mercredi 30 septembre 2009

Changement de programme. Mgr sera à Inongo le lundi 5 Octobre


Pour des raisons pratiques et non prévues dans le programme, Mgr partira de Bokoro demain. Il prendra un peu de jours à Kutu pour ne regagner Inongo que le 5 Octobre.

A Kutu, Mgr sera à Lonkesa.

Photo: Mgr Philippe Nkiere a Lonkesa ( photo 2008)

mardi 29 septembre 2009

Mgr a rencontré ce matin au petit séminaire de Bokoro les abbés et les stagiaires, formateurs du petit séminaire.


Mgr l'évêque a rencontré ce matin à Bokoro les abbés et stagiaires professeurs du petit séminaire de Bokoro. Après leur avoir donné des consignes sur la formation , mgr les a exhortés à aller de l'avant malgré les diverses difficultés aux quelles ils font face chaque jour pour bien encadrer ces jeunes.
Après le mot de Mgr l'évêque, l'abbé recteur du petit séminaire, Pierre Ikamba Welo, a remercié Mgr pour l'attention qu'il porte vers cette maison de formation, " sa pépinière" et a tracé les objectifs de cette année scolaire.
Pour ceux qui ne le savent pas, le petit séminaire de Bokoto est en même temps la maison de propédeutique pour ceux qui ont étudié ailleurs et veulent aller au grand séminaire.

Pour la petite histoire, de ce séminaire de Bokoro sont issus 3 évêques: Mgr Lesambo ( évêque émérite d'Inongo), Mgr Laurent Monsengwo ( archevêque de Kinshasa) et Mgr Philippe Nkiere, actuel évêque d'Inongo. Mgr Eugène Moke, ancien évêque auxiliaire de Kinshasa, est lui aussi passé un moment par ce séminaire.

Le petit séminaire de Bokoro est une école d'élite, il a formé non seulement les prêtres diocésains et religieux mais aussi certains hauts cadres du pays; certains d'entre eux ont été ministres, députés, sénateurs de la République. Nous pouvons l'affirmer avec orgueil: ceux qui sont passés par ce séminaire témoignent de la formation reçue et en parlent toujours avec reconnaissance. Ils sont ce qu'ils sont aujourd'hui grâce aussi à la formation reçue dans cette maison de formation.

Nous ne pouvons que souhaiter un bon service aux abbés professeurs et une bonne année scolaire à tous les élèves. Nous confions à la miséricorde du Seigneur tous les abbés professeurs décédés ( Ignace Ngazin, Benjamin Keshimi, Baudoin Mpia, Jean-Jacques Keliki, Benjamin Molasoko), tous les professeurs laïcs et élèves qui nous ont précédés dans la maison du père.

Photo: bâtiment des professeurs/ Petit séminaire de Bokoro ( Diocèse d'Inongo)

lundi 28 septembre 2009

Un jour les choses changeront... Réponse d'une de nos lectrices ( abonnée du blog) au message de la petite fille africaine de ce matin!


Oui petite fille nous te connaissons, pour moi tu es la petite fille de la savane pleine de courage et le regard tourné vers l'avenir.
Je suis certaine que Mgr l'Evêque lors de son passage sera attentif à vos souffrances et emportera tout dans son cœur.
Tu poses une question bien difficile petite fille ;" Pourquoi devons- nous être enfants du ciel et misère de la terre" Il est très difficile d'y répondre; certains te diront ; C'est ainsi fait, c'est cela la vie......mais surtout n' attache pas d'importance à ces réactions. La vie ce n'est pas cela. Ce n'est pas la fatalité. Dis toi bien que si nous sommes là c'est pour être bien. Le monde est crée pour que tous nous soyons bien. Mais au long des années, que dis-je des siècles l'homme n'a pas compris ce message et est devenu orgueilleux, certains voulaient plus et leur cœur s'est fermé. Pour avoir plus ils ont fait des guerres pour accaparer le bien des autres, ils ont construit des grandes choses et petit à petit s'est crée une différence.. aujourd'hui le monde continue ainsi. Il y a ceux qui ont trop, qui ont beaucoup,qui ont moins et rien de tout.
Ce n'est pas Le Seigneur qui veut cela., ce n'est pas cela la vie. Mais Le Seigneur laisse à l'homme sa liberté d'agir et Il l'a respecte. Quand tous auront compris que nous sommes frères et que nous devons nous donner la main pour former une fraternité universelle ,alors tout ira mieux.
Un jour petite fille de la savane, ma petite amie j'espère te rendre visite. Ensemble nous parlerons, tu me montreras ton village et peut être auront nous ensemble une idée qui donnera un peu d'espoir à toi et à ton village.
Gardes ton regard tourner vers l'avenir, gardes l'espoir. Avec toutes les petites filles et petits garçons de la savane étudie bien. Tu es l'avenir de ton village et je suis certaine tu lui enlèveras sa misère. Le monde viendra te voir et dira voilà ce qu'une petite fille de la savane et ses amis ont pu réaliser. Au revoir ma petite amie dans ta misère tu es riche....
Voyageuse

Cet enfant africain vous salue: bonjour l'Afrique, bonjour le monde!


Les habitués du blog du diocèse d'Inongo me connaissent. Je m'appelle: enfant du ciel, misère de la terre; du village "ata ndele mokili ekobaluka". Nous allons bien. Il y a quelques jours, Mgr l'évêque est passé par ici. Le catéchiste nous l'avait annoncé et tous nous l'avions attendu. Il allait à Makaw pour la confirmation. Sa jeep était pleine de personnes.

Il s'était arrêté dans mon village et nous a parlé des ordinations de Semendwa et du décès d'un abbé du diocèse. Nous avions pleuré mais il nous a encouragés en nous disant que le Seigneur sait pourquoi il l'a permis. Nous n'avons pas compris pourquoi le Seigneur a rappelé à lui un si jeune prêtre. Après avoir béni nos objets de piété, il a continué son voyage.

