mercredi 31 décembre 2008

Bonne année suite

Avec toutes mes excuses mais le message était trop pressé de partir.
Oui je pense aux différents anniversaires du mois de janvier et je pense avoir vu que certains fêtent leur anniversaire le 1e et 2 janvier. A vous tous Joyeux anniversaire. Que l'année soit belle.
Voyageuse

Bonne et heureuse Année


Dans quelques heures nos horloges, les cloches vont marquer minuit et l'an neuf fera son entrée
A vous tous à Inongo, je souhaite une merveilleuse année qui remplit vos coeurs de joie et que surtout vous puissiez réaliser ce qu'au fond du coeur vous aimeriez voir se réaliser.
Je pense aussi à ceux qui en ce mois de janvier vont fêter leur anniversaire de naissance, sacerdotal ou religieux.

BONNE ANNEE

HEUREUSE ET FECONDE ANNEE A TOUS NOS BLOGUEURS. MERCI POUR LA CONFIANCE TOUT AU LONG DE CETTE ANNEE QUI S'ACHEVE.
CE BLOG EST AUSSI LE VOTRE, LE NOTRE. VEUILLEZ L'ENRICHIR EN 2009 PAR VOS REACTIONS, ARTICLES, TEMOIGNAGES.
MERCI A TOUS CEUX QUI ONT CONTRIBUE PAR LEURS ARTICLES, LEURS TEMOIGNAGES, LEURS REMARQUES, LEURS LECTURES A FAIRE DE CE BLOG, UN VRAI SITE CONVIVIAL.
SI VOUS AVEZ UN ARTICLE, UN TEMOIGNAGE, VEUILLEZ CONTACTER L'ABBE HENRI GODE MBAW-MBAW (hokwanem@yahoo.fr , eveche_inongo@yahoo.fr ).
BONNE ANNEE

mardi 30 décembre 2008

HEUREUSE ET FECONDE ANNEE 2009

Message pour toutes les paroisses

Texte : Je souhaite à vous tous et toutes mes vœux les Meilleurs d'heureuse et féconde année 2009. Que le Seigneur nous garde dans son Amour et nous bénisse tout au long de l'année qui vient.


Inongo, le 30 décembre 2008


+Philippe NKIERE KENA

Évêque d'Inongo

Bonne et heureuse Année 2009

L'URELAC souhaite au Diocèse d'Inongo une bonne et heureuse Année 2009.
Beaucoup de félicitations pour le blog du Diocèse. Que DIEU vous bénisse.

LE P. SYLVETSRE, EN VACANCES AU LAC

Le père Sylvetre Mpia Bokoma, CICM, missionnaire en Belgique est arrivé ce matin à Inongo (venant de Kutu) par canot rapide. Il est arrivé à Nioki de Kinshasa. Il va en vacances en famille à Beronge.

Nous lui souhaitons de bonnes vacances.

lundi 29 décembre 2008

Mgr Monsengwo à Nioki

Mgr Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa est arrivé aujourd'hui à Nioki avec des visiteurs, fils d'un ancien cadre de la Forescom (actuelle Sodefor). Et c'est la première visite de l'archevêque dans son Mai Ndombe natal depuis qu'il a pris possession du siège de Kinsahsa. C'est pour cela que la paroisse de Nioki lui a réservé un accueil chaleureux. Ils iront visiter aussi le petit séminaire St Louis de Gonzague.

PENSEE DU JOUR

"Une dictature est entrain de se constituer qui ne reconnait rien comme définitif et qui ne retient comme critère ultime que son propre ego et ses désirs. Ce mal a un nom : le relativisme, une manière de penser qui conduit à considérer que tout se discute et que tout se vaut »
(Raztinger)

dimanche 28 décembre 2008

Aujourd’hui: fête de la sainte famille de Nazareth



Beaucoup de personnes se demandent: pourquoi la famille est-elle aussi importante ? Pourquoi l'Église insiste-t-elle tant sur le thème du mariage et de la famille ? La raison est simple, même si tous ne parviennent pas à le comprendre : de la famille dépend le destin de l'homme, son bonheur, la capacité de donner un sens à son existence. Le destin de l'homme dépend de celui de la famille et c'est pour cette raison que je ne me lasse jamais d'affirmer que l'avenir de l'humanité est étroitement lié à celui de la famille » (Jean-Paul II).


