samedi 31 octobre 2009

C.E.V. : Nouvelle configuration


Lors de l’assemblée diocésaine tenue en 2006, un des points débattus était celui des C.E.V. (Communautés Ecclésiales Vivantes). La dite assemblée avait adopté une nouvelle formule des CEV qui tiendrait compte des réalités sur terrain et qui stimulerait la convivence expérimentée pendant l’assemblée avec des petites équipes de vie.


En effet, le constat avait été fait que les CEV dans leur configuration actuelle étaient trop grandes et n’aidaient pas les participants à mieux se connaître et à se sentir membres d’une même communauté de base. Chaque C.E.V. englobait plus de 200 familles (chaque famille contient en moyenne 6 membres) et étaient trop anonymes.


Il était donc urgent de réaménager les petites communautés de base. Une commission fut mise en place pour l’expérimentation. Elle était composée de Mgr l’Evêque, Mgr Jean Bolengo (alors vicaire général général), Mgr Mongo (alors curé de la cathédrale), l’animateur Pastoral Isidore Bolikala, Mlle Mélanie Nzali(auxiliaire de l’apostolat), Sœur Séraphine Mputu, père Jan Van Dooren (alors secrétaire-chancelier).


Elle a expérimenté la nouvelle formule avec des petits groupes de base de 5 familles. Cette expérience a été positive et la méthode utilisée a répondu aux besoins de membres. Un lien a été crée entre les participants qui apprennent ainsi à faire entrer le message de l’Évangile dans le concret et dans leur vécu quotidien(le thème utilisé était : la famille et le bon voisinage)
La méthodologie utilisée :
Réalité – confrontation à la parole de Dieu- Nouvelle praxis.
Éléments de référence : l’option pastorale du diocèse (bâtir un corps formant une communauté, prise en charge des plus faibles, la transformation de la terre).
Cette expérience a aidé ceux de St Albert à former une équipe de formateurs. Ce groupe est passé à la sensibilisation. Ensuite, un recensement a été organisé. Maintenant St Albert a formé ces petites communautés de base (Lisanga lya Bondeko O Kristu « LBK ») à taille humaine regroupant 5 familles. Les animateurs pour chaque communauté ont été choisis et suivent une formation.
Nous espérons que cette nouvelle expérience aidera les chrétiens à vivre leur vie de foi dans le concret de la vie quotidienne. La foi ne sera plus seulement une affaire des sacrements.
(photo: la fête du jubilé de Mgr Bolengo. Chaque CEV a apprêté la nourriture et le repas a été pris en commun)

vendredi 30 octobre 2009

Le lit d’opération de l’hôpital de Makaw, une préoccupation pour le bureau diocésain des œuvres médicales ( BDOM)





Le BDOM est le bureau de conseil de mgr l'évêque en matière de santé à travers le diocèse. Il est donc le service du diocèse d'Inongo chargé de coordonner toutes les interventions initiées dans le secteur de la pastorale sanitaire par le diocèse en faveur de la population diocésaine.

Au diocèse d'Inongo, Le BDOM est intégré dans la commission diocésaine Caritas et Develeppoement et travaille en partenariat avec les institutions de l'Etat Congolais conformément à l'esprit de l'accord cadre signé entre le Gouvernement Congolais et la conférence épiscopale nationale du Congo.

A l'hôpital de Makaw pour ne faire que cet exemple, quand vous visitez la salle d'opération, il vous semblera de rêver. Le lit d'opération est tenu par des morceaux de bois et de fers liés par des lianes. Apparemment, vous avez l'impression d'un lit bien fait et moderne mais ce n'est qu'une beauté qui cache une autre réalité inimaginable: il suffit d'une manœuvre mal faite ou démesurée pour que le malade se retrouve par terre en pleine opération.

Pauvre médecin, pauvres malades! Notre peuple mérite-t-il un tel sort! Trop, c'est trop.