Aujourd'hui, personne n'est allée au champs. Nous attendons son passage car il repart pour Bokoro. Pendant la liturgie de la parole de ce matin, le catéchiste nous l'a annoncé et nous l'attendons. Nos parents et le comité du village ont beaucoup de choses à lui dire car la souffrance est atroce. Nous sommes abandonnés à nous- même. Nous n'avons plus de savon, plus de pétrole pour nos lampes, plus d' allumettes. La toiture de l'école est tombée. Nous ne savons même plus où avoir des planches pour fabriquer des portes et des fenêtres. Notre école commence à servir de dortoir pour les chèvres du village par manque de portes. Mais ce que nous attendons le plus, c'est sa bénédiction.

Le comité du village a aussi préparé des cadeaux pour lui: des bananes, papayes, poules et chèvres. Nous nous demandons s'il les prendra car sa jeep est toujours pleine de monde. Dans notre village, il devra prendre un malade qui doit aller se faire opérer à Bokoro. Ce malade a attendu deux semaines à la maison car il n' y a aucun moyen de transport.

Moi aussi j'ai préparé un cadeau pour Mgr l'évêque: je lui donnerai un œuf de poule que la grand -mère m'avait remis pour que je le mange quand j'aurai faim. Mais je lui dirai aussi dans l'oreille: Mgr, prie pour tous les enfants du monde. Jésus nous aimait mais le monde nous fait souffrir. Nous grandissons dans les conditions très difficiles. Pourquoi devons-nous être enfants du ciel mais misère de la terre?

Se/ Enfant du ciel , misère de la terre
avenue, mon nom est écrit sur le livre de la Vie
du village Ata ndele mokili ekobaluka
0000 LE MONDE PASSE

dimanche 27 septembre 2009

Mgr l'éveque à Makaw pour la confirmation



Aujourd'hui à Makaw, Mgr confère le sacrement de confirmation.

Curé de Makaw: l'abbé Jean-Paul Lokutu

Vicaire: l'abbé Bernadone Mbomoyi

supérieure SIC: sr Henriette Monkambula

services sociaux: élevage ( kraal), hôpital, écoles et centre de formation pour lutter contre la malnutrition.

samedi 26 septembre 2009

Okende malamo mr l'abbé Benjamin. O paradizu, banzelu bayingisa yo...!


O PARADIZU, BANZELU BAYINGISA YE
O PARADIZU; TIKA YE APEMA NA YE


O BOMOI BWA LOBIKO YAMBA YEE KRISTU,
O ESENGO YA SEKO YAMBA YE LELO

A bientôt ABUGAZA !
A bientôt MAPERA !
A bientôt NGALAMI !

Photo: la sortie de la dépouille mortelle de l'église Notre Dame du rosaire de Bandundu...direction..... Bokoro pour l'enterrement!

Quelques photo de l'ordination diaconale du diacre Matthieu Mpampanye







Il été ordonné diacre il y a deux semaines à Rome, Matthieu Mpampanye Mpanga, religieux de la paroisse St Léon de Lokolama.

Pour des raisons techniques, nous n'avions pas pu vous montrer les photo de cette cérémonie. Les voici...

vendredi 25 septembre 2009

Les photo de la dépouille mortelle de l'abbé Benjamin Molasoko à Bandundu





Ces photos pour vous nos chers lecteurs, pour tous ceux qui avaient bien voulu être là et caresser ce cercueil.....
Oui, au moment où nous le contemplons dans ce cercueil, nous exécutons cette chanson, parmi tant d'autres, qu'il a composée:

R/ Nous n'avons pas à lutter contre les amis, nous n'avons pas à lutter entre nous; nous luttons contre les puissances du mal, nous luttons contre les forces du mal!

1. Combat de tous les jours, lutte sans merci, il ne doit y avoir qu'une seule issue, la victoire des chrétiens sur mal....pas de compromis , pas de compromis....!

De tout cœur un grand merci à tous les confrères abbés de Bandundu . Merci à l'abbé Bernard Fansaka qui a bien voulu nous envoyer ces photos qu'il a lui même prises à Bandundu pour notre blog.

1ère et 2ème photo: les confrères prêtres de Kenge et certains laïcs transportent la dépouille mortelle

3ème photo: la maman de l'abbé et les autres ont veillé toute la nuit devant le cercueil à l'église Notre Dame de Bandundu

4ème photo: sur la jeep, on voit l'abbé Mampuya qui avait tenté lui aussi, pendant que l'abbé Benjamin était en repos médical en famille chez les parents à Bandundu, de le soigner par la médecine traditionnelle .

Ceux qui veulent avoir d'autres photos peuvent le demander en écrivant à mumpebomwi@yahoo.fr

Les soeurs de la Divine providence à Nioki... Bienvenues chères soeurs!







Les sœurs de la Divine Providence sont à Nioki depuis le 4 Septembre. A leur descente d'avion, elles étaient bien accueillies par la communauté locale.
Elles y sont pour ouvrir une première maison de leur congrégation au diocèse d'Inongo.

A représenter Mgr l'éveque occupé, il y avait l'abbé Ignace Ngara, curé doyen et les vicaires de Nioki. Nos soeurs diocésaines de l'Immaculée Conception étaient aussi là.

Les premières sœurs venues pour cette mission sont: Yolande, Marie Yawani, Melanie et Rebecca. Elles étaient accompagnées par leur supérieure régionale, la sr Charlotte MATENDO.

Nous souhaitons un bon service à ces sœurs dans notre diocèse.

De l'autre coté du lac, c'est-à-dire à Inongo, la sœur Francine Massa est entrain de s'organiser pour initier la 1ère communauté des soeurs calsanzianes à Inongo. Elanga ezali munene basali muke....

Elles sont toutes bienvenues à Inongo

Photo: le petit porteur de Kin Avia qui assure la liaison Kinshasa- Nioki;
l'accueil des soeurs - la maison d'attente à Nioki.

jeudi 24 septembre 2009

L'abbé Benjamin enterré à Bokoro au petit séminaire



Le secrétaire de l'évêque, l'abbé H. Godé informe qu'ils viennent de l'enterrement et que tout s'est passé dans un climat de paix et de prière.