La famille doit cultiver le respect mutuel, la communication ouverte et la communion, l'accueil généreux à la vie et aux autres, le souci de partage. Elle doit être la communauté où l'on prend soin de la perle rare et précieuse du pardon… Elle est cellule d'Eglise, Eglise domestique. Le Seigneur a voulu que la Sainte Famille nous soit donnée en exemple mais de nos jours l'institution familiale est malmenée.


Puissent les époux chrétiens découvrir à l'école de Nazareth « ce qu'est la famille, sa communion d'amour, son austère et simple beauté, son caractère sacré et inviolable » (Paul VI) et puissent-ils vivre cette vocation et cette mission qui leur est propre, dans la paix, la joie et la fécondité de l'Esprit.


Que Dieu accorde sa grâce aux époux chrétiens, afin qu'ils trouvent en lui la force de pratiquer les vertus familiales qui fleurissaient à Nazareth. Qu'unis ici bas par les liens de son amour, ils se retrouvent un jour pour une éternité de bonheur, dans la joie de ta maison....


Bonne fete à la paroisse ste Famille de SangaSanga, aux familles de notre diocèse et à toutes les familles du monde.



Photos:



1. Mgr partage le repas avec ses prêtres dans la simplicité..


2. Procession avant la messe: paroisse St Jean Baptiste/Inongo


2. Mgr avec les enfants, avenir de notre diocèse


4. Une fillette de Oshwe


5. commission diocésaine pour la famille


6. Un bébé de Ngali/Beronge/ paroisse Martyrs d'Uganda






samedi 27 décembre 2008

Un petit clin d'oeil



Oui, un petit clin d'oeil à l'Abbé Egide, pour lui souhaiter ainsi qu'à tous les habitants de Tolo, une année 2009, remplie de paix et de joie.!
Maintenant que vous êtes curé à Tolo, vous partagerez vous aussi avec nous votre travail ,comme vous l'avez fait pour votre paroisse précédente.
Apprenez-nous à connaître votre paroisse et le travail que vous réalisez. pour le bien-être de ceux qui vous sont confiés.



Voyageuse
















Fête de Saint Jean, apôtre et évangéliste


Fête patronale de la paroisse de Tolo.

Curé : Abbé Egide Mabwana

A tous ces chrétiens, une bonne fête patronale et de nouveau un joyeux Noël.

Que St Jean les aide à découvrir chaque jour Jésus né dans la pauvreté de la crèche de Bethlehem .

       
                
                                         

vendredi 26 décembre 2008

Il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune : la pauvreté de Noël


Ces photos des jeunes filles avec leurs nouveaux-nés, dans les différents villages de notre diocèse d'Inongo, pourraient être considérées d'une certaine manière comme un des symboles de la  crèche de Bethléem où il est possible de toucher du doigt la présence du Christ dans les personnes qui souffrent.  En effet, dans la crèche de Bethléem, Jésus s'est manifesté à nous dans la pauvreté d'un nouveau-né ayant besoin de tout.

 Le message de Noël est simple:  Dieu est venu parmi nous car il nous aime et il attend notre amour. Dieu est amour:  non pas un amour sentimental, mais un amour qui s'est fait don total jusqu'au sacrifice de la Croix, en commençant par la naissance dans la crèche de Bethléem.

Ces photos sont l'expression sensible de la pauvreté et de l'injustice que la Vierge a vécues dans sa peau. Mais dans l'entre temps, elles consolent : les regards tendres de ces jeunes mères dit tout : dans notre pauvreté, Dieu nous aime.

 

(Photos abbé Jean-Willy)

       
                
                           

Beautiful

Your blog very beautiful and more info,I like your blog.
Megat

jeudi 25 décembre 2008

Mgr à Bokoro


C'est le vendredi 19 décembre vers 17h40'que le canot amenant Mgr l'évêque accostait à la rive du Petit Séminaire où l'attendaient les chrétiens adultes et jeunes , élèves.
Après le mot de bienvenue et la présentation des fleurs, Mgr a été accompagné par des chants jusqu'à la cure de la paroisse Ste Croix.

Mgr a remercié les chrétiens de l'accueil avant de les bénir et de le congédier .

