jeudi 24 décembre 2009

"Le Peuple qui marchait dans la nuit..."


MESSAGE DE NOEL 2009

“Le peuple qui marchait dans la nuit a vu une grande lumière” (Is 9, 1)

Un matin nouveau, « le matin de Dieu » s’est levé sur nous : sortons de nos ténèbres.

Bien chers frères et sœurs,

Joyeux Noël 2009. Que le Seigneur notre Dieu vous accorde la paix ; qu’Il vous fasse don de son Amour miséricordieux et lumineux.
A l’heure où je vous écris ce message, je me sens habiter par des sentiments contradictoires de douleur (25 nov.) et de joie (25 déc.).
« Le peuple qui marchait dans la nuit…. ». Dans ce poème le prophète Isaïe nous décrit les souffrances de ses compatriotes du territoire de Zabulon et Nephtali, déportés à Babylone (ce territoire de Zabulon et Nephtali deviendra plus tard Galilée, terre natale de Jésus- Mt 4,15). L’exil à Babylone est réellement une plongée dans la nuit : la nuit de l’esclavage, la nuit de privations et d’humiliation, la nuit de la perte d’identité religieuse, celle d’être membre du peuple élu de Dieu !

« Le peuple qui marchait dans la nuit a vu une grande lumière »… Dans le second temps du même poème est annoncée la libération au cœur même de la nuit : une grande lumière brille dans l’obscurité.
On pourrait paraphraser Isaïe par ces paroles : « frères, ne perdez pas espoir ; au cœur même de votre nuit d’exil, vous n’êtes plus seuls. Le Dieu qui, à travers Moïse, a fait sortir nos ancêtres de la nuit de l’esclavage Égypte est là avec vous. Comme Il l’avait fait avec Gédéon dans la guerre contre les Madians, Il vous fera vainqueurs de la servitude. Vos yeux vont s’ouvrir à la lumière d’un jour nouveau… Le signe que vous donne le Seigneur est celui-ci : « Un enfant nous est , un fils nous est donné. Et l’autorité est sur son épaule » (Is 9, 3-.5). Il est « Emmanuel », Dieu-avec-nous (Is 7,19) »

Chers frères et sœurs,

La nuit dont parle Isaïe, nous la connaissons nous aussi. Et comment ! La date tragique du 25 nov. 2009 est là devant nos yeux : une centaine de nos frères et sœurs noyés dans le lac, « notre » lac ! A l’Est de notre pays, la guerre se poursuit, avec toutes ses conséquences néfastes… Que des malades au milieu de nous ! Des affamés croissent dans nos villes et nos cités ! Nos prisonniers vivent dans des conditions inhumaines ! Nos chômeurs de plus en plus nombreux et tout autant de jeunes abandonnés à eux-mêmes, sans éducation, végètent. Dans cette nuit de misère et d’humiliation, la plupart d’entre nous sont découragés et désespérées : ils ne croient plus à un avenir autre.
Mais à nous aussi est annoncée la libération au cœur même de notre réalité ténébreuse. Il nous est donné l’assurance et la joie que notre nuit est illuminée par une présence.
En effet, pour nous chrétiens, la venue du Fils de Dieu parmi nous est la « lumière qui luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas étouffée » (Jn 1, 5) et ne pourront jamais l’étouffer. Il est cette « lumière véritable qui illumine tout être humain » (Jn 1,9). C’est cela, chers frères et sœurs le sens de la fête de Noël. Le Fils de Dieu s’incarne dans la colonne humaine en marche. Désormais tout notre cheminement humain est illuminé par sa présence et libéré de toute obstruction.

Chers frères et sœurs,

La venue du Fils de Dieu parmi nous est ainsi le don par excellence de Dieu à notre humanité et à tout l’univers. Cela exige de chacun et de chacune de nous une véritable réorientation de toute notre vie au quotidien. Habité par une présence qui t’illumine de l’intérieur, cesse de t’acharner contre les ténèbres : ajuste plutôt tes pas dans le sens de la lumière. Cesse de te tromper et de tromper les autres. Au contraire, par tes paroles et gestes concrets d’amour, crée autour de toi un espace lumineux. Alors tu deviendras, toi aussi, lumière sur les pas de tant de frères et sœurs qui gisent encore dans les ténèbres de la tristesse, de l’isolement et du désespoir.

Chers frères et sœurs,

Cette année est déclarée pour toute notre Eglise catholique en RDC une année de « Jubilé d’or » en souvenir de 50 ans de l’indépendance de notre pays.
Remercions notre Dieu pour le don merveilleux de notre grand pays. Remercions-le pour nous avoir conduits avec bonté et sagesse à travers divers événements de notre histoire nationale. Il nous a aidés à sauvegarder l’unité de ce pays au-delà de toute tentative de balkanisation.
Mais en cette année du jubilé, il nous faut sortir de toutes ténèbres du mal personnel et social auquel nous nous sommes trop habitués et dans lequel nous nous sommes mollement installés! C’est un combat continuel contre toute sorte d’injustices et d’oppressions, spécialement la corruption. Que personne de par notre faute, ne soit dans la misère et la tristesse : qu’as-tu fait de ton frère ?

Dans notre diocèse, nous célébrons en 2010 l’année du centenaire de la fondation de la paroisse Ste Croix de Bokoro. Cet heureux anniversaire est aussi un événement « lumineux » pour nous tous et nous toutes. Que le Seigneur en soit béni. Que la puissance de sa Parole d’Amour qui a animé les premiers missionnaires nous transforme en véritables « témoins » d’amour vrai pour nos frères et sœurs humains ; seul l’amour en effet sauve et nous fait passer de la nuit au jour, de la mort à la vie (1 Jn 3, 14).

L’Afrique a célébré cette année à Rome son second synode sur le thème de justice, paix et réconciliation. C’est aussi un événement « lumineux ». La lumière qui apporte la justice, la paix et la réconciliation est pour nous Quelqu’un et Quelqu’un de vivant, Jésus-Christ, la Paix de Dieu pour l’univers.
Pour terminer, frères et sœurs, je vous raconte un récit parabolique.
Un jour un rabbi (maitre juif) pose cette question à ses disciples :
 « Quand pouvons-nous dire que la nuit touche à sa fin et qu’un jour nouveau se lève à l’horizon ? »
 C’est, selon moi, répond un disciple, lorsqu’on peut distinguer au loin un palmier d’un dattier (une espèce de palmier dont les fruits –dattes- sont groupés en longues grappes).
Le rabbi reste insatisfait de la réponse.
 C’est, répond un autre, lorsqu’on peut distinguer au loin une chèvre d’un mouton.
Même insatisfaction de la part du rabbi… long silence des disciples.
Alors le rabbi conclut lui-même :
« Nous pouvons dire que la nuit s’en va et se lève l’aube d’un jour nouveau, quand tu commences à voir sur le visage d’un homme ou d’une femme, le visage de ton frère ou de ta sœur. Sinon, il fait encore nuit chez toi.
Qui a des oreilles pour entendre entende.
Joyeux Noel et nouvelle année féconde de 2010 à vous tous et vous toutes.

Soyez bénis au nom de notre Dieu, l’Emmanuel.

Fraternellement,
+ Philippe NKIERE KENA
Evêque d’INONGO.
Inongo, le 17 Décembre 2009

Aucun commentaire:

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)