dimanche 31 janvier 2010

4ème dimanche du temps ordinaire. Lomingo la inei o mobu ( C)

Évangile du jour: Luc 4, 21-30.

Dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d'Isaïe, Jésus déclara : « Cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit. »
Tous lui rendaient témoignage ; et ils s'étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : « N'est-ce pas là le fils de Joseph ? »
Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : 'Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays !' »
Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète n'est bien accueilli dans son pays. En toute vérité, je vous le déclare : Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie n'a été envoyé vers aucune d'entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d'eux n'a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. » A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.
Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin.

samedi 30 janvier 2010

Mgr l' évêque continue la visite canonique à Kinshasa. Connaissons un peu la vie de nos prêtres étudiants à Kin !

Nos prêtres étudiants à Kinshasa, joyeux d'avoir reçu la visite de Mgr l'évêque ce matin!


Mgr l'évêque continue sa visite canonique à Kinshasa. Ce matin, il a visité et écouté les prêtres d'Inongo étudiants à Kinshasa (communauté des abbés de st Raphaël).

Pour rappel, le diocèse d'Inongo a six prêtres qui étudient à Kinshasa:

1. Abbé Edo Ngongo, théologie pastorale
2. Abbé Delphin Nkano, droit civil
3. Abbé Béni Mayo, Économie de développement
4. Abbé Sébastien Ekoko, Institut pédagogique national
5. Abbé Didier Mokuba: sciences et techniques des communications
6. Abbé Benjamain Biayi: Médecine

Tous ces confrères, hormis l'A. Sébastien qui habite la paroisse notre Dame des grâces ( paroisse universitaire non loin de l'IPN), sont logés non loin des facultés catholiques de Kinshasa. Ils sont repartis en deux communautés: Béni Mayo, Didier Mokuba et Léonard Mbonkoso (prof. assistant à l'Unikin et aux Fac) habitent l'appartement que le diocèse loue chez les pères scheutistes à st Raphaël tandis que les abbé Edo, Delphin et Benjamin louent une maison en face des mêmes facultés catholiques.

Ces confrères commencent leur journée par la messe communautaire à 6h00, suivie du petit déjeuner puis chacun va étudier dans son université. Ceux qui le peuvent se retrouvent à 12h30 pour le repas. Enfin le soir, ils se voient et se retrouvent pour le souper, les vêpres et les complies.

L'un d'eux, l'abbé Benjamin Biayi, fait pas mal des gymnastiques pour rejoindre son université. Il fréquente lui, l'université protestante où il fait la médecine . Si pour les autres , l'université est à quelques pas, il prend lui les moyens de transports communautaires pour rejoindre son université. Chose pas toujours facile quand on sait comment fonctionne le transport commun à Kin.
A l'université protestante, nous avons aussi une religieuse diocésaine qui y étudie: la sr Gisèle Nzako, elle fait le droit civil et administratif. Elle habite elle aussi la communauté St Raphaël à la 1ère Rue à Kinshasa avec la sœur intendante de la communauté d'accueil, la religieuse Béa Mayo, sœur ainée de l'abbé Béni Mayo ( étudiant aux FAC/ KIn).

Photo: L'abbé Benjamin Biayi célèbre la messe dans la chapelle des prêtres étudiants d'Inongo à Kinshasa.

Service de la rédaction / Rome

vendredi 29 janvier 2010

Joyeux anniversaire d'ordination sacerdotale. Economie et developpement.


Joyeux anniversaire d'ordination sacerdotale aux abbés Godefroid Ngabelo, curé de Ste Croix Bokoro, Jean-Paul Lokutu, curé de Ste Thérèse de Lisieux, Makaw et Blaise Ilinke, aux études à Rome.

Économie et développement:

1.Le bateau Totaka est en réparation à Kinshasa. Le travail consiste à potentialiser le moteur et la capacité de la barge .