Les chrétiens furent soulagés de cette visite qui témoigne du pardon que leur a accordé Mgr l'éveque.




La Vierge Marie a mis au monde son Fils dans la mangeoire des bêtes: ma prière...


Le regard tendre de cette jeune fille d'Ibamba

 ( paroisse Bienheureuse Anuarite/ diocèse d'Inongo)

 qui tient dans ses mains son fils à peine né

 dans la maternité de son village  rappelle le regard tendre,

d'une autre jeune fille qui, il y a deux mille ans,

 a contemplé son fils premier né dans la mangeoire des bêtes.

Dieu, Seigneur de toutes les nations,
nous célébrons Noël, la venue de ton Fils, notre Sauveur.
Tout en intercédant les uns pour les autres,
nous faisons mention des pauvres de ce monde.
Nous te demandons pardon pour nos égoïsmes,
notre incapacité à vivre selon les enseignements de ton Fils,
nos fausses priorités.
Vois  les luttes fratricides ...
la grande misère des enfants livrés à eux-mêmes.
Pour nous et pour eux en ce temps de Noël,
accorde la grâce de rester à l'écoute de celui qui est venu.

Vierge Marie, aujourd'hui tu contemples ton Fils et ton Dieu dans la mangeoire,

 apprends-nous à accueillir Jésus dans nos vies avec ta simplicité.

Protège toutes les femmes qui encore aujourd'hui continuent

 à mettre au monde dans des conditions inhumaines :

 dans les maisons, dans les maternités sans eau et sans électricité.

 Elles sont nombreuses, Vierge Mère, toutes ces femmes qui , dans la plus grande pauvreté, continuent à souffrir avec des nouveaux nés.

Toi tu n'avais pas de place dans la salle commune,

 les nôtres n'ont pas d'argent et sont victimes de l'injustice et de l'indifférence.

Béni nos efforts, béni tous ceux qui nous font du bien dans ton nom, béni notre monde.

Tu es Mère

Intercède pour nous.

       
                
                           

mercredi 24 décembre 2008

MEILLEURS VOEUX

 
En cette fin d'année, chacun de nous exprime et envoi les meilleurs voeux. C'est aussi le moment de faire un petit regard en arrière sur l'année écoulée. L'année et la vie de chacun de nous a probablement été comme la vie du lac. Des moments de calme, des moments de remous,des moments sombres et  d'agitations et peut-être aussi des tempêtes. Mais nous avons aussi eu des magnifqiues moments comme le lac quand il rayonne sous le soleil et nous emmène dans toute sa beauté !
 
C'est à cette beauté du " LAC MAINDOMBE ' que je pense aujourd'hui et ainsi à chacun de vous mes amis qui tout au long de l'année vous vous êtes donnés  entièrement afin d'améliorer la vie des gens.
  J'aimerais  dire  Merci à ceux qui sont dans les paroisses au loin de nous avoir fait connaître leur travail , non seulement pastoral mais aussi vos soucis pour les plus pauvres en les aidant à cultiver des champs et ainsi avoir un peu moins faim.
 Merci aussi de nous avoir fait connaître le dévouement de ceux qui  veulent donner de l'instruction aux  enfants pygmées. Merci aussi de nous avoir fait partager le travail des  Soeurs près des filles Mères et des Orphelines de l'Institut Maris Stella .
Merci à chacun de vous à INONGO , qui par l'intermédiaire du "Blog" nous fait participer à votre vie . Merci aussi au dévoué éditeur du "blog" qui nous  transmet toutes les nouvelles.
Merci à Mgr Philippe pour sa belle  et profonde lettre pastorale.
  Oui, en cette fin d'année mon coeur est plein de reconaisssance d'avoir eu la joie de pouvoir partager votre vie. Que me reste t'il à vous dire :
                                                       JOYEUX NOËL
et souhaiter  que la "paix " règne dans votre beau pays, mais aussi en vous. Oui, que la "paix" règne chez vous et aussi ailleurs afin que chacun puisse vivre dans un monde meilleur.
 
Voyageuse

Lettre pastorale aux frères et sœurs du Diocèse d’Inongo à l’occasion de la fête de Noël 2008


Lettre pastorale aux frères et sœurs du Diocèse d'Inongo à l'occasion de la fête de Noël 2008



"Il n'y avait pas de place pour eux dans la salle commune"(Lc 2, 7)


(Traduction complète de la lettre écrite en lingala)




Frères et sœurs bien-aimés,



"Joyeux Noël et féconde nouvelle année 2009".


