samedi 9 janvier 2010

La jeunesse face à la tradition.

 

La jeunesse  face à la tradition 

 Il est certain qu’à l’heure qu’il est , pour trouver  des jeunes gens qui font totalement foi à la tradition, à ses exigences ou qui se laissent  conduire sous l’égide de celle- ci, c’est  toute une mer à boire.

Pour les uns, Il faut absolument  rompre avec la tradition, car elle les enchaîne, elle ne les avance en rien .Ceux-ci prônent donc la table rase.

Par ailleurs, d’autres laissent une grande ouverture en faisant parfois référence à la tradition. Ceux-ci, pensent qu’une synthèse harmonieusement réussie avec la tradition ferait quelque chose de bien.

 En effet,  pendant que certains  parents se coupent en quatre pour   chercher comment assurer la caution alimentaire et aussi de quoi habiller leurs enfants pour les festivités de Noël ou de nouvel an, les gamins de leur part, se  battent bec et ongle pour   voir  comment aller à la forêt, couper les bâtons, les rameaux pour la construction de leurs hangars   où ils pourront  passer cette journée  de fête de nouvel an. Là  dedans, ils amènent tout ce qui est repas : le condiment, la boisson  ….ils mangent et boivent toute cette journée durant dans ce hangar .Certains vont même jusqu’à faire  une octave. C’est le cas pour le dire de la plupart des  gamins de Mai-Ndombe qui   pendant cette période de Noël et de nouvel An continuent à immortaliser, à  faire revivre la  pratique traditionnelle : La pratique de la construction des hangars dans lesquels ces gamins se plaisent à séjourner pendant ces jours des fêtes.

 En outre, Il convient de souligner que Cette pratique, ne date pas d’aujourd’hui, elle  se transmet  des générations en générations. Et  la plupart des gamins  tiennent efficacement à son existence,  ils la vivent chaque année de manière intense .Ainsi,  tout gamin  de la contrée, qui à l’approche desdites fêtes  n’a pas encore construit ou  n’a pas pu construire le « Ndako ya Bonané » (son hangar, sa hutte) ; c’est vraiment une des raisons  qui fera qu’il ne fête pas Nouvel’ an comme il se doit , si bien qu’il ait  eu déjà ses beaux et nouveaux habits pour la fête. On le voit, c’est la tradition qui fait son parcours dans la mentalité de nos jeunes frères. Aussi, sans toute fois mesurer  le pour et le contre qui découleraient de ce plaisir sans raison fondée, tous les gamins, se jettent à corps perdu pour avoir chacun un hangar et parfois au prix de beaucoup des sacrifices qu’ils ne pouvaient endurer dans le temps ordinaire

Ceci étant, nous voyons à quel niveau nous sommes à quelques égards près soumis  aux exigences de la tradition quand bien que celle-ci n’apportent pas un   plus - être dans notre être d’homme. En ce sens, les gamins deviennent en quelque sorte les conservateurs mérités, les garants de cette vielle pratique dont nous venons de faire allusion plus haut pour le besoin d’une certaine plaisanterie ou simplement  pour satisfaire  les attentes d’un esprit  grégaire.

Rodin LOKANA                                                                                

 

 

Aucun commentaire:

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967) dcd 18.08.16

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005) dcd 19.11.17