2. A Sanga sanga (Bokoro), les travaux de la construction du complexe scolaire catholique à Mongali tendent vers la fin. Dans l'avenir, les élèves de cette école primaire Kebia auront une école moderne à deux étages et en matériaux durables. Nous remercions de tout cœur ceux qui ont pris cette initiative et les bienfaiteurs qui ont financé le projet.

Photos: L'abbé Jean-Paul Lokutu sur la rivière Kasai, en apostolat non loin de Isaka Mbole

jeudi 28 janvier 2010

Merci....

Merci  à la rédaction de Rome de nous donner les nouvelles des travaux réalisés et des projets en cours. C'est une joie de voir que tous les travaux avancent, et que des projets sont là. Heureuse aussi pour les prêtres étudiants, ainsi ils seront plus à l'aise pour poursuivre leurs études. 
 Tous ces travaux, ces projets nous promettent encore de bien bonnes nouvelles......et des joies à partager.Encore merci de tout coeur!!!
A bientôt
 
Marie
 

Mgr en viste canonique à St Kaggwa. Au diocèse, les travaux en cours...


A Kinshasa, Mgr l'évêque continue la visite canonique à nos séminaristes. Cet après midi, il a visité ceux de St Kaggwa. Nous informons que nos séminaristes ne sont pas formés seulement à Kikwit et Kalonda. Certains sont à St Kaggwa ( philosophat de l'archidiocèse de Kinshasa), d'autres à Jean XXIII ( théologat de l'archidiocèse de Kinshasa) et d'autres enfin aux facultés théologiques de Kinshasa.

Économie et développement:

1. L'abbé Franco Nekotsheke, curé d'Oshwe, est à Kinshasa pour les achats du matériel pour l'hôpital de Oshwe. Le projet consiste à donner l'eau courante à l'hôpital d'Oshwe et à restructurer les bâtiments.
2. les travaux pour la construction de l'internat des filles du lycée Marie Reine de Kutu vont bientôt reprendre. Il s'agira de mettre la peinture et installer des lits et lavabo.
3. A St Jean baptiste / LIkwangola Inongo, l'abbé Robert Mbumbe, curé, va initier les travaux de la réfection de la cure. Tout est prêt.
4. A Makaw, selon les dernières nouvelles reçues, tout fonctionne à merveille. Une petite inquiétude: le médecin a du mal à interpréter l'échographie. Le BDOM y pense.
5. le bâtiment qui abrite les douches au petit séminaire est terminé. Nos séminaristes font la douche dedans. Le rapport conclusif et photographique est déjà envoyé à la joie de tous.
6. A Kinshasa, un peu de souffle pour les 5 confrères prêtres qui étudient. Une contribution financière leur a été remise pour affronter les problèmes relatifs à vie académique.

Photo: Nos grands séminaristes qui étudient aux facultés catholiques de Kinshasa

Service de rédaction de Rome

mercredi 27 janvier 2010

Un peu de patience, nous reviendrons en force.


Pourquoi ce silence? Pourquoi vous n'écrivez plus. Vous avez raison de poser cette question. Ici et là, l'on est au travail pour un rendement plus efficace. Si au diocèse, Mgr et son sécretaire ont été à Kikwit et à kalonda pour la réunion des évêques de la province de Bandundu et la visite canonique à nos séminaristes (ils sont déjà à Kinshasa et se préparent à regagner Inongo ce 3 Février) , à Rome, nous sommes entrain de finaliser les démarches pour l'abandonnement annuel afin d''obtenir la connexion satelitaire internet pour notre blog pour cette année 2010.
Quand toutes les procédures administratives seront finies, nous nous mettrons au travail en vous donnant, comme cela a toujours été, des nouvelles de notre cher diocèse.

Photo: Mgr Philippe Nkiere

Merci pour la patience.

La rédaction de Rome

lundi 25 janvier 2010

Tout est calme......