Que le seigneur vous comble de ses bontés, vous donne sa paix et vous fortifie en toute chose.


Le récit de l'évangéliste Luc sur la naissance de Jésus (on le lit à la messe de la nuit de Noël) est un récit qui nous stupéfie! Nous lisons en effet au ch. 2, 4-7 que Jésus est né au cours d'un voyage (pour cause de recensement), que sa mère Marie le couche dans une mangeoire, car "Il n'y avait pas de place pour eux (Marie et Joseph) dans la salle commune". Dieu laisse naître son Fils dans quelles conditions! C'est de l'inouïe, de l'inédit. Qui peut y croire ?



Frères et sœurs,



Une chose est certaine, et nous le savons, Dieu agit toujours pour un but précis. Les circonstances humbles et pauvres de la naissance de Jésus sont porteuses d'un message. Dieu veut nous révéler qu'Il est avant tout le Dieu des petits, de ceux qui ne comptent pas aux yeux du monde, le Dieu de ceux que nous pouvons appeler les "passants", ceux qui n'ont pas de place dans la société, dans ce monde.



A travers toute l'histoire biblique, le visage que Dieu se donne de lui-même est celui d'un Dieu préoccupé d'un ramassis d'esclaves en Égypte (Ex 3, 7-10), un Dieu plein de compassion pour les persécutés et affligés, un Dieu proche des marginaux, un Dieu engagé au coté des souffrants. C'est un Dieu qui veut prendre en main le sort de toute cette foule d'anonymes et de sans-dignité pour les sauver. C'est d'ailleurs avec un petit peuple, sans grande valeur, Israël d'alors, qu'il conclut une alliance qui a marqué toute l'histoire de Dieu avec les hommes!



Toute sa vie durant, depuis sa très humble naissance à Bethléem- jusqu'à à sa mort ignominieuse sur la croix à Jérusalem, Jésus Fils de Dieu, entre lui-même dans le rang de ces "vauriens", de ces "passants" (itinérants, de ceux qui n'ont pas de place dans ce monde. Il s'est fait "l'ami des pécheurs et des ivrognes" (Mt 11,19), le frère des lépreux (qu'il ose toucher), des aveugles, des affligés.



Tout ceci nous montre que notre Dieu est tout différent de l'image que nous nous faisons de Lui. Il n'est pas là où nous l'avons placé en priorité: dans les honneurs du culte, dans la grandeur des richesses, dans les succès. Il est Seigneur, bien sûr; mais Il n'est pas Seigneur à la manière des "seigneurs" de nos sociétés (politiques, économiques ou religieuses). Son être "Seigneur" est dans la puissance de son amour (Il est tout-puissant dans l'amour). Il est Seigneur par sa proximité bouleversante auprès de nous tous son peuple et prioritairement auprès de ceux qui sont démunis. Il leur est proche pour les "consoler " (briser leur isolement) et les sauver. D'ailleurs Jésus est appelé (dans ce récit de la naissance) le sauveur. "Il est né pour vous aujourd'hui un sauveur. C'est le messie de Dieu, dans la ville de David" (Lc 2, 11). Jésus est sauveur avant tout pour ceux qui sont seuls dans leur souffrance ; il se fait leur "com-pagnon". Il est sauveur avant tout pour ceux qui sont perdus, afin qu'aucun ne soit perdu (paraboles de la brebis perdue, de la monnaie perdue, de l'enfant perdu, Lc 15, 1-32). Il est sauveur avant tout pour ceux qui sont victimes de système d'injustices et de violences.



Bien chers frères et sœurs,



La réalité actuelle de notre pays est, nous le savons tous, une réalité de misère: la plupart de nos frères et sœurs humains sont devenus des véritables «sans logis». Il y en a qui le sont par suite de la guerre, tels les déplacés de guerre de Goma. D'autres manquent effectivement de logis ou résident dans des baraques indignes d'un humain; d'autres encore sont dans un manque total des biens de première nécessité d'autres ne savent pas se soigner, d'autres, des jeunes surtout ne savent pas être à l'école et d'autres enfin n'ont personne pour les aider. Toutes ces personnes n'ont pas de place dans notre monde. Or Dieu nous a donné une terre merveilleuse, le Congo pour que tous y habitent dignement et en jouissent. Cependant une minorité d'hommes et des femmes (fils du pays et étrangers) s'est emparée des biens destinés à tous. Assoiffés de l'Argent, imbus de leur pouvoir et esclaves de leurs plaisirs, il y a des hommes et des femmes, qui ne pensent qu'à eux-mêmes et oppriment leurs frères et sœurs humains.


