.
Inongo, le 24 décembre 2011
+ Philippe NKIERE KENA
Evêque dInongo

24 Décembre: aujourdh'ui le Seigneur va venir

Aujourdh'ui le Seigneur va venir; demain vous verrez sa gloire ( invitatoire du 24 Décembre-Bréviaire)

Nous attendons la nuit de Noël.
Silence dans les cœurs,
Mystère de Dieu
Pauvreté de la crèche,
Richesse de Dieu.


Ngondo moko akobota mwana mobali, akopesa ye Nkombo Yezu.

Prions avec l'Eglise:
Seigneur Jésus, hâte-toi, ne tarde plus: que ta venue réconforte et relève ceux qui ont foi dans ton amour. Toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen!

vendredi 23 décembre 2011

Une assemblée extraordinaire convoquée pour tous nos évêques à Kinshasa


Du site de la Cenco

- A Son Em. Laurent Cardinal MONSENGWO, Archevêque de Kinshasa

- A LL.EE.NN.SS. les Archevêques et

Evêques de la CENCO ( TOUS)

Éminence,

Excellence,

Son Excellence Mgr Nicolas DJOMO, Evêque de Tshumbe et Président de la CENCO a chargé le Secrétariat Général de la CENCO de vous inviter à une assemblée Plénière extraordinaire que la CENCO tiendra du 09 au 11 janvier 2012, au Centre d'Accueil Caritas à Kinshasa.

L'ordre du jour comprendra principalement l'échange sur le processus électoral de novembre dernier.

En vous souhaitant un Joyeux Noël, je vous prie d'agréer, Eminence, Excellence, l'assurance de mes sentiments respectueux et dévoués en Notre seigneur Jésus-Christ pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Abbé Donatien NSHOLE

1er Secrétaire Général Adjoint de la CENCO

..................................................................................

** Source: lire site de la conférence épiscopale nationale congolaise: www.cenco.cd

Le 23 Décembre dans les féries de l'Avent


Antienne au cantique de Marie ( Vêpre
s)

O Emmánuel, Rex et légifer noster, exspectátio Géntium, et Salvátor eárum : veni ad salvándum nos, Dómine, Deus noster.

O Emmanuel , notre Roi et notre Législateur , Attente des Nations et leur Sauveur : venez nous sauver, Seigneur notre Dieu.

**********

Pratique religieuse: 8ème jour de la neuvaine de Noël

*********
Consacre-les dans la vérité, ta parole est vérité ( Jn.17)

Les congolais de Rome ont manifesté au cardinal L Monsengwo leur affection filiale



Comme nous les disons les jours passés, la communauté congolaise de Rome a été honorée par la présence du cardinal Laurent Monsengwo le 21 Décembre dernier. Le cardinal qui célébrait ses 48 ans de vie sacerdotale dans la basilique Saintte Marie Majeure s'est vu " inondé" par la présence massive des ses compatriotes à Rome venus lui manifester toute leur sympathie et affection. Jamais ils ont été aussi nombreux ensemble à part le jour du consistoire public où il a été élevé à la dignité cardinalice.
Ce qui frappe c'est le fait que ce fut un allant de soi. Les congolais se sont déplacés en masse sans qu'il ait un message officiel les conviant à cette messe. Chacun a senti le profond désir de communier avec le cardinal . Comme chrétiens, nous avions compris que l'unique arme forte qui nous restait était la prière; et le faire dans la première basilique dédiée en Occident à la Mère de Dieu (Ste Marie Majeure) prenait un aspect assez particulier car la Vierge est la patronne du Congo.
Au cardinal, nous avions aussi dit que nous aurons toujours un respect religieux à sa personne.

jeudi 22 décembre 2011

22 Décembre dans les féries majeures de l'Avent

Antienne au cantique de Marie (Vêpres)

O Rex Géntium, et desiderátus eárum, lapísque anguláris, qui facis útraque unum : veni, et salva hóminem, quem de limo formásti.
O Roi des Nations, et objet de leurs désirs, Pierre angulaire, qui réunissez en vous les deux
peuples : venez et sauvez l’homme, que vous avez formé du limon.

****************
Pratique religieuse: 7ème jour de la neuvaine de Noël

******************



Consacre-les dans la vérité, ta parole est vérité (Jn.17).