La dépouille mortelle est arrivée à Bokoro hier vers 21h15. Toute la nuit, il y a eu veillé de prière à l'église Ste Croix de Bokoro. Ce matin, messe et inhumation.

Tous ceux qui étaient aux ordinations de Semendwa sont présents. Après l'enterrement, voyage pour ceux de la ligne Lukenie, Mfimi et lac.

Itinéraire des obsèques: Messe, Institut de Bokoro ( l'abbé était préfet de cet institut), Petit séminaire- enterrement.

Mgr lui même a appelé pour donner son programme.

Demain il est à Bokoro: réunion avec les curés doyens..
Samedi, il voyage pour Makaw. Dimanche: confirmation à Makaw. Lundi retour à Bokoro.
Mardi le 29, réunion avec les professeurs du petit séminaire de Bokoro.
Mercredi le 30, retour à Inongo.

Mgr a ajouté: en un mois, deux prêtres sont rentrés à la maison du Seigneur. Ce sont des épreuves mais le Seigneur sait pourquoi il l'a voulu. L'abbé Molasako a trop souffert. Nous souffrons de le voir partir mais c'est une délivrance...".

Il remercie tous pour les prières et les messages de condoléances.

Unis dans la foi en celui qui a vaincu la mort!

* nos lecteurs savent que nous n'avons pas encore les photo de obsèques de l'abbé Molasoko. Celles mises sur le blog sont là pour vous donner une idée de Bokoro et du lieu où se déroulent ces évènements. la première photo montre les obsèques non de l'abbé Molasoko mais Enoka. Juste pour vous mettre dans le climat de ce qui se passe à Bokoro. A partir du 1er Octobre, on aura tout.

Témoignage de l'abbé Faustin Mputu Lekili ( Paris/ France)

Besmos, un frère et un ami.

C'est avec des larmes aux yeux que je me suis décidé d'écrire ce petit mot, pour rendre hommage à l'A.Benjamin, qui est pour moi un frère et un ami de longue date. Nous avons cheminé ensemble depuis l'enfance jusqu'au sacerdoce. Maintenant que la nouvelle de sa disparition me surprend loin du lieu où auront lieu ses obsèques, qu'il me soit permis d'ajouter aux nombreux témoignages déjà faits les deux aspects suivant:
D'abord sa serviabilité: autant Besmos était exigeant quand il vous demandait service, autant il s'adonnait corps et âme pour vous rendre service. Quand il commandait quelque chose, pour autant qu'il ne l'a pas encore eu, attendez vous à recevoir des appels à tout moment ; et de son côté, il savait se couper en quatre pour accomplir ce que vous lui demander de faire.

Ensuite son sens de l'intérêt public: nous savons tous les difficultés qu'on éprouve pour obtenir un arrêté ministériel d'une école mais Ipi ula (c'est comme ça que les intimes l'appelait) savait frapper à la bonne porte pour obtenir gain de cause. Beaucoup d'écoles de la paroisse de Makaw sont agrées grâce à lui. Cela prouve davantage son souci pour l'éducation des enfants pas seulement dans les groupes apostoliques mais aussi dans les milieux scolaires.

Maintenant que je m'imagine le climat triste qui doit régner à Bokoro, je m'arrête là pour pleurer dans la solitude mon frère et mon ami. Bindja kende malamu.

Abbé Faustin Mputu Lekili
Abbé d'Inongo
Etudiant en philosphie (doctorat)
Paris/France


mercredi 23 septembre 2009

Le corps de l'abbé en route pour Bokoro. Il sera enterré demain au petit séminaire de Bokoro

Depuis 6h00 du matin, les abbés Egide et alii sont en voyage sur la rivière Kasai pour ramener le corps de l’abbé Benjamin au diocèse. Toute la nuit d’hier, une viellée de prière a été organisée à l’Eglise Notre Dame de Bandundu.

L’arrivée à Bokoro est prévue dans les après midi après escale à Semendwa. L’abbé sera enterré demain au nouveau cimetière des prêtres et sœurs situé entre le petit séminaire de Bokoro et le noviciat des sœurs à Bokoro

Du sénégal, un de nos lecteurs écrit sur l'abbé Molasoko Benjamin

C'est sur mon lit, en pleine perfusion le samedi passé qu'une amie SIC œuvrant actuellement à Noiki m'annonçait la mort de l'Abbé Benjamin Molasoko, qui fut mon préfet d'études au collège de Bokoro, mon accompagnateur spirituel, mon abugaza et mon encadreur dans le groupe vocationnel. Un homme de bien, très dévoué à la jeunesse.
C'est un coup dur pour tout notre diocèse de perdre un être cher comme l'Abbé Molasoko. de lui, je garde de beaux souvenirs depuis Bokoro, à nioki
chaque fois que j'étais de passage à la paroisse quant il fut vicaire de mon très cher oncle paternel l'Abbé José Mafis, j'ai eu à m'entretenir avec lui profondément sur mon cheminement. Lors d'un entretien à la piste de Nioki pendant que j'attendais l'avion pour Kin, il m'a dit: petit José, sois très
fort dans la vie religieuse, ne te décourage jamais si les choses ne marchent pas bien et ne te laisse jamais au pessimisme. Sois sur que tout le diocèse d'inongo que tu représentes dans ta congrégation au noviciat à Pretoria où tu vas, prie pour toi.
Depuis le collège j'avais de bonnes relations avec lui et chaque fois qu'il entrait dans notre salle de classe pendant la période des compositions, il me disait toujours que les missionnaires aiment des gens travailleurs,voilà pourquoi il aimait m'inviter à étudier derrière sa chambre en période des examens.
Dieu a donné, Dieu a repris, que son nom soit loué!
Oui, l'abbé Benjamin est auprès du Père puisqu'il avait accompli la mission reçue du Seigneur en quittant tout pour le service de Dieu. Voilà pourquoi il contemple Dieu dans sa gloire. Comme prêtre, il a administré des sacrements et fait entré beaucoup d'ames vers l'Église, il mérite une récompense auprès de Yalla, notre Père. Que le nouveau cimetière soit plein de chrétiens ce jeudi pour venir dire merci à ya Benjamin pour tout ce qu'il a fait pour notre Diocèse, surtout à Bokoro-Sable.
Les larmes me coulent aux yeux alors que je suis encore souffrant. Monsieur l'abbé, je serai uni à tout mon diocèse d'origine ce jeudi, en célébrant dans
ma paroisse, bien que malade, une messe de requiem pour vous. Reposez vous en paix, mbote à tous les abbés, religieux et chrétiens d'Inongo que tu retrouves déjà en ce moment auprès de Dieu. Vous avez enseigné et cru à la résurrection, et c'est justement cela le sommet de notre espérance chrétienne, un jour grand, nous nous reverrons!
Opema na boboto, et sambela pour nous tes fruits, sambela pour toute l'Église et surtout pour notre cher diocèse, afin que la paix et l'unité règne toujours entre son pasteur et son clergé, sambela pour que nous soyons des saints prêtres, ceux qui se donnent avec cœur pour les autres. Que Jean Marie Vianey à qui cette année est dédiée, vous accueille auprès de Dieu.
O paradizu,
tika ye apema na ye!
O paradizu, banzelu bayamba yo!