Voilà pourquoi le diocèse, dans sa pastorale sanitaire, a entrepris certaines initiatives pour mettre fin à cette situation qui ne respecte pas du tout la dignité de notre peuple.
Cela couvrira certains hopitaux du diocèse.

Photos:
1. le personnel médical de l'hôpital de Makaw
2. le médecin met en ordre les bars de fer pour préparer le lit d'opération: il y a un malade à opérer
3. Une vue du lit d'opération montée de toute pièce
4. Un bourgeon germera et notre peuple aura le sourire un jour!

Prière de Toussaint

Ils sont nombreux les bienheureux qui n'ont jamais fait parler d'eux
      et qui n'ont pas laissé d'image.
Tous ceux qui ont de puis des âges aimé sans cesse
      et de leurs mieux autant leurs frères que Dieu.
 
Ceux dont on ne dit pas un mot, ces bienheureux de l'humble classe,
      ceux qui n'ont pas fait de miracle.
      Ceux qui n'ont jamais eu d'extase
et qui n'ont laissé d'autre trace qu'un coin de terre ou un berceau.
 
      Ils sont nombreux ces gens de rien,
ces bienheureux du quotidien qui n'entreront pas dans l' Histoire,
     ceux qui ont travaillé sans gloire
et qui se sont usé les mains à pétrir, à gagner le pain.
 
Ils ont leur nom sur tant de pierres et quelques fois dans nos prières,
     Mais ils  sont dans le  coeur de Dieu.
Et quand l'un d'eux quitte la Terre pour gagner la maison du Père,
     Une étoile naît dans les cieux.
                                         ( Robert Lebel)
 
Amitiés à tous en cette semaine ou chacun à notre façon nous préparons dans le recueillement             les fêtes de Toussaint.
 
Voyageuse
                                                  
 
 
 

jeudi 29 octobre 2009

Bokoro a un institut technique médical A2 et un institut supérieur des techniques médicales

L'institut technique médical, ITM A2 Salisana Bokoro, section infirmière, forme les infirmiers.

A Bokoro, il y a aussi un institut supérieur des techniques médicales, en sigle ISTM, avec les options suivantes:
- Sciences infirmières
- Nutrition
- Gestions des institutions de santé

mercredi 28 octobre 2009

Synode: l'’Eglise « pour » l’Afrique et « avec l'Afrique ». Mgr Laurent Monsengwo parle...






Après le synode des évêques pour l'Afrique, dont les travaux se sont achevés dimanche, l'Eglise catholique non seulement s'engage « pour » ce continent, mais découvre la manière de marcher « avec » lui, reconnaît le porte-parole du Saint-Siège.

Selon le père Federico Lombardi, s.j., directeur de la salle de presse du Saint-Siège, le monde est appelé à ne pas seulement découvrir les richesses matérielles de l'Afrique, mais surtout ses richesses humaines et spirituelles.

Au moment où les pères synodaux, après trois semaines d'intenses discussions, regagnent leurs pays, le porte-parole du Saint-Siège, dans son éditorial du dernier numéro d'« Octava Dies », l'hebdomadaire du Centre de télévision du Vatican, dont il est aussi le directeur, passe en revue quelques unes des conclusions de ce synode.

« Le message et la série de propositions approuvées par les pères synodaux constituent les conclusions provisoires » de ce synode, souligne-t-il, « dans l'attente du document final du Pape les prochains mois ».

« Le parcours de l'Eglise en Afrique a franchi une nouvelle étape », relève-t-il.

« Même si beaucoup de sujets ont été soulevés, le synode n'a pas voulu discuter de tous les problèmes de l'Afrique », précise-il. « Il s'est concentré sur son thème central : l'Eglise au service de la réconciliation, de la justice et de la paix ».

« Comment devenir une vraie force spirituelle, force propulsive d'un progrès de développement intégral dans la paix? » est la question que s'est posée l'assemblée synodale.