Si la fin d'année 2009 nous a fait vivre beaucoup d'évènements, ce début de 2010 est plutot silencieuse. On dirait que chacun se repose, réfléchit à tout le vécu de l'année  qui vient de s'écouler. Chacun est a sa besogne , Mgr  Philippe accompagné de l'Abbé Secretaire est probablement sur les routes faire les visites que sa tâche d'Evêque  lui demande et en même temps donner l'espoir a tous ceux qui se confient  à lui.
  Il y a ceux je pense qui profite de leurs nouvelles installations, et ici je fais allusion au petit seminaire., de Bokoro, qui j'espère nous donnera quelques nouvelles de la joie des petits seminariste d'avoir un peu plus de confort, même si la tentation de se baigner dans le lac est présent.....
 Il y a aussi ceux qui ont commencé les champs communautaire et qui en cette saison de pluie ont beaucoup de travail pour suivre leur récoltes. Parlerons t'il  pour nous raconter un peu comment tous cela se passe.....
 Il y a le groupe oeucuménique , peuvent ils parler un peu de leur expérience?
Il y a l'association pour handicap qui s'est organisé il y a un peu plus d'un an,. Comment travaillent ils en ce moment? Obtiennent ils de l'aide ?
 Il y a chacun dans vos villages, vos paroisses qui travaillez pour l'amélioration de tous.
Il y a les mamans qui donnent cours bénévolement.....
Il y a les soeurs qui ont commencé par la construction d'un Institut où elles accueillent les filles mères, les enfants en difficultés. Où en est leur construction et comment évolue leur travail  avec ces enfants qui depuis leur plus jeune age rencontre tant de difficultés?
Il y a aussi la préparation pour le "centenaire de Bokoro". Là il y a sûrement pleins de projets....
Et pour teminer un petit clin d'oeil à notre ami; l'Abbé Egide. Sûrement qu'il a beaucoup d'occupations depuis qu'il est nommé doyen en plus de son travail de curé de Tolo. Comment va la palmeraie qu'il avait commencé , ainsi que le champs de pilipili?  ( pigments )
 Voyez vous en ce moment de grand silence ou chacun prépare tous les évènements à venir, je vous rejoint tous et vous pose beaucoup de questions, car si silence il y a,; les activités continuent et bientôt chacun nous donnera un petit signe  et partagera son vécu , O combien enrichissant. Déja merci à tous et à tous ceux que je nomme pas, mais qui sont dans mes pensées..A tous  sans exception mes pensées les plus amicales.
 
Voyageuse
 
 
 
  

jeudi 21 janvier 2010

vendredi 15 janvier 2010

MONDIALISATION ET INTERNET



La globalisation ou autrement appelée la glocalisation, ou encore la globalisation intéresse tout le monde et par ce phénomène,le monde devient très petit.
Par ce phénomène nous nous informons sur ce qui se passe partout dans le monde en moins de temps. Et l'internet le moyen propice pour la facilitation de cette rencontre du monde, en d'autres termes l'internet est parmi les moyens les plus rapides. C'est pourquoi, nous tenons à remercier tous ceux qui ont fait en sorte que ce coin ou plus précisément cette cité puisse avoir ce moyen, qui est un moyen non seulement de communication; mais aussi et surtout de recherches scientifiques.Ce moyen nous croyons va beaucoup aider les étudiants de L'ISTM (Bokoro) et peut être les étudiants du CUMA toujours à bokoro. Que nous ayons le courage de réaliser des projets comme celui-là, et cela fera la fierté de notre monde d'aujourd'hui.

KALONDA Héritier




mercredi 13 janvier 2010

Quelle joie.....



Oui, c'est avec une grande joie que je vois les photos de Nkaw et les premièrs mots qui me viennent à l'esprit sont " Bravo et félicitations". C'est ainsi que vous allez vous en sortir et puis croyez moi, ce que vous semez, ce que vous récoltez est bien meilleur que ce que l'on importe. C'est connu par tout un chacun dans le monde entier.Ce que l'on cultive soi-même a bien meilleur goût....

Je suis certaine que le riz et les haricots de Lokolama sont délicieux. En imagination je vois déjà un bon repas avec du riz, des haricots et un poisson du lac. J'aimerais le goûter, cela doit être une fête.