Père José MBIANSHU,msc
Mission catholique-Ndoffane SENEGAL

Je partage la tristesse...

C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris ce matin le décès de l'Abbé Benjamin Molaska. Le diocèse en ces temps est touché douloureusement dans ses membres. Le départ d'un jeune Abbé tout donné a sa tâche , laisse perplexe. On a tendance à dire " Mais pourquoi Seigneur ! " Ne vois Tu donc pas que nous avons tant besoins de ces jeunes prêtres pour former des jeunes prêts à affronter la vie et assurer l'avenir de notre pays? Mais le Seigneur donne et Il reprend. Quelle est le signe qu'Il veut nous donner à travers ce départ prématuré? A chacun de nous d'y répondre.
A Mgr Philippe , a tout le diocèse , à la famille de l'Abbé Benjamin Molasoko, surtout à sa chère maman qui a vu partir son fils alors qu'il était près d'elle, ainsi qu'à tous les jeunes des Bana Mwinda je présente mes sincères condoléances , l'assurance de ma prière et la présence de mes pensées lors des funérailles.
Voyageuse

Nos lecteurs nous écrivent sur feu abbé Benjamin Molasoko

Je voudrais présenter mes condoléances les plus attristées à l’ensemble des chrétiens et hommes de bonne volonté du Diocèse d’Inongo, principalement à l’Evêque Philippe et les prêtres et religieuses dudit diocèse.

Qu’il plaise au Seigneur de rappeler auprès de Lui, un fils assidu dans l’apostolat des enfants, notre frère et ami Abbé Benjamin Molasoko.
J’ai connu ce jeune prêtre depuis des années et nous avons noué encore des relations plus fraternelles au travers ces différentes publications. En ma qualité d’informaticien éditorialiste, j’ai eu l’honneur de lire, de concevoir la mise en page de son dernier ouvrage « Initiation Bana-Mwinda renouvelée, Options et directives pour la pastorale des enfants de 4 à 10 ans », publié aux Editions CRP en 2008.
C’étaient des moments de dures épreuves car bien que souffrant et très malade, Benjamin tenait toujours le cap car il avait un seul objectif, la publication de ce livre pour encourager et pousser plus loin la formation des Yaya et des enfants du groupe Bana Mwinda.Ce jeune prêtre m’a impressionné par son bravoure et son sens de responsabilité car il tenait à ce que les énoncés des différentes étapes de formation soient conforme saux directives pastorales telles que voulues par nos évêques. Ce sens intellectuel et moral est un signe d’un jeune prêtre conscient de son sacerdoce.
J’ai eu de longs moments de discussion sur certains problèmes liés à la vie et à l’épanouissement des enfants car sa pensée chérie « Éduquons, Instruisons Formons bien nos enfants car parmi eux il y a toute l’élite laïque ou sacerdotale de notre Eglise ».

Partout où il passait, Benjamin avait une attention particulière aux enfants. Je me promenais un jour avec lui dans le quartier Mombele à Kinshasa, j’ai été étonné de constaté qu’il était bien connu et j’étais heureux de son apostolat. Ainsi je peux dire « Azalaki mosaleli molamu mpe bakristu baike bandimaki mosala mwa ye ».

Voilà pourquoi Dieu a accordé à Benjamin la grâce de mourir entre les mains de sa maman. Imaginons ce pénible et douloureux moment, qui peux sincèrement faire un commentaire. Seul le silence. Car comme Jésus mort sur la croix, Marie sa mère, l’a pris dans ses bras.

Que son âme repose en paix.

Gommaire Kebomine,
informaticien au CRP, Kinshasa Limete

mardi 22 septembre 2009

Témoignage du père Jean-Jacques Mbunzimi ( Belgique), ancien elenge ya mwinda !


Depuis que j'ai lu les nouvelles dans le Blog d'Inongo au sujet de la mort de ce grand leader charismatique des jeunes, y’Abugaza, Mapera et Ngalami Benjamin Molasoko, je ne me sens plus à mon aise! Pourquoi? Voici la réponse : chaque fois que meurt une personne qui nous est proche, et que nous aimions, qui nous aidait et chérissait, nous sommes déconcertés, abattus, parce qu'elle nous a quittés. La mort crée un vide que rien ne peut combler. Dans pareilles circonstances, les mots nous manquent, les lèvres tremblent, l'émotion est grande; nous sommes abattus, déconcertés, découragés. C'est comme un échec..

C'est justement ce que ya Abugaza avait fait pendant son ministère sacerdotal : Enseigner la foi en la résurrection et à bien se comporter sur cette terre depuis son jeune age (pastorale des jeunes). Il n'a jamais cesse' d' éclairer les jeunes sur le sens de la vie. Et sur cette question fondamentale : Y a-t-il quelque chose au-delà' de la mort? Que deviennent ceux qui meurent? Pour quelle Eglise et la société de demain?

Que retenir de ce grand chercheur des jeunes? Si l'on veut avoir de bons dirigeants de la nation, il faut former les jeunes. Si l'on veut avoir de bons ministres, il faut les préparer, les écoute, les encadrer et les aider...Tel est le résumé' de la vie de ya Besmos...