Selon le père Lombardi, « les interventions des pères ont mis en lumière beaucoup de très belles expériences positives, souvent nourries d'une sagesse typiquement africaine, à reproposer et faire connaître, comme soutien d'espérance ».

« A notre avis il est aujourd'hui urgent de passer des grandes paroles et des concepts aux expériences concrètes de vie, aux histoires à raconter et aux chansons à entonner, pour que la joie de la réconciliation, la soif de justice et la fête de la paix deviennent des sentiments de la vie quotidienne sur tout le continent », estime-t-il.

« Et puis il doit y avoir la solidarité de l'Eglise universelle. L'archevêque de Kinshasa, Mgr Laurent Monsengwo Pasinya, nous a dit que la construction du chemin de solidarité avec l'Afrique repose moins sur le ressources matérielles de l'Afrique, ses ‘matières premières', que sur sa ‘matière grise', le cerveau, autrement dit sur l'esprit et le cœur de ses habitants ».

Texte: cfr zenit.org

Photo:

1. Le pape Benoit XVI

2. Mgr Laurent Monsengwo et Rosette Ilinke à Rome ( cfr prise de pallium)

3. Délégation d'Inongo au baptême de Carlo, fils du dr Lengame Silla/ Rome

4. Mgr Philippe Nkiere prie dans une chapelle du village avec certains chrétiens

5. Willy Lengame et Carlo


lundi 26 octobre 2009

Benoît XVI satisfait du travail du Synode. Deux tentations dépassées : la politisation et le manque de réalisme

ROME, Lundi 26 Octobre 2009 - « Nous avons fait un bon travail, avec l'aide du Seigneur », a affirmé le pape, samedi 24 octobre, au terme du déjeuner avec les Pères synodaux, qui s'est déroulé dans l'atrium de la Salle Paul VI.



Peu après la fin du repas, le pape a pris la parole pour exprimer sa satisfaction concernant le Synode, dont le thème « était un défi difficile ».

Le thème « Réconciliation, justice et paix », face aux graves problèmes du continent, impliquait deux dangers : celui d'envahir le domaine de la politique et, au contraire, la possibilité de devenir trop « spirituel » en s'éloignant de la réalité.





R


Les questions traitées, a-t-il admis, comportaient « certainement une forte dimension politique, même s'il est évident que la réconciliation, la justice et la paix ne sont pas possibles sans une profonde purification du cœur, sans un renouvellement de la pensée, une metanoia, sans une nouveauté qui résulte de la rencontre avec Dieu ».

« Mais même si cette dimension spirituelle est profonde et fondamentale, la dimension politique aussi est très réelle, parce que sans réalisations politiques, ces nouveautés de l'Esprit ne se réalisent pas », a-t-il ajouté.

C'est justement pour cela que « la tentation pouvait être de politiser le thème, de parler moins de pasteurs et plus de politiques, avec une compétence qui n'est pas la nôtre ».

L'autre danger était « celui de se retirer dans un monde purement spirituel, dans un monde abstrait et beau, mais qui n'est pas réaliste ».

« Le discours d'un pasteur, au contraire, doit être réaliste, doit toucher la réalité, mais dans la perspective de Dieu et de sa Parole », a dit le pape. Un défi qui, selon lui, a été affronté avec succès.

« Cette médiation invite, d'une part à être réellement liés à la réalité, attentifs à parler de ce qui existe, et de l'autre à ne pas tomber dans des solutions techniquement politiques ; cela signifie montrer une parole concrète, mais spirituelle ».

« C'était le grand problème du Synode et il me semble que, grâce à Dieu, nous avons réussi à le résoudre et pour moi, c'est aussi un motif de remerciement parce que cela facilite beaucoup l'élaboration du document post-synodal ».

Benoît XVI a donc voulu remercier tous les membres du Synode qui ont travaillé pour faire avancer les travaux de l'assemblée.