Voilà le péché qui abîme notre pays: le droit du plus rusé et du plus fort.


Mais depuis qu le Fils de Dieu est devenu lui-même pauvre, victime de ce péché, une nouvelle ère est déjà là: l'heure de la victoire a sonné, l'heure du salut et de la sortie de tout esclavage.



Frères et sœurs,



A cause de la réalité de la guerre chez nous et de ses néfastes conséquences, la fête de la nativité de cette année revêt un accent particulier. Nous sommes appelés à vivre une réelle et effective solidarité avec ceux qui souffrent et sont opprimés, tués, humiliés de différentes façons dans notre pays. "Si un doigt se blesse, le sang se répand sur toute la paume de la main" (un proverbe de chez nous). Nos frères et sœurs de l'est du pays en guerre nous interpellent. Ils sont d'ailleurs l'image vivante de tout notre peuple congolais écrasé sous le poids de l'injustice mensongère et meurtrière des puissances mortifères, locales et étrangères à cause de l'Argent.




Demandons au Seigneur, le Dieu des pauvres et des marginalisés de nous aider à changer notre regard sur les autres, nos frères et sœurs en humanité.
Qu'Il nous délivre de tout ce qui est mensonger et oppression des autres des autres sous toutes ses formes. C'est un véritable combat à mener contre nous-mêmes et contre les structures injustes. Mais nous sommes s
ûrs de la victoire à cause de la puissance divine d'amour déversées sans l'histoire de ce monde, grâce au Fils de Dieu, Identifié aux plus démunis à ceux pour qui il n'y a pas de place dans le "village planétaire", Il nous provoque à une civilisation autre, celle de l'Amour (Paul VI).



Frères et sœurs, que le Seigneur désormais présent pour toujours au milieu de nous comme une lumière au cœur des ténèbres conduise nos pas sur le chemin de la vraie paix. Qu'Il enlève les ténèbres qui obscurcissent nos cœurs, les ténèbres de nos haines, les ténèbres du mépris des autres, les ténèbres de nos peurs, les ténèbres de nos mensonges et de nos oppressions. Prions les uns pur les autres. Ces jours-ci, je prie beaucoup pour vous. Joyeux Noël encore une fois.


Que le Seigneur fasse descendre sur vous toute la puissance de son amour tout au long de l'année nouvelle 2009.



Qu'il nous bénisse tous et toutes.




Le vôtre, Père évêque



+ Philippe NKIERE KENA



EVEQUE D'INONGO









La tradition au Petit séminaire de Bokoro, la veille de Noël.


Au petit séminaire de Bokoro, il existe une tradition difficile à modifier. La veille de Noël vers 11h00, le groupe électrogène est allumé pendant que le sacristain avec un petit groupe des séminaristes finissent les derniers travaux d'ornements de la crèche. Dans l'entre temps, le cuisinier et les sénateurs ( ceux qui aident le président dans la gestion de l'argent) sont occupés à dépecer le porc…. Les fruitiers cueillent ( au séminaire on dit secouer) les noix de coco. L'acheteur (le séminariste préposé aux achats à la cité) est lui aussi occupé pour aller retirer les pains chez le boulanger…


Puis, on va au lit à 18h00. A cette heure, c'est le couvre feu total. Personne ne doit être dehors. Ceux qui en abusent sont punis après la fête: ils vont couper les hautes herbes à la cour rive. C'était une habitude de voir les « grands » c'est-à-dire ceux de la 6ème et 5ème année écoper cette punition. La raison est simple. Il était difficile pour eux avoir sommeil à cette heure. Alors ils préféraient tailler bavette…l'abbé directeur de discipline arrivait sans qu'ils s'en rendent compte.