Personnellement, je le considère non seulement comme yaya mais comme papa. pourquoi? Il n'avait cesse' de m'aider, de m'encourager et de m'encadrer depuis l'institut Molende/Kutu. Un encadrement et une pastorale de proximité' dans l'acolytat et le Bilenge ya Mwinda...Il m'associait au début de son travail de mise en page de ses livres sur les KA et les Bilenge ya Mwinda quand il était au petit séminaire de Bokoro. Quelle persévérance!! Il venait me chercher à la maison et il voulait aàtout prix que je finisse la saisie...Et je me souviens un jour, en allant lui remettre le texte sur stencil, l’A. Ignace Ngazain d'heureuse mémoire lui demandait de qui j'étais le Fils...O mort, quand est-ce que les humains finiront-ils à payer ta dette? O terre! Jusqu'a' quand seras-tu rassasié d'avaler les humains?

Y'Abu avait beaucoup fait pour que je continue sur ce chemin. Quand il passait à Kin, il ne maquait pas de venir me voir aà Kingasani quand j'étudiais en philo. En théologie, après avoir demandé la permission au supérieur pour qu'il vienne passer quelque jours avec nous dans notre théologat situé sur l'avenue Muwana 6 Binza/Pigeon; c'était salutaire pour moi et pour lui...De ma part, je voyais tous mes horizons bouchés...et son arrivée est un apaisement, un accompagnement, un camant! Pour lui, c'est le repos!!! Toujours en train de rire avec un des nôtres en la personne du Père Richard Monsembula (de Semendwa)...C'est un leader des jeunes! O temps, suspend ton vol!

Pourquoi la mort? Pourquoi la mort emporte-t-elle toujours si vite une personne de bien pour les jeunes? Ya Besmos, heureux les morts qui s'endorment dans le Seigneur. Quelle belle expression pour le croyant! Que veut dire s'endormir dans le Seigneur? Sinon rester en intimité avec Dieu, vivre par Lui et vivre de Lui? Comment? A travers une vie bien vécue, pleine de sympathie, travailler pour transformer la vie de ceux qui nous entourent, chercher a' rendre service, donner espoir a' la jeunesse...Rendre heureux! O mort tu es un voleur..."Vita transit est". Pour nous, la seule manière d'honorer la mémoire de ce grand leader charismatique c'est d'imiter ses vertus et les répandre pour la postérité.

"Viens Seigneur Jésus, soleil levant dans la nuit de notre monde...Bana Mwinda a ee pelisa mwinda a....Je ne peux continuer ce petit témoignage sur ce leader charismatique car les larmes remplissent mes yeux et coulent sur mes joues...Que son âme repose en paix!!


P. Jean-Jacques MBUNZIMI, Passioniste
Elenge ya Mwinda
en mission a' Jandrain/Belgique.

La délégation d'Inongo vient d'arriver à Bandundu

L’A. Benjamin Molasoko sera enterré jeudi le 24 Sept. à Bokoro au nouveau cimétière des prêtres situé entre le petit séminaire et le noviciat.





Hier lundi, pendant que l’abbé Floribert célébrait sa 1ère messe à la présence de tous les invités à Semendwa, les abbés Egide Mabwana ( curé de st Jean Apôtre/ Tolo), Jean-Paul Lokutu ( curé de Ste Thérèse de Lisieux/ Makaw) et Célestin Mbuyulu (curé de St Camille/ Nkaw) voyageaient pour Bandundu afin de finaliser les démarches initiées et faciltées par les abbés de Bandundu ( dont Muyembe et alii- que nous remercions sincèrement- ) et ramener le corps de l’abbé Benjamin au diocèse.

Voici le programme établi:
Demain Mercredi, la dépouille mortelle arrivera par voie fluviale jusqu’à Bendala (ou Makaya); de là, elle continue à Semendwa. Après la prière et la viste des chrétiens,le même mercedi, ils arriveront à Bokoro .
Le soir il y aura veillée de prière et l'enterrement aura lieu jeudi matin, le 24.
On inaugurera, à l’occasion, le nouveau cimetière des prêtres. L’abbé Benjamin sera le premier prêtre d’Inongo qui y sera enterré. Pour les anciens du petit séminaire de Bokoro, ce cimetière est situé vers le terrain de football de la 2ème division, derrière la salle des jeux, en allant vers la salle de moteur et en continuant vers le couvent des soeurs de la rive….

On immagine déjà la foule surtout des Bana-winda, des KA, des Bilenge ya Mwinda. Oui, ils vont pleurer “ya Benjamin”, leur Abugaza, Mapera et Ngalami. Ils vont le pleurer en exécutant des chants qu’il a composés pour eux; ils le pleureront en ayant en main les nombreux livres qu’ils a écrits pour l’initiation et la formation des jeunes. Ils le salueront: Shalom Bagaza, Salamu mapera, Losako Ngalami…. Ils auront du mal à voir l’abbé immobile, lui qui était toujours en mouvement avec eux et pour eux. Qui peut immaginer l’abbé Benjamin aussi immobile? O mystère de la vie!

A Semendwa, la messe de prémices s'est bien passée. Floribert a commenté la parabole du bon samaritain pour dire que le chrétien doit aimer et le prouver en acte. La première lecture etait du Deuteronome: aime ton Dieu de tout ton coeur et de toute ton âme... la deuxième lecture était de Jacques: la foi sans les oeuvres est morte.

A la fin de la messe, Mgr a annoncé officiellement le déces de l’abbé Benjamin. "Nous sommes en pleine fête des ordinations et une nouvelle triste nous arrive, nous l'acceptons dans la foi. Le mystère de la mort, a-t-il dit, aboutit à la résurrection".
A cause de cette nouvelle, les manifestations publiques et les danses folkloriques prévues pour la journnée d’hier ont été supprimées. A la place, une veillée de prière a été organisée jusqu’ à 20h00.

Nous attendons de l’abbé Bernard Fansaka de Bandundu les photo du déroulement des événements à Bandundu. A Semendwa, des dispositions ont déjà été prises pour que nos frères protestants - qui ont une connexion internet- nous envoient des photo…. pour vous nos lecteurs!