Il a particulièrement demandé d'applaudir les rapporteurs qui, a-t-il dit, « ont porté le plus grand poids du travail », travaillant de nuit, le dimanche et durant les pauses déjeuner. De la même manière, il a salué l'activité des traducteurs.

Le pape a enfin annoncé que le cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson avait accepté sa nomination, rendue publique le jour même, comme président du Conseil pontifical Justice et Paix, en remplacement du cardinal Renato Raffaele Martino.

Texte: zenit.org

Photo du service photographique du Vatican

PRIERE POUR LA PAIX

Entends ma voix,Seigneur, car c'est celle des
victimes de toutes les guerres et de toutes les
violences entre les individus et les peuples....
 
Entends ma voix, car c'est celle de tous les enfants
qui souffrent et qui souffriront tant que les gens
mettront leur confiance dans les armes et la
                     guerre....
 
Entends ma voix, quand je te prie d'insuffler dans
le coeur de tous les humains la sagesse de la paix,
la force de la justice et la joie de l'amitié....
 
Entends ma voix, car je te parle pour les multitudes
qui, qui dans tous les pays et en tous les temps,ne
veulent pas la guerre et sont prêtes à parcourir la
                  la route de la paix.....
 
Entends ma voix, et donne-nous la force de savoir
répondre toujours à la haine par l'amour, à
l'injustice par un total engagement pour la justice,
                  à la misère par le partage....
 
               Entends moi voix,
ô Dieu, et accorde au monde ta paix éternelle.
                                             (De Bambi )
 

dimanche 25 octobre 2009

Ce matin à la basilique St Pierre, le St Père a célébré la messe pour la cloture des travaux du synode pour l'Afrique. Courage, lève toi ! »







Ce matin à la basilique St Pierre de Rome, le St Père a conclu les travaux du synode spécial pour l'Afrique avec une messe solennelle.
Pour trouver une place, certains étaient là depuis 5h00 du matin alors que la messe ne devait commencer que vers 10h00.

Courage, lève toi ! », lance Benoît XVI à l’Afrique

Pour le pape, « le dessein de Dieu ne change pas ». « A travers les siècles et les retournements de l'histoire, Il vise toujours le même objectif : le Règne de la liberté et de la paix pour tous ». « Et cela implique sa prédilection pour tous ceux qui sont privés de liberté et de paix, pour tous ceux qui sont violés dans leur dignité de personne humaine », a-t-il continué. « Pensons en particulier à nos frères et sœurs qui, en Afrique, souffrent de pauvreté, de maladies, d'injustices, de guerres et de violences, de migrations forcées ».

S'appuyant sur l'encyclique Populorum progressio, le pape a rappelé l'importance de conjuguer évangélisation et promotion humaine, en encourageant « un développement respectueux des cultures locales et de l'environnement » pour « faire sortir les peuples africains de l'esclavage de la faim et de la maladie ». « Il faut donc renouveler le modèle de développement global », a-t-il conclu.

Le dernier chant de la messe a été exécuté par les prêtres et séminaristes de l'Éthiopie, rite copte. Enfin, directement à la sortie de la messe, nous nous rassemblés à la place St Pierre pour réciter ensemble l'angelus avec le St Père, entouré par nos évêques.

Afrique, lève-toi et marche.

Photos:

1. Le pape passe devant nous à la fin de la messe, à ses cotés Mgr Jean-Pierre Kwambamba, son cérémoniaire
2. L'Afrique en fête à la place St Pierre / Vatican
3. la chorale nigériane qui a animé la liturgie
4. L'abbé Dieu Donné de Kisangani, le père François Muway ( des pères du Sacré Coeur,), l'abbé Jean-Willy Bomoi (diocésain d'Inongo) et la père Roland Nene ( Des Fils de l'Immaculée Conception) ce matin devant la salle Paul VI- Vatican/ Rome
5. Il fallait faire la queue pour avoir une place dans la basilique St Pierre ce matin

