dimanche 19 juillet 2009

"Venez à l'écart et reposez-vous un peu." Lomingo la zomi na motoba o mobu


Evangile Mc 6, 30-34

Après leur première mission, les Apôtres se réunissent auprès de Jésus, et lui rapportent tout ce qu'ils ont fait et enseigné. Il leur dit : « Venez à l'écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux qu'on n'avait même pas le temps de manger. Ils partirent donc dans la barque pour un endroit désert, à l'écart.Les gens les virent s'éloigner, et beaucoup les reconnurent. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux. En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de pitié envers eux, parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les instruire longuement.

Jésus venait d'envoyer ses apôtres en mission pour continuer ce que lui-même faisait, appeler à la conversion, chasser les démons et guérir les malades. Quelques temps plus tard, ils reviennent auprès de lui pour lui rendre compte de ce qu'ils viennent de vivre. Nous aussi, chaque dimanche, nous nous réunissons auprès du Seigneur. Nous sommes invités, tout comme les apôtres, à lui apporter ce que nous avons fait pendant la semaine. Nous sommes là pour parler avec lui, lui dire notre merci et aussi, attendre de nouvelles consignes. C'est Jésus lui-même qui nous interpelle : "Venez à l'écart et reposez-vous un peu."
Observant ses apôtres, il remarque qu'ils sont débordés et accablés de fatigue. Il veut leur procurer un peu de repos. Les apôtres sont invités à se retirer loin de la foule. Ce n'est pas une fuite que Jésus leur propose mais un temps de ressourcement pour mieux servir la foule. Lui-même se retirait souvent dans un endroit désert pour être en cœur à cœur avec le Père. Il y passait parfois des nuits entières. C'est là qu'il puisait la force de s'arracher à la tentation de s'installer. "Venez à l'écart et reposez-vous un peu."
La célébration Eucharistique est donc un moment de repos auprès du Seigneur. Loin de nos soucis et de nos travaux de chaque jour, nous pouvons nous reposer auprès de lui et refaire nos forces. La qualité de notre vie spirituelle, en particulier celle de notre attention et de notre disponibilité aux autres, s'en trouvera renouvelée.
C'est important car les besoins sont immenses : "En débarquant, Jésus vit une foule immense. Il fut saisi de pitié envers eux parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger". Cette grande foule qui vient de partout, c'est l'humanité entière, celle de son temps et celle de maintenant. Aujourd'hui comme autrefois, les gens sont comme des brebis sans berger. Les principales victimes de cette situation, ce sont les plus petits, les plus pauvres, des gens sans méfiance. Or, ce sont eux qui attirent l'attention de Jésus et sa pitié. Son cœur est remué devant leurs misères. Il est comme le cœur d'une mère devant la souffrance de son enfant. Aussi, prend-il le temps de les instruire longuement parce qu'il les aime. Il connaît mieux que personne le mépris dont ils sont victimes. Alors, il prend tout son temps pour leur révéler leur dignité d'hommes et de femmes. Il ne permet pas qu'on abuse de leur confiance, qu'on les méprise, qu'on les égare ni qu'on les divise.
A chaque messe, le même Christ est là pour nous manifester sa tendresse. Il nous instruit et nous réconforte par le Pain de Vie. Il sait l'importance de la Parole de Dieu, son impact dans nos vies, sa puissance de conversion, de force et de Lumière.
Prêtres, religieux et laïcs, nous sommes ensemble responsables de cette immense prédication, de cet universel témoignage. Nous avons conscience de nos faiblesses. Nous savons que cette mission dépasse nos possibilités humaines. Mais si le Seigneur nous appelle à lui c'est pour refaire nos forces, nous ressourcer. Il nous envoie vers les foules de notre temps, en particulier les plus petits, ceux et celles qui sont avides de justice et de paix. Mais le principal travail, c'est le Seigneur lui-même qui le fait. Il nous précède dans le cœur de tous ceux et celles qu'il met sur notre route.
Dans ce monde souvent désemparé et déboussolé, nous sommes tous envoyés pour témoigner de la tendresse de Dieu. Il nous est demandé de dire, d'annoncer cet amour passionné de Dieu auprès de tous ceux et celles qu'il met sur notre route. Soyons des messagers porteurs de joie et d'espérance.

En ce jour, nous prions le Seigneur de mettre en nous cette tendresse et cette pitié envers les brebis sans berger d'aujourd'hui. C’est l’année du sacerdoce, prions aussi pour nos pretres.

Chantons avec le pslamiste:

R. Mokengeli wa ngai e se yo solo nakobanga te

1. Mokengeli se mokonzi Nzambe na ye seko nakobombama
esobe mobesu akopono mpe ngai nakovanda kimya

2. O kati ya butu nakokende epayi mwinda mokopela fwa.
Nzela ekolakisa bolingi, yango seko nakotambola

Aucun commentaire:

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)