Unis dans la foi en la résurrection !

Antenne de Rome (mumpebomwi@yahoo.fr)

Photo: l'abbé Benjamin Molasoko ( 2ème à partir de la gauche, en soutane avec le foulard jaune au cou) avec les yaya de bana Mwinda, paroisse St Michel/ Nioki

lundi 21 septembre 2009

A Semendwa aujourd’hui, le nouvel abbé Floribert dit sa première messe. La tradition au diocèse d’Inongo.


Selon la tradition au diocèse d’Inongo, le jour après l’ordination sacerdotale, le nouveau prêtre originaire de la paroisse où a été organisée l’ordination sacerdotale dit la 1ère messe en présence de Mgr l’évêque, du clergé et de tout le peuple de Dieu.
Généralement - au diocèse d’Inongo- , on ordonne chacun dans sa paroisse d’origine à moins que l’on soit plus d’un. Dans ce cas, l’évêque choisit la paroisse d’origine d’un des ordinands pour conférer l’ordination à tout le groupe. Comme Floribert est de Semedwa, c’est lui qui dit cette messe.

Toujours selon la tradition au diocèse d’Inongo, c’est la famille du nouvel ordonné qui organise le repas de lundi (Mgr ordonne généralement le dimanche) pour nourrir tous les invités. Chose pas toujours facile. Raison pour la quelle, la famille de celui qui doit être ordonné commence les préparatifs bien avant pour ne pas être surpris par les évènements. Dans certaines paroisses, les champs communautaires de manioc ont été défrichés un an avant pour affronter ce genre d’évènement. Une fois à Mpenzwa, pour bien accueillir et nourrir les invités à l’ordination, tous les chasseurs qui allaient à la chasse et prenaient du gibier apportaient quelque chose à la famille de l’abbé qui devait être ordonné pour l’aider à nourrir les invités.

Le prêtre à ordonner, selon la mentalité de notre peuple, n’est pas tellement le fils d’un tel mais l'élu du village, de la paroisse ( même les sous-paroisses envoient leur contribution en espèce ou en nature). Quand nos fils, frères et amis missionaires viennent pour les premières messes dans leurs paroisses d’origine, notre peuple les accueille avec joie! Le prêtre est une fierté pour son village et sa paroisse. Voilà pourquoi tous, d’une façon ou d’une autre, contribuent à la réussite de la fête. Le diocèse, quant à lui, offre le dîner du jour de l’ordination.

Pour le cas de Semendwa, comme parmi les ordonnés, trois sont de Semendwa, les 3 familles ont organisé les choses de façon à nourrir tous les invités. Les protestants ont offert deux vaches… et autres biens.
Après le repas de midi, les invités rentrent chez eux … et … la fête est terminée.
Bon ministère chers abbés. C'est l'année du sacerdoce. Que la Vierge Marie, mère des prêtres, intercède pour vous.

L’Abbé Benjamin Molasoko : un travailleur qui contamine !


Mes très sincères condoléances à toute la famille, à tout le clergé, aux Nkaas, aux religieux et religieuses, aux Bilenge Ya Mwinda, Kizito-Anuarite, Bana-Mwinda de tout le Diocèse d’Inongo et à tous les chrétiens pour le rappel de l’Abbé Benjamin.

Si on me disait de résumer en un mot ce grand esprit qui nous a précédés, je dirais tout simplement «Travailleur acharné dont l’esprit contage». Oups! C’est difficile de résumer la vie du Ngalami, Mapera et Abugaza Général en un seul mot ! Je n’ai pas tenu à ma parole pour autant Benj est plus que cela : il est un esprit, un cœur, une tête, un stratège…

Cependant il y a de quoi penser à un apport, en un ‘plus’ direct de cet esprit sur ce qui serait aujourd’hui les vies de plusieurs dont je n’oserais m’exclure. De formateur Elenge ya Mwinda – Ha…même si ce fut pour une semaine seulement – au professeur au Petit Séminaire, il a marqué certaines consciences et contribué efficacement à la formation de certains.

La plus émotive expérience que je garde de lui est celle de la collaboration en la mise sur portée musicale de quelques unes de ses chansons dont « Esika bato babale to basato basangani o nkombo ya ngai eh, nazali o kati ya bango ». Ces chansons devraient passer sous approbation de la Commission liturgique avant que leur exécution ne soit autorisée dans tout le diocèse. Et entre autres conditions de ladite Commission, elles devraient être mises sur portée pour faciliter sa lecture, son intonation et son tempo. Je ne me rappelle plus en combien de jours j’avais fini ce travail tant son esprit travailleur contaminait. Et le plus intéressant était qu’après ce travail, on les chantait, on le jouait au piano, on vérifiait toutes les notes et lui, content, se mettait à diriger comme aucun ne pouvait le faire ! En fait, même si au début du projet, je ne pouvais mettre sur portée que des chansons très faciles, j’ai fini par apprendre comment en sortir avec des chansons complexes et à deux ou trois répartitions de voix. Chose que je lui dois, par son esprit d’acharnement. Et de là découle l’optimisme pour tout ce qu’il entreprend.
Rendre public ce petit témoigne pour sa personne serait une manière particulière et sans doute sui generis de lui dire Hasta luego (A bientôt), d’autant plus que « amoni Tata » comme le stipule le couplet d’une de ses chansons.

Vieux BENJ ou que tu sois, on se souviendra toujours de toi, car tu as laissé des fils, des frères, des sœurs, des ami(e)s… qui ne cesseront d’admirer l’œuvre combien grandiose que tu as réalisée dans le diocèse. Que ton âme repose en paix !
Ce n’est pas un Adieu, mais un Hasta luego


Julien Ekiaka
University of Nebraska – Lincoln
Usa
Photos: les bana Mwinda et les KA vont pleurer pour longtemps l'abbé benjamin , leur yaya

dimanche 20 septembre 2009

Aujourd'hui, mgr l'évêque a ordonné 5 nouveaux prêtres à Semendwa


De Semendwa, nous n'avons encore aucune information sur les ordinations des 5 nouveaux prêtres.