samedi 24 octobre 2009

ANNEE DU JUBILE

MESSAGE PHONIQUE DU 24 OCTOBRE 2009
A : Toutes les paroisses
De : Mgr L’Evêque

Voici le programme pour le jubilé de l’Indépendance (50 ans) :
· Le 1er Novembre s’ouvre ce jubilé dans notre diocèse par une messe solennelle (Toussaint) célébrée en action de grâce pour les bienfaits que le Seigneur a accordés à Notre Pays.
· Chaque jour, avant la bénédiction finale, on chantera : « Eh, Nzambe batela ekolo ya Congo » à la place du chant de l’option pastorale et cela jusqu’au 30 juin 2010.
AU NIVEAU DES PRIERES :
· Tous les jeudis : Adoration
· 1 vendredi par mois : Chemin de croix (sauf en temps de carême : tous les vendredis)
· Les retraites de Noël, Pâques et Pentecôte porteront sur l’indépendance du pays.
· Organiser le pèlerinage au niveau paroissial et décanal.
ITINERANCE
· Visite aux malades et aux prisonniers mais également aux responsables religieux, politiques de la place.
· Visite organisée dans les sous paroisses ou petits villages.
· La commission justice et paix organisera des sessions de réconciliation (avoir des cellules ad hoc de réconciliation (pour les résolutions de conflits, cfr Assemblée diocésaine)

Il est entendu que les CEV sont des endroits où toutes ces différentes réalités doivent s’initier et prendre chair.


Inongo, le 24 octobre 2009
+ Philippe NKIERE KENA
Evêque d’Inongo

La beauté de la nature au diocèse d'Inongo


Et vous le soleil et la lune bénissez le Seigneur; et vous les astres du ciel, bénissez le Seigneur!

L a création est le premier livre écrit par Dieu ( St Augustin).

Plus que la voix des eaux profondes, des vagues superbes de la mer, superbes est le Seigneur dans les hauteurs!

Les cieux racontent la gloire de Dieu
et les œuvres de ses mains, le firmament l'annonce;
le jour en jour en livre le récit et la nuit à la nuit
transmet la connaissance (ps.19).

A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui
le fils d'un homme, que tu en prennes souci (Ps.8)

Et vous sources et fontaines
bénissez le Seigneur!
Océans et rivières
bénissez le Seigneur! ( Dn.3)

vendredi 23 octobre 2009

Voici certaines images que la mère nature nous offre gracieusement au diocèse d'Inongo.






Ces images sont là pour montrer la beauté de la nature au diocèse d'Inongo au travers de ses différentes facettes. Que serait la "Beauté" s'il n'y avait personne pour l'admirer!

La beauté de cette nature invite au silence.Plus, elle suscite l’humilité, un état méditatif et le respect de ce tout dont nous faisons partie.

Assis sur les bancs de certaines de nos paroisses, on se croirait tomber dans un rêve où on ne voudrait pas se réveiller.

Et dire que la plupart des nos villages, cités et cures sont situés le long des rivières....!

Magnifique!

Photo 1: à Lonkesa ( Kutu), croisement lac et Lukenie
n. 2-3: En face de l'évêché..la beauté du lac
n.4. A Ibaa, on laisse la Lukenie pour Lolabu
n5. DE l'Eglise de Makaw, une vue du Kasai

jeudi 22 octobre 2009

L'abbé Edo Ngongo aux études aux facultés catholiques de Kinshasa

Ya Edo ( a gauche) pour les familers , aux études aux facultés catholiques de Kinshasa où il continue ses études en thélogie.
Grand ami des jeunes, initiateur des bana Mwinda ( ici avec les co fondateurs), ya Edo a fait sa théologie à Rome à l'université pontificale urbanienne. Puis il est rentré au diocèse et ordonné pretre à Oshwe le 15 Février 1987.
Ya Edo a été vicaire à Makaw, vicaire puis administrateur paroissial à Oshwe, curé de Kiri et enfin curé de la cathédrale.
De très bonnes études sango Edo.
Posted by Picasa

mercredi 21 octobre 2009

"Il n’est pas permis de tuer des innocents " : Lettre du synode



Le synode lance un cri pour le respect de la vie humaine en Afrique : « Il n'est pas permis de tuer des innocents pour des motifs sociaux, politiques, ethniques, raciaux ou religieux ».