A 23h30, le recteur sonne la cloche pour le réveil. On se prépare pour la grande messe de Noël, préparée depuis un mois, selon les groupes des voix ( ténor, solo, 2ème voix, basse...). Chaque groupe a un maître des chants . Noel, c'est le jour où l'on met ensemble toutes ces polyphonies.


A Minuit exacte, on commence la messe présidée par le recteur. Le chant d'entrée est toujours en Latin : Dominus dixit ad me, filius meus es tu, ego hodie genui te. Ce chant est exécuté pendant que le recteur avance vers la crèche pour déposer le petit Jésus.


Noël, c'est la nuit de l'éloquence du recteur. L'abbé Ignace Ngazin se perdait dans la rhétorique pour expliquer le mystère de Noël. C'était de toute beauté. Outre le gloria, le credo, le sanctus, l'Agnus Dei qui doivent être exécutés en latin, beaucoup d'autres chants sont aussi en latin : In natali Domini, gaudent omnes angeli et cantant cum jubilo, gloria uni Deo….Parvulus filius, Puer natus in Bethelem, unde gaudet Jerusalem…les séminaristes faisaient voir qu'ils étudient le latin et les voix étaient mélodieuses. Chaque chef de file des voix était aux cotés des siens pour ne pas perdre la note pendant que le maître des chants coordonnait toutes les voix. Les ornements de la messe étaient d'un éclat sans pareil. La demoiselle Delangh les prépare un mois avant.


Il est permis aussi d'exécuter quelques chants en lingala : Lelo mbotama ee lelo esengo mingi…..boya boyaka eee, boya boyakaee toyemba alleluya. Le chant final doit être : acclamons sans cesse le nom de Dieu, il est pour nous la vérité la joie, il est présent en chacun de nous. Un chant difficile à sonner à l'harmonium pour le musicien car bien souvent, à cause de la joie, on passait d'une note à une autre. Gare à celui qui sonne l'harmonium s'il reste sur une fausse note, il risque la punition car cela fait mal à l'oreille de l'abbé directeur de discipline!


A la sortie de la messe, on va visiter la crèche. Puis on va au réfectoire prendre du thé avec du pain, tout accompagné par les noix de coco préparées par le fruitier et son équipe. Vers 2h00 du matin, on va au lit.


Et le matin, à 7h00, c'est la messe du jour. Le chant d'entrée doit être : il est né le divin Enfant….et celui de la sortie: les anges dans nos campagnes ont entonné... les lectures sont chantées.


Dans les salles de classes, sur le tableau, les élèves dessinent et commentent le plat du jour…l'on mange dehors sous les madamiers…en plein air avec un dessert spécial : les bonbons et les biscuits de la demoiselle Hortense Delangh. Ce jouir là, le soir, il n' y a pas sport puisque les ventres sont pleins….



O Tempora, O mores…



Bonnes fêtes à tous et surtout aux anciens séminaristes qui dans cet article, revoient le temps passé à Bokoro.


De Rome, Jean-Willy BOMOI


Ancien maître des chants


mmailto:mumpebomwi@yahoo.fr



Photos:



1. La chapelle du petit séminaire de Bokoro


2. le bâtiment des professeurs / Petit séminaire Bokoro


3. le bâtiment des cours/ Petit séminaire de Bokoro


4. la cour rive du petit séminaire de Bokoro


5. A Noël, au séminaire, on mange en plein air sous le madamier






C’était une prophétie ? Mgr n’est pas arrivé hier comme prévu à Inongo


Nous le disions dans nos "éditions passées". Mgr n'est pas arrivé à Inongo hier comme prévu. Il est « bloqué » à Kutu. Le temps n'est pas beau et le lac toujours agité. Le canot de Mgr n'est pas couvert. Il lui faut 3 heures du temps de canot avec un moteur de 45 CV, sans escale. Tous les habitants du Maindombe le savent. On est jamais sur du programme du voyage au lac ... il faut toujours ajouter si le bon Dieu et le lac le permettent.



Photos:


1. Le lac agité


2. Mgr voyage, son canot n'est pas couvert…il a la pluie et le soleil sur lui


3. La cathédrale d'Inongo où Mgr célébrera la messe de minuit de Noël…si le lac le permet






mardi 23 décembre 2008

Pensée du jour

 
Si tu veux marcher vite,marche tout seul
     Si tu veux marcher loin, marche avec les autres
                                     Proverbe Africain

lundi 22 décembre 2008

Mgr regagnera Inongo demain à condition que.....