1. Floribert Ikamoton
2. Patrick Nduaya
3. Dieu Merci Pakasa
4. Pierre Mombilika
5. Justin Mondio

Ce matin, le petit porteur de MAF a voyagé avec certains invités qui feront un aller-retour. Demain, l'abbé Floribert Ikamoton célébrera sa première messe .

Dans l'entre temps, le corps de l'abbé Benjamin Molasoko se trouve toujours à la morgue de Bandundu. Du haut du ciel, il a vu les ordinations de ces jeunes confrères et anciens élèves au petit séminaire. Certains d'entre eux étaient ses yaya de K.A. ou ses bilenge ya mwinda. Il leur dit certainement: salamu ou shalom !

samedi 19 septembre 2009

Demain les ordinations à Semendwa...hier un autre abbé du diocèse est décédé. Entre fête et deuil....



Hier vers 14h00, avant de voyager pour Semendwa, Mgr l'évêque avait appelé au téléphone. Il demandait entre autre de ne pas oublier d'écrire sur les ordinations de Semendwa et d'exhorter tous à prier pour ces jeunes confrères. Son secrétaire a parlé des voyages de Kemba -Lolabu, Muntu et Ilombe. Tout s'était bien passé. On devait en faire une synthèse pour notre blog.
Puis le temps de dre: Mgr est entrain de venir pour prendre place à bord de la jeep. Nous voyageons maintenant pour Semendwa. Les chrétiens nous attendront à 6 km de Semendwa, non loin de Nselefuni, pour accueillir Mgr. Nous devons arriver avant le coucher du soleil. J'enverrai les photo des ordinations quand nous serons à Inongo le 30 Septembre...

Quelque temps après, un coup de téléphone de Bandundu... il y a une urgence, nous voulons parler avec Mgr mais son téléphone est fermé. Comment faire! La réponse était facile: mgr est entre Bokoro et Semendwa et là, il n' y a pas de reseau. Bandundu poursuit: l'abbé Benjamin vient de piquer une crise et il est décédé.
Le temps de rappeller Bokoro car ceux qui doivent être ordonnés étaient encore là... La nouvelle avait déjà été communiquée à un ainé prêtre qui était chargé de l'annoncer à Mgr l'éveque, hier soir à Semendwa.
Ente fête et deuil... voilà la situation actuelle au diocèse...
Photos: pendant que Mgr voyageait pour les ordinations de Semendwa, un abbé du diocèse mourrait à Bandundu...

vendredi 18 septembre 2009

Un autre abbé d'Inongo décédé aujourd'hui le 18 Septembre 2009!


Mgr L'évêque a le regret d'annoncer à tous le décès de l'abbé Benjamin Molasoko, prêtre diocésain d'Inongo, décédé aujourd'hui vendredi le 18 Septembre à Bandundu où il était en repos médical. L'abbé a piqué une crise et est décédé dans les bras de sa maman. Ils n'étaient qu'à deux à la maison à ce moment.
Né en 1962 à Dungu (paroisse Ste Thérèse de l'enfant Jésus/ Makaw), l'abbé était ordonné prêtre le 14 Avril 1990 à Taketa ensemble avec Mgr Evariste Mputu et l'abbé Isapo.
L'abbé a beaucoup travaillé dans le monde des jeunes: bana Mwinda, K.A., Bilenge ya Mwinda. Il est l'auteur de plusieurs livres sur l'initiation et l'encadrement spirituel des jeunes. Partout où il est passé, il a été pour les jeunes soit Abugaza, soit Mapera ou encore Ngalami. Il a preché plusieurs retraites: Mort et resurrection, Yaka kokangema na Yezu, Tika Ntembe, Pasola motema..., il est avec la sr Albertine Ngaa et l'abbé Edo Ngongo, le fondateur du groupe bana Mwinda non seulement au diocèse d'Inongo mais au Congo. Benjamin Molasoko, c'est l'abbé des jeunes.
Pour le moment son corps se trouve à la morgue de Bandundu. Une de nos religieuses diocésaines (SIC) présente à Bandundu, la sr Marie- Marthe Ngaw ( Tel: 00243 81 275 92 07) et les abbés du diocèse de Kenge à Bandundu attendent les ordres de l'éveque qui est à Semendwa pour les ordinations de demain. On en saura un peu plus après lundi, le 21 Septembre.
Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris. Que son nom soit loué. ( Job).
Requiescat in pace!

Joyeux Anniversaire !!!



Felicitation à Robert et Beatrice Simisi à l’occasion du 5ème anniversaire de leur mariage religieux.
Pour la petite histoire, Robert et Beatrice, sont de la paroisse Marie-reine de Kutu et habitent à Sheffield en Angleterre. Ils se sont mariés religieusement le 18 septembre 2004, à la cathédrale Ste Catherine d’Alexandrie de Sheffield.. La messe était dite par le Père Andrew vicaire de la paroisse, qu’accompagnait l’Abbé Donat Nshole du Diocese d’Inongo. On avait remarqué une forte présence des ressortissants du lac à la cérémonie : Norbert Mbu, Alilo Roger, Rosette Ilinke, Dr. Marcel Baningime, Fernanda Mosiango, Freddy Lomete, Annie Lomete et tant d’autres. La dance Moyene était de la partie comme toujours. Merci aux « Bana Lac » pour cette solidarité.
Aujourd’hui, le Bon Dieu a béni ce couple avec deux enfants. Divine (4ans) et Ryan (2ans)

Bon anniversaire à Robert et Beatrice Simisi !

jeudi 17 septembre 2009

Nous sommes frères et soeurs...unis dans l'amour! Inongo nous a faits naitre dans la foi!





