Les congolais à Rome invoquent la Vierge Marie ensemble avec le cardinal Laurent Monsengwo



Plusieurs congolais résidents en Italie et surtout ceux de Rome ont participé hier massivement à la messe d'action de grâce présidée par son Éminence le cardinal Laurent Monsengwo dans la basilique pontificale Ste Marie Majeure de Rome à l'occasion de ses 48 ans de vie sacerdotale. Ce fut comme si la basilique était prise d'assaut par les congolais tellement ils étaient nombreux. Personne ne voulait perdre l’occasion de prier avec le cardinal et surtout de lui manifester l' affection et l'attachement à sa personne. La plupart, pour pouvoir participer à la messe et rencontrer le cardinal, ont du demander la permission au travail pour partir un peu plus tôt car la messe a commencé à 15h30. Les prêtres, religieux et religieuses étudiants ont tout simplement anticipé la fin des cours pour y être.
La messe a été dite en français et les chants exécutés dans nos langues du Congo. Teleme Nzambe, teleme, yaka kosalisa biso (lève-toi Seigneur, lève toi et viens à notre secours), tel était le chant d’entrée et le cri de cœur de tous les congolais présents. Mains levées au ciel et très loin de notre cher Congo natal, ensemble avec notre cardinal, nous priions pour que le Seigneur vienne à notre secours. Seul Lui et Lui seul, le Seigneur, est notre unique et ultime secours. A la fin de la messe, nous avons demandé à la Vierge "abatela ekolo, Yezu azala Mokonzi seko" (qu'elle protège le Congo et que Jésus règne à jamais).
A notre cardinal, tous les congolais présents lui ont promis, non seulement un assentiment de foi à tout ce qu'il enseigne comme pasteur de l'Eglise mais aussi une soumission religieuse de l’intelligence et de la volonté à tout ce qu'il dit.

mercredi 21 décembre 2011

Le cardinal L. Monsengwo et ses 48 ans de vie sacerdotale ce 21 Décembre à Rome

A l'occasion de ses 48 ans de vie sacerdotale, son éminence le cardinal Laurent Monsengwo a célébré cet après midi la messe d'action de grâce dans la basilique pontificale Sainte Marie Majeure de Rome. En effet, le 21 Décembre 1963, celui qui fut alors le diacre Laurent Monsengwo recevait l'ordination sacerdotale à Rome ensemble avec 44 autres compagnons dont l'abbé Mulago. Après cette ordination, il célébra sa première messe dans la basilique Ste Marie Majeure de Rome. Aujourdh'ui, 48 ans après, il est rentré dans cette même basilique pour remercier le Seigneur. Un jour d'action de grâce, de méditation et de prière.
Entouré d'une vingtaine de prêtres congolais, le cardinal a dit la messe assisté par une grande foule de congolais alors que la nouvelle n'était pas aussi officielle. A peine certains l'ont appris, ils en ont informé les autres et la chapelle latérale où était dite la messe fut remplie au point que certains ont suivi la messe du dehors. Et oui, nous avions besoin de nous unir à notre cher cardinal et lui dire que nous le soutenons dans nos prières.
Tous avions prié, avec lui, la Vierge invoquée dans cette basilique sous le titre de salus populi romani afin qu'elle soit aussi salus populi congolensis. Nous nous sentions unis à notre cher Congo, l'on priait et certains pleuraient.
Prier à Rome revêt toujours un caractère très particulier car c'est la terre des martyres des saints Pierre et Paul. Cette terre est baignée de leur sang. Rome, c'est la ville du Pape, vicaire de Jésus-Christ sur terre. De cette ville, son éminence a été élevée à la dignité cardinalice à la grande satisfaction de nous tous.
Dans la foule, on a aussi noté la présence discrète du cardinal- préfet de la commission Justice et paix du Vatican, commission dont le cardinal Monsengwo est aussi membre.
Puis, comment ne pas être fiers de la nouvelle nomination que notre cardinal a reçu du Pape la semaine dernière le nommant membre du conseil pontifical de la culture! De nouveau une reconnaissance pour ses mérites, son devouement et son sens de service toujours loyal à l'Eglise!
Enfin, tous (prêtres, religieuses et laïcs congolais à Rome), comme un seul homme, nous lui avons manifesté toute notre affection et surtout notre soutien indéfectible et inconditionné à son ministère. De Rome, terre baignée par le sang des premiers martyres de l'Eglise, nous l' avons rassuré de nos prières.

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967) dcd 18.08.16

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005) dcd 19.11.17