Nous avons dit hier que Mgr partira de Bokoro aujourd'hui pour regagner Inongo demain. Nous l'avions affirmé avec beaucoup de certitudes. Nous avons oublié d'ajouter: à moins que le lac le permette. Tous ceux qui connaissent ce lac savent bien que l'on peut être bloqué pendant plus d'un jour puisque le temps est mauvais. Nous espérons que Mgr aura un lac tranquille….

 
Photos:
 
  1. Si le ciel est couvert, on ne risque pas le voyage sur le lac ( la photos montre le ciel couvert sur Lonkesa)
  2.  Ciel couvert : pas de voyage
     3. Aucun pêcheur  au lac…tous savent qu'il est inutile de prendre le risque
  
     

dimanche 21 décembre 2008

Annonce diaconat des 5 séminaristes à Inongo


Durant le messe célébrée aujourd'hui à la paroisse Ste Croix de Bokoro, Mgr l'évêque a annoncé le diaconat de nos 5 séminaristes:

 

  1. Dieu Merci PAKASA (  de la paroisse St Albert/ Inongo)
  2. Floribert Ikamoton (de la paroisse sacrés cœurs de Jésus et de Marie / Semendwa)
  3. Justin Mondio ( de la paroisse Ste Famille/ sangaSanga- Kemba secteur)
  4. Patrick Nduaya ( de la paroisse St Albert/ Inongo)
  5. Pierre Mombilika ( de la paroisse Marie Reine/Kutu).

 

Ils seront ordonnés diacres à Inongo le 8 février 20009

 

Note : Floribert Ikamoton, Patrick Nduaya et Pierre Mombilika sont des cousins.

       
                
            

La messe de 50 ans de vie religieuse de la sr Agnès Boduka à Bokoro


La  SoeurAgnès Boduka:

 

- née 16/3/1939 à Bokoro

 

- 4 juillet 1955 : entrée au couvent.

 

- 8/12/58 : 1er vœu.

 

- Septembre 1963: directrice de l' école primaire Molende / Inongo.

 

- 1969-1987: Mère générale des sœurs de l'Immaculée conception d'Inongo ( pendant 18 ans).

 

A été supérieure de communauté à Taketa, Kinshasa,  Makaw, Kiri.

 

    Pour le moment elle est supérieure de la communauté de Bokoro, couvent de la rive.
 
Photos:
1. la sr Agnès Boduka; elle fut pendant 18 ans, mère générale des soeurs d'Inongo
2. la Mère Bolinga ( acteuelle mère générale ) avec Mgr Lesambo, fondateur des SIC
3. La sr Jacquéline Bolinga avec les autres soeurs
4. Une vue des soeurs de l'Immaculée Conception d'Inongo
5.Une vue des soeurs de l'Immaculée Conception d'Inongo
 
 
          

IVème dimanche de l'Avent

Etindi Nzambe ntoma, akiti o Nazarete, esika ya Maria alobi ye boye: Ave Maria, Ave Maria

Nous voici à quelques jours de la grande fête de Noël. Dans toutes nos églises, les chrétiens vont se rassembler pour des Eucharisties joyeuses célébrées avec ferveur. En effet, Noël c'est une grande joie, une bonne nouvelle pour le monde entier, en particulier pour les pauvres, les exclus et tous ceux et celles qui vivent sans espérance.
En venant à l'Eucharistie en ce dimanche, nous entendons des paroles porteuses d'espérance. Saint Paul souligne l'action de Dieu chez les païens qui sont venus à la foi chrétienne. Il affirme avec conviction que Dieu peut les rendre forts dans la foi. Avec la venue de Jésus Christ, c'est tout le mystère de Dieu qui est révélé.