UN SOURIRE ne coûte rien et produit beaucoup. Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne. Il ne dure qu'un instant mais son souvenir est parfois immortel.
Ton sourire peut porter une nouvelle vie, espoir et courage aux cœurs découragés et opprimés.
Chaque matin, fidèlement, tu demanderas la joie à Dieu. Même en cas de désagrément, tu montreras calme et sourire. En ton cœur, tu te rediras : "Dieu qui m'aime, est toujours présent". Sans cesse tu t'appliqueras à voir le bon côté des gens. Tu banniras de toi la tristesse. Tu éviteras plainte et critique, car il n'est rien de plus déprimant. Il est possible de trouver une raison de sourire, même dans les pires situations...
L'autre n'est pas donc un ennemi...
il n'est pas un fardeau


Il est celui que La providence a mis a tes cotés pour qu'ensemble vous cheminiez vers la Joie qui ne finit pas....

Photos ( de bas en haut):

1. l'abbé Didier embrasse Matthieu Mpampanye, religieux de la paroisse de Lokolama
2. les soeurs Georgine Kelikwele ( SIC Inongo) et les autres embrassent Monique ( ex SIC), de la paroisse Ste Thérèse de l'enfant Jésus/ Makaw
3. L'abbé José Mamfisango et le père Amerikani Meridjo de la congrégation des consolates ( originaire de la paroisse ste Croix- Bokoro).
4. les srs Nelly Ntwa (très saint sacrement/ Rome)- de la paroisse Ste Famille- sangasanga et la sr Cécile Muayonde, Compassion/ Rome, de la paroisse Ste Croix- Bokoro
5. Avec nos "fils missionaires" nous ne formons qu'une famille: Séba Apete ( Rome), Fédé Molwa( Rome), Joseph Nduita- Rome....
5. la sr Nadine Lekulutu, des srs de la compassion- Rome embrasse la sr Georgine.

Nous avons une forte conscience ( diocésains, religieux, laics, missionaires...) de notre appartenance à l'Eglise d'Inongo ( Congo) qui nous a fait naitre dans la foi... les distances ne nous separeront jamais... toujours unis dans l'amour...et nous vaincrons.

* A tous les anciens élèves , connaissances et amis qui veulent entrer en contact avec l'abbé Alidor Nzeke, il est joignable au numero 0033 626 167 366

mercredi 16 septembre 2009

Une délégation d’Inongo au Vatican pour...


Ce matin, pendant que le Saint père Bénoit XVI tenait l’audience générale à la salle Paul VI, une délégation d’Inongo, conduite par l’abbé Donat Nshole, 1er secrétaire adjoint de la conférence épiscopale nationale du Congo, s’est rendue au salon de réception de la congrégation romaine pour le culte divin et la discipline des sacrements pour présenter les félicitations, au nom du diocèse, à Mgr Jean-Pierre Kwambamba, prêtre de Kenge et ancien recteur du grand séminaire St Cyprien de Kikwit, récemment nommé cérémoniaire pontificale.
Mr Jean-Pierre Kwambama nous a reçus et a expliqué en peu de mot ce qu’il aura à faire. Désormais, on commencera à le voir aux côtés du pape durant toutes les cérémonies pontificales… il l’accompagnera durant les voyages tant nationaux qu’internationaux. Mgr Jean-pierre Kwambamba est le 1er africain nommé à ce poste.
L’entretien était très cordial mais il nous fallait ne pas trop prendre son temps et surtout qu’on s’approchait de midi, l’heure à la quelle, dans tous les bureaux du vatican, on suspend le travail pour réciter l’angelus.
Etaient présents à cette rencontre: les abbés Donat Nshole, Claude Bikula, Jean-Willy Bomoi, Didier Epambale , les soeurs Georgine Kelikwele et Nadine Lekulutu ( des srs de la compassion – Rome, originaire de la paroisse de Tolo).
Puis, nous nous sommes retrouvés dans un autre coin de Rome pour dire au revoir à l’abbé Donat Nshole qui rentre demain au Congo. Le diacre Matthieu Mpampanye, le maitre Lokuma Faustin Anova, Denis Nduita et Emilienne nous attendaient. On a partagé le repas ensemble.
Après cette rencontre, avant de nous séparer, nous avons eu la joie de rencontrer la sr Godé Ilanga…

Bon service à Mgr Jean-Pierre Kwambamba et bon retour au Pays à l’abbé Donat Nshole.

Photo:

1. Au Vatican ce matin...avant d'aller chez Mgr Kwambamba
2. Comme il est beau pour les frères et soeurs d'etres unis
3.En attendant l'arrivée de Mgr Kwambamba au salon de la congrégation pour le culte divin et la discipline de sacrements/ Rome....
4. Mgr Kwambamba nous accueille et nous explique la fonction du cérémoniare pontifical
5. Photo souvenir avec Mgr Kwambamba

lundi 14 septembre 2009

L'abbé Alidor Nzeke a voyagé pour la France..la sr Georgine Kelikwele rentre à Rome après les vacances en Belgique





L'abbé Alidor Nzeke a voyagé aujourd'hui pour la France chez l'abbé Jacques Mpia par le vol Rayanair. Nous étions là pour l'accompagner à l'aéroport de Ciampino( Rome). Il fallait traverser la partie Nord de Rome et faire l'autoroute. Pour avoir laissé Rome depuis l'an 1971, l'abbé ne se retrouvait plus ... en faisant l'autoroute, nous pensions à nos routes au diocèse.... !
Vers 12h15, nous étions à l'aéroport de Ciampino et après les formalités d'usage, avec un peu de retard, l'abbé a voyagé .

Directement après, il fallait courrir à l'aéroport de Fiumicino... la sr Georgine Kelikwele venait d'atterir en provenance de la Belgique. Ensemble avec les abbés Claude Bikula et Didier Epambale, nous nous sommes mis de nouveau en route, sous une forte pluie qui s'abattait sur Rome, pour aller la prendre. On passait d'un bout à l'autre de Rome.

La soeur Georgine nous a parlé de ses vacances chez les soeurs de l'enfance de Jésus...ces braves soeurs que nous avions vues et connues au diocèse... Merci chères soeurs.

Au diocèse, Mgr l'éveque finit aujourdh'ui son séjour à Muntu et demain il se rendra à Ilombe. A semendwa, certains invités sont déjà arrivès pour la messe d'ordination de ce dimanche 20 Septembre.....
Bonne fete de Notre Dame des douleurs demain à tous.


Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)