Quant aux routes c'est vraiment dommage que rien ne se fait, les 5 chantiers on en parle pas mal en ce moment...mais les réaliser c'est une autre question....Espérons que ceux qui doivent pourvoir au bien être du peuple prendront conscience, et surtout mettrons en pratique ce qu'ils promettent....

Aux habitants de Nkaw je dis bonne continuation, je suivrai toujours avec beaucoup de bonheur l'évolution de leur travail. A tous les habitants des autres villages que je ne connais pas encore, mais qui je suis certaine cherchent aussi les meilleurs façons de s'en sortir j'envoi un clin d'oeil plein d'amitié et dis "Bon courage "

Amicalement à vous tous


Voyageuse


La decortiqueuse à Nkaw. 2 ans après!




La décortiqueuse à Nkaw a été accueillie avec liesse par la population. Elle, qui avait cessé de planter encore le riz ou le plantait pour une consommation locale , se sentait heureuse de pouvoir encore reprendre .
Le nouveau matériel a remis les gens au travail. Ceux qui n'avaient pas des champs ont été obligés d'en avoir. le premier essai a donc été un déclic. Alors qu'il fallait travailler manuellement pendant une semaine pour avoir un sac de riz (environ 80 kg); la décortiqueuse ne met que 18 minutes .

Et les gens viennent des régions environnantes acheter ce riz qui est maintenant appelé "loso ya Nkaw" (le riz produit à Nkaw). Cela , pour la population, a valorisé le travail de leurs mains. Et le riz produit n' a rien à envier au riz importé.

Mais, on ne peut évacuer une grande quantité. Où sont les routes (vous avez dit cinq chantiers?), les engins ? Ils travaillent encore espérant que les routes seront entretenues.

ILs sont fiers de produire du bon riz, comme ceux de Lokolama (leurs voisins) produisent le haricot d'une bonne qualité.

Chers Blogueurs

Vous avez certainement remarqué qu'il y a des liens qui sont publiés sur le blog.
Il s'agit des spam.
Veuillez bien nous excuser pour le désagrément que cela vous cause.

mardi 12 janvier 2010

BOKORO CONNECTE

A Bokoro (Sanga-sanga) l, l'internet a été installé. Et la paroisse Sainte Croix a saisi l'opportunité pour ouvrir une boîte mail (paroissesaintecroix@yahoo.fr) afin de ne pas recster en marge de la mondialisation.
Elle a aussi ouvert une autre pour le centenaire.
Nous vous en donnerons les coordonnées.

samedi 9 janvier 2010

La jeunesse face à la tradition.

 

La jeunesse  face à la tradition 

 Il est certain qu’à l’heure qu’il est , pour trouver  des jeunes gens qui font totalement foi à la tradition, à ses exigences ou qui se laissent  conduire sous l’égide de celle- ci, c’est  toute une mer à boire.

Pour les uns, Il faut absolument  rompre avec la tradition, car elle les enchaîne, elle ne les avance en rien .Ceux-ci prônent donc la table rase.

Par ailleurs, d’autres laissent une grande ouverture en faisant parfois référence à la tradition. Ceux-ci, pensent qu’une synthèse harmonieusement réussie avec la tradition ferait quelque chose de bien.

 En effet,  pendant que certains  parents se coupent en quatre pour   chercher comment assurer la caution alimentaire et aussi de quoi habiller leurs enfants pour les festivités de Noël ou de nouvel an, les gamins de leur part, se  battent bec et ongle pour   voir  comment aller à la forêt, couper les bâtons, les rameaux pour la construction de leurs hangars   où ils pourront  passer cette journée  de fête de nouvel an. Là  dedans, ils amènent tout ce qui est repas : le condiment, la boisson  ….ils mangent et boivent toute cette journée durant dans ce hangar .Certains vont même jusqu’à faire  une octave. C’est le cas pour le dire de la plupart des  gamins de Mai-Ndombe qui   pendant cette période de Noël et de nouvel An continuent à immortaliser, à  faire revivre la  pratique traditionnelle : La pratique de la construction des hangars dans lesquels ces gamins se plaisent à séjourner pendant ces jours des fêtes.

