mardi 1 décembre 2009

Qu'une telle situation continue ?


KALONDA HERITIER a dit…
Après avoir lu ce qui se passe dans notre cher dicèse,au sujet de l'accident du bateau SODEFOR, j'ai eu un bon moment de reflexion; je me suis demandé qu'est ce qui est à la base de la mort de nos frères et soeurs du Mai-Ndombe?
Pourquoi ce coin qui a beaucoup d'hommes dans tous les niveaux, comme district,provincial, national sans oublier international, n' a pas de moyens de transports qu'il faut? Je crois que c'est aussi la mauvaise volonté et l'ingratitude de tous ces gens formés dans ce coin. Ceux qui ont le droit d'agir ne voient-ils pas les conditions dans lesquelles voyage le peuple de ce coin? Pourquoi ne pas trouver des solutions pour pallier à des tels sacrifices humains?
souvenons-nous de nos frères et soeurs perdus en 2003? Voulons-nous une telle situation puisse se répeter????????
Pitié pour nous qui avons oublié notre origine,pitié pour ceux qui sont dans l'obligation de réagir et qui ne réagissent pas.Mes sincères condoléances à toutes les familles éprouvées; à caux qui sont sauvés qu'ils pussent voir comment le seigneur est gerand. je termine par les paroles qui sont dans notre hymne du diocèse:" TOKOLISA BOMOKO WA BISO MPE NA BANINGA TOSIMBA MAKASI BATO BATAU MPE BATO BA MPASI.
29 novembre 2009 07:35

1 commentaire:

Thierry IKAMBA Boongo, Scolastique CICM a dit…

Mes condoléances à vous tous, mes frères du diocèse d'Inongo et du district de Mai-ndombe.
J'ai suivi avec larmes aux yeux ce qui vient de nous frapper tous. C'est inadmissible, ce qui nous arrive. Qui doit faire à notre place? Dieu, continue-t-il à être un bouche-trou, comme au temps du peuple hébreux?
Il me semble que nous les hommes, nous ne devons pas passer notre vie sous un obscur silence, comme les bestioles que la nature a penchées vers la terre et soumises aux appétits du ventre. Nous devons plutôt nous distinguer des autres animaux par la raison, le travail, l'organisation de nos cités, la prévision des événements futurs, bref par la maîtrise de la nature.
Mes frères, cet événement me donne l'opportunité de nous rappeler la vision du monde actuel: C'est que aujourd'hui, l'heure n'est plus à la complaisance. Toutes les sociétés humaines (tant régionales qu'étatiques) sont à la recherche d'un minimum assurant leur bien être. Et cela ne peut passer que par le biais des acteurs politiques. Aujourd'hui, tout tient à la politique: l'éducation, la santé, le transport, la sécurité alimentaire, le loisir,le salaire, la paix que sais-je encore? Tout dépend des décisions prises par le politique. Mais hélas, il me parait clairement que ce politique n'est pas toujours à la hauteur de ce qu'on attend de lui. Pourquoi Mai-ndombe demeure oublié avec ses nombreuses richesses non exploitées? Pourquoi Mai-ndombe manque même le superflu qu'on trouve chez les autres? Chez les autres, c’est l'électricité, de l'eau, des routes asphaltées, des chambres froides, des bateaux des pêches et de transport, des ponts, la télévision etc. Mais Mai-ndombe est dernier du reste. En ce 21è siècle, on ne compte aucune route asphaltée. Qui ont aidé les autres à en avoir?
Nous les gens de Mai-ndombe, sommes réputés des honnêtes gens, nous haïssons nos propres frères pour faire du bien aux étrangers, nous haïssons notre propre contrée pour faire du bien à l'étranger. Est-ce là l'honnêteté? Comme Jésus, il me parait juste de demander à tous les ressortissants du Mai-ndombe qui oeuvrent de par le monde, de rendre à leur terre natale ce qui lui revient et de rendre à l'étranger ce qui lui revient aussi. C'est en cela que l'on est honnête. Personne d'autre, mes frères ne viendra arranger la situation du Mai-ndombe si nous même (natifs) nous ne nous y investissons pas? Ce que nous demandons, ce n'est pas seulement du matériel, mais plus la bonne volonté.
A vous mes frères, qui êtes dans les différents services de l'Etat au Mai-ndombe, exercez sans complaisance vos fonctions. Veillez à ce que les gens, malgré les difficultés de transport, voyagent dans des conditions navigables. Vous êtes chefs pour assurer le bien de chaque individu et de la société entière. De grâce, contraindre en cas de danger. De toutes les façons, la seule solution est que nous vous demandons de mettre en marche un projet réaliste, en vue de mettre fin au problème de transport qui prévaut dans tout le district de Mai-ndombe. Parce que vous avez reçu le mandant pour ça: C'est un contrat social.
A vous tous mes frères, ces événements nous offrent l'occasion de repenser la contribution d'un chacun de nous au bien-être du Mai-ndombe. Cela ne regarde pas seulement les politico- administratifs, mais aussi nous comme soldat, prêtre, religieux, religieuse,étudiant,enfant, mères, pères etc...
Que les âmes de nos frères, décédés au Mai-ndombe par naufrage reposent en paix auprès de Dieu. Amen.

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967) dcd 18.08.16

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005) dcd 19.11.17