Les trois présidents délégués de l'assemblée synodale (les cardinaux Francis Arinze (Nigeria), préfet émérite de la congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements, Théodore-Adrien Sarr (Sénégal), archevêque de Dakar, et Wilfrid Fox Napier, O.F.M. (Afrique du sud), archevêque de Durban) et le secrétaire général du synode, Mgr Nikola Eterovic, ont en effet adressé une lettre aux présidents des conférences épiscopales du Soudan, d'Ouganda, du Tchad, de la République démocratique Congo et de République Centrafricaine.

Source: zenit.org

la 1ère photo est du site radiookapi.net ( le 21 Oct.2009)

mardi 20 octobre 2009

l'évêque incarne l'espoir...


Cette image de notre évêque sur le tipoi, transporté par quatre chrétiens en dit long. L'évêque est le pasteur de son peuple.

Puis par ces temps qui courent, l'évêque reste le dernier rempart du peuple. C'est lui qui incarne l'espoir.

Cette même image traduit aussi l'estime qu'a notre peuple envers le père évêque, tata episkopo, homme de Dieu..

On se l'imaginait: Semendwa ne pouvait pas faire autrement pour honorer Mgr l'évêque qui a voulu que les ordinations aient lieu dans leur cité.
Nous savions que Mgr l'évêque n'allait pas accepter de monter sur un tipoi, lui qui, partout où il est passé a préféré marcher à pied avec tous les chrétiens mais cette fois ci, il a du céder à la pression de la foule....

Episkopo, tolingi yo, nous t'aimons... ozali tata, mosali ya Nzambe...

Photo: l'entrée de l'évêque à Semendwa durant les ordinations du 20 Septembre. Les chrétiens n'ont pas accepté qu'il marche avec eux jusqu'à la paroisse..ils l'ont transporté sur une chaise bien portée par quatre personnes.

lundi 19 octobre 2009

Ordination....




Posted by Picasa

Visite pastorale




Prévu pour le 09 septembre, le voyage pastoral de Mgr n’a eu lieu que Jeudi le 10 septembre. Le lac qui n’a pas été consulté dans l’élaboration du programme s’est montré défavorable. Le 10 septembre, le voyage a eu lieu et Mgr est arrivé à Kemba à 15h00'. Un accueil chaleureux a été réservé à l’évêque par ceux de Kemba qui n’ont plus vu un évêque dans leur village il y a 23 ans. Ils avaient peine à croire que l’évêque vienne les visiter, mais aussi passer 2 jours dans leur village partageant leur vie ordinaire, de tous les jours. Et dans les villages, quand une autorité religieuse arrive, l’accueil est affaire de tous : catholiques, protestants, kimbanguistes, etc.
Le soir, les bana mwinda, Les K.A., Les chorales (4) ont animé la soirée et l’abbé curé a expliqué la parole de Dieu en partant de la parabole du bon samaritain.
Le Vendredi septembre 11, il y a eu expérience de convivence. Les conseillers pastoraux et les délégués de villages de la sous-paroisse ont été repartis en plusieurs commissions. Chaque commission devait aller sur terrain pour voir concrètement comment les malades sont-ils pris en charge ; Que faire pour réconcilier les chrétiens, que faire pour la nourrir ceux qui étaient présents là ; Parler avec les autorités pour voir comment elles peuvent être aussi instruments de paix et de réconciliation, comment leur travail peut-il être perçu comme une mission ; comment organiser les travaux d’intérêt public(amenagement de la source, champs communautaires…). Pour vivre cette expérience, les conseillers pastoraux et les délégués ont été repartis en 5 commissions :
1. Des malades
2. De réconciliation
3. De la restauration
4. Délégation pour parler avec les autorités
5. Des travaux d’intérêt communautaire

