lundi 8 mars 2010

Journée internationale de la femme. Hymne à la femme!









Je rends grâce à toi femme pour tout;
Je rends grâce à toi femme parce que tu donnes aussi la vie.
je rends hommage à toi, femme africaine, parce que tu te lèves tôt le matin, tu fais la cuisine, tu vas aux champs à pied, tu travailles et tu rentres le soir fatiguée et malgré ta fatigue, tu te mets directement au travail pour nourrir ta famille; je te remercie puisque tu es la première à te lever et la dernière à te coucher;
Je rends hommage à toi, femme africaine, parce que sur ton dos tu portes un poids énorme et sur ta poitrine, lié dans ton pagne, tu portes ton bébé;

Je rend hommage à toi, femme africaine, parce que tu crois à la famille, tu crois à la vie et même ton bébé dernier né, 10ème enfant que tu mets au monde, tu l'appelles Désiré;
Je loue ta grandeur d'âme, femme africaine, parce que tu vois mourir ton bébé à quelques mois de sa naissance, bébé que tu as baptisé Dieu donné et qui te laisse parce que dans ton village, il n'y a aucun dispensaire avec une aspirine pour sauver ton bébé de la malaria; Je loue ta force d'âme puisque pour enterrer ton Dieu donné, tu cèdes comme drap pour l'envelopper, l'unique beau pagne que tu as, pagne que tu as porté le jour de la sortie du repos de maternité quand tu l'as amené à l'Eglise devant le prêtre pour qu'il le bénisse;

Je rends grâce à toi pour ta créativité à ce moment de crise, pour l'équation à trois inconnues que tu tentes de résoudre chaque matin avec les 100 Franc Congolais que te laisse le mari pour nourrir la famille toute la journée;
Je te loue, femme africaine, pour ta tête qui porte des paniers, tes mains qui épulchent des maniocs, ton sourire de voir tes enfants le soir manger sous l'éclairage d'une lampe tempête.

Je rend hommage à toi, femme africaine, parce qu'en l'absence des usines de production, tu créés un marché pour ton village en vendant des pondu, makayabo, un peu de sucre, bananes pour que tu puisses gagner un peu d'argent qui t'aidera à payer la prime des enseignants pour tes enafnts à l'école;

Comment ne pas te louer, femme africaine, parce que malgré tout ce que tu subies comme humiliation dans ta vie privée ou publique, tu continues à garder intacte la réputation de ton mari parce que dis-tu, il restera toujours le père de tes enfants, cherchant ainsi de sauver aussi et surtout l'unité de ta famille et l'avenir de tes enfants;

Comment ne pas rester bouche bée devant ton sourire en voyant la vie difficile que tu mènes, comment ne pas t'admirer pour ta capacité de danser, tes jeux des pieds identiques et multiformes alors que tu n'as jamais fréquenté une école de danse!

Comment de l'altare ne pas être émotionné en écoutant tes cris de joie pendant le gloria et l'offertoire, pour tes pas de danse cadencés et stylés quand tu avances lentement mais surement vers l'atare pour déposer aux pieds du prêtre le fruit de ta charité: un peu de fufu, poissons et légumes pour le pauvre de ton village!


Je rends grâce à Dieu qui t'a créé femme, avec un cœur plein de trésor et de vertu.
Femme, tu es femme, tu es mère, tu es modèle de vie et des mes convictions.
Je te serai à jamais reconnaissant.

Jean-Willy BOMOI
Abbé d'Inongo à Rom
e
Mail: mumpebomwi@yahoo.fr

Aucun commentaire:

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)