lundi 16 novembre 2009

Réponse à certains de nos lecteurs. L'état d'ame avant un voyage vers l'Afrique mère.






Puisqu'il m' a été demandé, par certains de nos lecteurs, de dire en peu de mot le sentiment qui m'habite à ce moment où je me prépare à effectuer cet énième voyage vers le Congo natal, voyage qui me conduira demain Mardi le 17 Novembre tôt le matin de Rome- Paris- Kinshasa-Semendwa-Makaw- Bokoro- Kinshasa- Paris -à Rome pour une durée de plus ou moins un mois, je voudrais dire ceci: le voyage vers la terre natale est toujours un motif de joie. On va retrouver les personnes et les lieux qui ont fait de nous ce que nous sommes. Nous allons retrouver ceux et celles qui ont toujours été pour nous une "base arrière sure" pour soutenir notre idéal et nos projets de vie.

Nous allons trouver un peuple meurtri, bafoué dans sa dignité d'homme , abandonné mais qui croit toujours en un avenir meilleur. Nous y allons en ayant dans le cœur et dans la mémoire ces paroles du st Père à la clôture du synode spécial pour l'Afrique: Afrique, lève- toi.

Je pense à l'atterrissage à l'aéroport de Ndjili, au changement de monde entre l'aéroport international de Paris et le notre au Congo. Je pense à ces jeunes qui une fois en dehors de l'aéroport, se jetteront sur moi pour demander qu'ils transportent ma voiture, la chance d'avoir un petit rien pour s'assurer le repas du soir.

J'ai déjà en mémoire le décollage à Ndolo pour le diocèse d'Inongo, la beauté de notre cher fleuve Congo et de nos rivières, le beau paysage vu d'en haut, les immenses forets et je pense aux projets faits pour l'Afrique pour nous procurer l'eau courante ou aux collectes faites pour donner des bancs à nos élèves qui s'assoient à même le sol...

Mais comment ne pas penser à l'atterrissage à Semendwa, au silence qui y règne, à la charrette qui sert de chariot pour les bagages! Et oui, là commencera le vrai voyage avec nos hôtes. Il nous faudra affronter des routes sans asphaltes, il nous faudra parfois laisser la route pour entrer dans la savane à la recherche d'une issue meilleure; je pense à la peur de nos hôtes et à leur visage perplexe...

Je pense aux élèves que je rencontrerai Mercredi le 18 Novembre, s'il plait à Dieu, entre Semendwa et Makaw, enfants qui reviendront de l'école à pied et qui auront la chance de voir une jeep passer. J'entends déjà l'échos de leur cri de détresse: mr l'abbé mema biso pardon. Faudra-t-il les laisser continuer à pied pour mettre à l'aise nos hôtes habitués à voyager dans un certain confort! Et là, je penserai aux minibus scolaires que j'ai vus avec des places vides, parfois avec un seul enfant dedans, je méditerai sur la souffrance des nos enfants et je me demanderai: pourquoi !

Je pense au douleur intérieur que j'aurai aux approches de chaque village quand je verrai notre peuple renter des champs avec des charges inimaginables sur le dos, sur la tête ou sur les épaules pour faire vivre et soutenir leurs familles. Il me semblera de rêver alors que c'est la situation dans la quelle vit notre peuple.

Mais plus, je pense au sourire de notre peuple, à sa joie, à son hospitalité. Je pense déjà aux enfants qui sortiront de leurs parcelles, ce comité d'accueil sans protocole, pour nous dire: mbote, bienvenue!

Oui ce sera un voyage entre nostalgie et tristesse, entre joie et angoisse. Mais après tout, c'est un voyage de l'espérance, on y va pour consoler notre peuple et lui dire: l'Eglise t'aime.
L'important ce sera d'annoncer la beauté du monde nouveau que nous voulons bâtir sur des valeurs chrétiennes de foi, charité et espérance.

Une chose est sure: pour cette mission, nous ne sommes jamais seuls: le Christ nous a déjà précédés. C'est grâce à lui que ce peuple a obtenu ce sourire, c'est grâce à lui que notre peuple a la force d'aller de l'avant, ce sera toujours grâce à Lui que notre témoignage portera du fruit.

Jean-Willy BOMOI
Abbé d'Inongo/ Rome

Aucun commentaire:

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)