« Après la première évangélisation, nous, artisans de la 2è, devrons vivre autrement notre foi. (Après le centenaire de l’Évangélisation du diocèse en 2007, la paroisse Ste croix se prépare à fêter l’année prochaine le centenaire de son évangélisation aussi). Une foi qui ne se limite pas aux sacrements, qui ne reste pas cultuelle, une foi engagée et engageante. Notre foi doit nous inciter à vivre ensemble autrement, à changer le monde dans lequel nous vivons. « Et si nous sommes venus ici, a martelé Mgr l’Evêque, c’est parce que cette nouvelle évangélisation doit commencer dans les centres marginalisés. Commencer par les petits centres pour aller vers les grands. Faire cela, c’est suivre l’itinéraire de Jésus et faire comme lui ».
Cette deuxième évangélisation exige que la base soit impliquée dans la dynamique de la préparation. Et cette préparation ne doit pas être seulement matérielle. Elle doit aussi et surtout etre spirituelle.

Le dernier jour, Samedi, 12 septembre, il y a eu confirmation, mariage, première communion. Pendant son homélie, Mgr l’évêque a invité les chrétiens de Kemba et des environs à être constant dans la foi. Éviter d’avoir un pied dedans et un autre dehors : ne pas être de deux cotés.
C’est dans l’après midi que Mgr a pris congé de chrétiens de Kemba venus l’accompagner jusqu’ à la rive. Mgr a passé la nuit à Bokoro avant d’aller à Muntu où l’accueil fut aussi chaleureux. A Muntu, la même expérience de convivence a continué. Et c’est après deux jours qu’on est passé de Muntu à Ilombe (avec une escale de 15’ à Nsilala situé à une dizaine de km de Muntu) où nous somme arrivés à 17h30, le 15 septembre. Ceux de Nkwishien n’ont pas voulu que Mgr passe sans les bénir. On y est resté pendant un quart d’heure encore. Chaque village tenait à ce que Mgr s’arrête ne fût ce que pour quelques minutes. Certains ne l’ayant jamais vu.
A Ilombe, la même expérience de convivence a été vécue.
Dans ces trois sous paroisses, nous nous sommes rendus compte que nous ne vivons pas assez de façon convaincante notre foi. Les malades, les vieilles personnes (traitées souvent de sorciers) se plaignent qu’ils sont abandonnés par la famille et la communauté chrétienne ; les chrétiens ne sont pas encore convaincus que la foi les pousse à un engagement sérieux dans le monde, un engagement pour les travaux d’intérêt public; que l’amélioration des conditions de vie est aussi l’affaire des chrétiens . Beaucoup continuent encore à fréquenter l’église sans s’être réconciliés avec Dieu, les autres, etc.…