En ce quatrième dimanche de l'Avent, nous sommes tous appelés au même émerveillement que les premières communautés chrétiennes. Dieu est toujours présent et agissant. Son grand rêve c'est de rassembler toute l'humanité, c'est d'être tout en tous. Il compte sur nous pour que cette bonne nouvelle soit annoncée dans le monde entier.
Dans sa lettre, saint Paul nous dit que cette révélation est portée à la connaissance des nations pour les conduire à "l'obéissance de la foi.". Le projet de Dieu est que tous les hommes soient sauvés. Il ne nous reste plus qu'à ouvrir les yeux et à rendre grâce.
Avec l'évangile, nous avons précisément un très beau témoignage de cette "obéissance de la foi". Cela se passe à Nazareth, un petit village ignoré. C'est là que l'ange Gabriel est allé décerner à une jeune fille le plus beau compliment qu'une femme ait jamais reçu : "Réjouis-toi comblée de grâce…" Cela signifie qu'elle est toute baignée de la grâce de Dieu, entièrement tournée vers Dieu. Pas étonnant qu'à la fin de cette rencontre, elle dise "Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi selon ta parole."
Grâce à cette écoute de Marie et à son oui à l'appel de Dieu, plus rien ne sera comme avant. Toutes les promesses de l'Ancien Testament vont pouvoir se réaliser. Marie a compris une chose absolument essentielle : Ce n'est pas elle qui fait une place à Dieu dans sa vie ; c'est Dieu qui lui donne de reconnaître que par elle, il veut naître en tout homme.

Aujourd'hui encore, le même Dieu continue à nous parler. Chaque fois que nous lisons l'évangile, l'annonce faite à Marie se renouvelle en nous. C'est une annonciation indéfiniment répétée. En effet, nous sommes tous choisis par Dieu pour incarner sa bonté, sa tendresse, sa justice. Il a besoin de nos mains pour continuer les siennes. Il a besoin de nos lèvres pour prononcer ses paroles. Il a besoin de nos yeux pour voir la souffrance humaine et la soulager. Quelle que soit la question qu'il nous pose, il nous invite à lui dire "oui". Comme la Vierge Marie, Dieu nous confie une mission. Il a besoin de nous et de notre accord. Ne craignons pas : cette mission est tournée vers le bonheur, le nôtre et celui des hommes.

 

Sepela, sepela Maria

Yo otondi ngrazya

sepela yo  mwana wa bolingo wa Nzambe

       
                
           

Lettre pastorale aux frères et sœurs du Diocèse d’Inongo à l’occasion de la fête de Noël 2008



       
                
            

samedi 20 décembre 2008

Mgr l’évêque accueilli hier avec beaucoup d’honneurs à Bokoro

 

Mgr l'évêque est arrivé à Bokoro hier accompagné de l'abbé Henri Godé MbawMbaw, son secrétaire, pour la messe de 50ans de vie religieuse de la sr Agnès Boduka.

Mgr a accosté au beach du petit séminaire de Bokoro où  l'attendait une foule immense que nul ne pouvait démembrer….toute la population de Bokoro et surtout les jeunes; toutes les écoles conventionnées catholiques avec plus ou moins 2000 élèves, toutes les couches sociales….

Du séminaire, Mgr a regagné Ste croix accompagné par cette foule qui chantait et criait de joie pour l'arrivée de l'évêque au milieu d'eux.

Mgr est logé, non à la résidence épiscopale de Bokoro mais au couvent des soeurs de l'Enfance de Jésus (SEJ), occupé aujourd'hui par les soeurs diocésaines de l'Immaculée conception. La raison est simple, les soeurs ont dit : «  Mgr est venu pour les 50 ans de vie religieuse de celle qui fut supérieure de notre congrégation pendant plus de 15 ans…qu'il habite chez nous…quand il viendra pour les ordinations  ou pour les confirmations, il habitera alors à la résidence épiscopale…. ».

Et finalement, il a été décidé, vu l'ampleur de la fête, de laisser Mgr cette fois chez les soeurs. La prochaine fois, a promis Mgr aux abbés et aux chrétiens, « j'habiterai la maison épiscopale ».

Mgr partira de Bokoro Lundi pour passer la nuit à Kutu et le mardi 23, il regagnera Inongo pour la fête de Noël.

 

  1. Une vue de l'Eglise Ste Croix de Bokoro où Mgr célébrera demain la messe
  2. Une vue du couvent où est logé Mgr l'évêque
  3. Eglise Ste Croix vue  de la maison épiscopale de Bokoro
  4. Le canot au beach du petit séminaire de Bokoro
  5. Une vue de l'autel de l'église Ste Croix de Bokoro

 

                
            
               

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)