 En outre, Il convient de souligner que Cette pratique, ne date pas d’aujourd’hui, elle  se transmet  des générations en générations. Et  la plupart des gamins  tiennent efficacement à son existence,  ils la vivent chaque année de manière intense .Ainsi,  tout gamin  de la contrée, qui à l’approche desdites fêtes  n’a pas encore construit ou  n’a pas pu construire le « Ndako ya Bonané » (son hangar, sa hutte) ; c’est vraiment une des raisons  qui fera qu’il ne fête pas Nouvel’ an comme il se doit , si bien qu’il ait  eu déjà ses beaux et nouveaux habits pour la fête. On le voit, c’est la tradition qui fait son parcours dans la mentalité de nos jeunes frères. Aussi, sans toute fois mesurer  le pour et le contre qui découleraient de ce plaisir sans raison fondée, tous les gamins, se jettent à corps perdu pour avoir chacun un hangar et parfois au prix de beaucoup des sacrifices qu’ils ne pouvaient endurer dans le temps ordinaire

Ceci étant, nous voyons à quel niveau nous sommes à quelques égards près soumis  aux exigences de la tradition quand bien que celle-ci n’apportent pas un   plus - être dans notre être d’homme. En ce sens, les gamins deviennent en quelque sorte les conservateurs mérités, les garants de cette vielle pratique dont nous venons de faire allusion plus haut pour le besoin d’une certaine plaisanterie ou simplement  pour satisfaire  les attentes d’un esprit  grégaire.

Rodin LOKANA                                                                                

 

 

mercredi 6 janvier 2010

18 ans d'épiscopat pour notre éveque aujourd'hui le 6 Janvier

Aujourd'hui le 6 janvier, notre évêque célèbre ses 18 ans d'épiscopat. Ce matin, il a célébré la messe dans la cathédrale du diocèse à Inongo. Il a remercié le Seigneur pour son amour et a concentré sa méditation sur le Christ, étoile de notre vie.

Joyeux anniversaire d'ordination sacerdotale aux abbés Laurent Maa Ngende (vice recteur du petit séminaire de Bokoro), Marcel Nduaya ( vicaire à St Michel/ Nioki), Bernadone Mbomoyi (vicaire à Ste Thérèse de l'Enfant Jésus/ Makaw), Eric Mbo Mayo ( Préfet de l'institut de Bokoro / Bokoro), Charles Mpia ( vicaire à Marie - Reine/ Kutu) et Emmanuel Nduite Administrateur d'Ibamba) pour leur anniversaire d'ordination.

Dans nos prières, pensons à l'abbé Ignace Ngazain, ancien recteur du petit séminaire de Bokoro et ancien curé de Ste Croix, dans l'anniversaire de sa mort.

mardi 5 janvier 2010

Pensées du jour.

   Le sage est celui qui a gravi tous les degrés de la tolérance et a découvert que la fraternité a un regard  et l'hospitalité une main.
                                  ( Edmond Jabès)

samedi 2 janvier 2010

Message

A toutes les paroisses
Meilleurs voeux de nouvelle année 2010 à vous tous et vous toutes. Je souhaite que cette année soit une année d'engagements et d'actions concrètes en faveur de nos populations humiliées meurtries. Tout ceci à partir des orientations qui nous seront communiquées.
Prière de les mettre en pratique.
En cette année 2010 nous célébrons le centenaire de l'évangélisation de la Paroisse Ste croix Bokoro. Cet événement ecclésial nous concerne tous et toutes.
Les différentes contributions sont attendues.
ce dimanche 3 janvier 2010, notre Conférence épiscopale demande une célébration eucharistique particulière pour commémorer le Jubilé d'or (50 ans) de l'indépendance du pays.
Que le Seigneur nous accompagne tout au long de l'année nouvelle 2010.
Salutations paternelles.
+ Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967) dcd 18.08.16

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005) dcd 19.11.17