Le jeudi, nous sommes partis d’Ilombe pour Bokoro. Le lendemain, nous nous sommes mis en route encore pour Semendwa. (Et c’est ce même jour que l’abbé Benjamin Molasoko quittait cette vie pour la Vie à Bandundu).
Vers 16h00’, la jeep conduisant Mgr est arrivée à semendwa et les chrétiens et tous les autres conduits par le curé et les membres du protocole sont venus attendre Mgr et une équipe était prête pour le transporter sur le tipoy. Le refus de Mgr pour le tipoy n’a pas changé la donne et il a bel et bien été transporté jusqu’ à la paroisse.
Après le mot de bienvenue, Mgr a congédié la foule en la bénissant.
Le soir à 19h30’ une soirée a été animée par les chorales protestantes et catholiques jusque vers 21h00’
Le lendemain matin, la pluie est venue changer l’horaire de la messe. Prévue à 8h00, la messe a dû commencer à 10h30’ pour finir vers 15h00’.
Le repas a commencé à 16h00’ et fini vers 18h00’
Le lundi 21 septembre, les nouveaux pretres Patrick Ndwaya et Floribert Ikamoton ont célébré leur première messe. Cette dernière a commencé de 8h30.
Pendant l’homélie l’abbé a insisté sur la notion du prochain en partant de la parabole du bon samaritain (de l’Evangile de Jean) : Qui est mon prochain ? A en croire le jeune prêtre il faut considérer son prochain comme soi- même : quant il faut faire du bien il est souhaitable de le faire non en tenant compte de la tribu, langue …Car, Dieu en nous créant, il n’a pas crée un peuple plus qu’un autre. Pourquoi alors ces barrières qui rongent nos milieux de vie ?
Nous nous sommes passé de la fête au deuil, le père Evêque à la fin de la messe a annoncé de façon officielle la mort de l’abbé Molasoko.
Mardi 22 Septembre, les différents invités sont partis pour Bokoro attendre la dépouille mortelle qui devait venir de Bandundu.
Et c’est le 23 septembre vers 21h00’ que la dépouille mortelle est arrivée’. Les chrétiens attendaient déjà à l’église et la veillée mortuaire est allée jusqu’au matin.
La messe a commencé à 8h30’ et a pris fin à 11h00’. Le cortège funèbre est allé jusqu’au séminaire où un cimetière a été ouvert pour les prêtres.
A 15h00’, la délégation d’Inongo et Kutu a repris le chemin de retour.
Les curés doyens ont eu réunion le 25 septembre au couvent des SIC dans la salle de réunion.
Les chrétiens ont vu dans la visite du père Evêque un encouragement dans leur foi. Que Mgr accepte de passer deux jours dans leur village en partageant en toute simplicité leur vie quotidienne (Mgr a fait partie, à Kemba, du groupe de restauration et s’est mis au travail pour apprêter la nourriture pour les autres) les a marqués profondément.
Mgr l’Evêque les a exhortés : « Notre arrivée chez vous est signe que Dieu est venu jusqu’à vous, chez vous. Il faut donc continuer ce qui a été commencé. Chacun a donc reçu une mission. »
Il faut reconnaitre que ces chrétiens nous ont évangélisés. C’est dans toute simplicité qu’ils nous ont accueillis et dans leur pauvreté, ils ont partagé dans la joie.
(la Photo montre Mgr ( à Kemba dans le groupe de restauration ) distribuant les arachides)

Arrivée à Semendwa




Mgr avec le secrétaire génèral de la CEBU ( Communautés des Eglises Baptistes Unis)
Posted by Picasa

Année sacerdotale et ordination de cinq prêtres à Semendwa.






Ils étaient ordonnés prêtres ce 20 Septembre à la paroisse sacrés cœurs de Jésus et de Marie à Semendwa . Une grande fête pour le diocèse et pour l'Eglise mais entachée par la nouvelle du décès d'un autre jeune prêtre en la personne de l'abbé Benjamin Molasoko...l'un s'en va, cinq autres continuent la mission. A Dieu soit la gloire aujourd'hui, demain et pour les siècles sans fin.

Une de grandes peurs était la pluie puisque la cérémonie devait se dérouler en plein air. Tous étaient là à contempler le ciel. Samedi matin, ciel serein, l'après midi on voit apparaitre un peu de nuages et la nuit, une forte pluie. Il fallait refaire la travail: enlever les bancs, dérouler le tapis de l'autel... puis vers 10h00, il a cessé de pleuvoir...
Ordination à Semendwa, une première fois dans l'histoire.

Prêtres ordonnés lors de l'année sacerdotale, une grâce pour l'Église. Elanga ezali monene, basali bazali muke.

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)