samedi 31 mai 2008

Heureuse avec vous tous

Oui heureuse avec vous tous. Mille fois bravo!!! Depuis que je suis votre vie à Inongo, je prends conscience des efforts , du travail, des fatigues , du courage de chacun de vous pour aider les gens vers un vie meilleure .
Une amélioration, une ouverture qui permettra de mieux sortir de son isolement ne peut que réjouir. et exprimer le souhait que chacun puisse un jour annoncer " fini, nous ne sommes plus séparés,nous aussi pouvons maintenant vivre en contact"
Je reste très proches de vous tous, ainsi que de tous les habitants.


Voyageuse



_

MUSHIE, COUVERT PAR VODACOM

Mushie, depuis hier soir, est couvert par Vodacom. C'est avec joie, que ceux de Mushie ont appelé pour annoncer l'heureuse nouvelle au monde entier. Un désenclavement. On ne peut qu'être heureux.

vendredi 30 mai 2008




Posted by Picasa
Posted by Picasa

MERCI

Monseigneur l'évêque remercie tous ceux qui de près et de loin nous ont soutenu dans la prière et m ateriellement lors du triste événement que nous venons de connaître:
La Conférence épiscopale du congo par son président, Mgr Monsengwo,
Mgr Gaspard Mudiso
les missionnaires qui ont travaillé dans le lac:
Le Supérieur Général des pères de scheut,
les soeurs de l'Enfance
les soeurs du service médical,
les religieuses(Kin, Kikwit,..)
les confrères prêtres de Kin , Kikwit et de l'extérieur,
les ressortissants de Mai Ndombe à l'extérieur (URELAC),
les ressortissants du Mai Ndombe à KIn(dont l'honorable Castro Bamboka)
les autorités politico-administratives
les médecins d'Inongo,
les soeurs infirmières,
les infirmières et infirmières du Centre de Santé Saturnino,
les policiers pour l'ordre,
les menuisiers et les maçons,
les mamans et filles du lycée qui ont préparé,

jeudi 29 mai 2008

QU'IL REPOSE EN PAIX

La messe des funérailles a débuté à 11h00'.Ceux venus de Kin(Mgr Mongo André, Mgr Evariste Mputu, A. Franco Nekotjeke, son frère cadet Louis, nous ont rejoints pendant la consécration . C'est vers 15h30' que les chrétiens, le clergé, les religieuses ont accompagnés Monsieur l'abbé André Bolampenda dans sa dernière demeure.
L'abbé Bolampenda nous laisse le témoignage d'un homme serviable et disponible, d'un prêtre passionné pour les jeunes (fruit aussi de sa formation chez les salésiens:il a fait sa licence en sciences de l'éducation à l'Université Salésienne de Rome) .

FUNERAILLES

Ceux de Kiri, Mpenzwa, Ibamba(AA. Egide Mabwana, Delphin Nkano, Sebastein Ekoko,Achille Bongali, Charles Mpia, Srs Giséle Nzako, Chantal Masumbuku sont arrivés vers 3h00' du matin
Posted by Picasa

Papa est arrivé



Le papa de l'abbé André Bolampenda est arrivé aujourd'hui de Nioki, avec les abbés Pascal Lemene et Pierrot Ezoka, vers 15h00'. Le papa, qui habite Mbentekoy (territoire de Kiri), était allé à Nioki assister sa petite fille qui était en soins au centre orthopédiste des frères de la charité(Nioki).


Les confrères de Kiri, Mpenzwa, Ibamba ont quitté Kiri, mais ne sont pas encore arrivés. Demain, nous attendrons une délégation de Kin. L'heure de la messe dépendra, en partie, de ceux de Kin qui ne sont plus arrivés aujourd'hui, comme prévu.

mercredi 28 mai 2008

CONDOLEANCES

Dieu nous a donné, Dieu nous a ravi. Que son nom soit loué. Mes condoléances. Je présente mes condoléances à Monseigneur Nkiere Philippe, aux religieux, religieuses, prêtres diocésains, aux laïcs, aux chrétiens du diocèse, pour la mort de l'Abbé André Bolampenda. Restons tous unis dans la prière.

Ivinia

mardi 27 mai 2008

CONDOLEANCES


Je présente à Mgr Philippe, à tous les Abbés du diocèse d’Inongo, à la famille de Mr l’Abbé André Bolampenda,ainsi qu’à tous ses collaborateurs mes sincères Condoléances, ainsi que l’assurance de mes Prières pour le cher défunt. Mes pensées vous accompagnent pendant ces Journées de deuil.
Posted by Picasa

PROGRAMME FUNERAILLES

MANAKA MA LILAKA LYA SANGO ANDRE BOLAMPENDA 27-28/05/2008
(Programme/Funérailles)

Modérateur : A.P. Isidore BOLIKALA
MARDI

Messe : 19h00’ (Chorale St Albert)

LEGIO JUNIOR (2 paroisses) 21 H00’-22h30’

BILENGE ST JEAN (Jubile) 22h30’-00h00

BILENGE ST ALBERT: 00H00’-1H00’

LEGIO SENIOR (2 PAROISSES). 1H30’-3H00’

MATEYA : 3H00’-3H30’

RENOUVEAU : 3H30’-6H00’

BREVIAIRE : 6H00’

NB. Groupe moko moko elengele litangi, liteya mpe Nzembo

Mercredi 28/05/2008

BANA K.A. 2 PAROISSES : 8H00-9H00’

BANA MWINDA : 9H00’-10H00’

PAUSE : 10H00-12H00’

BREVIAIRE : 12H00’13H00’

LYVCEEE BONDEKO : 13H00’-14H00’

INTOSA : 14H00’-15H00’
E.P. LIKWANGOLA 1&2 : 15H00’-15H30’

E.P. NONG’IBOKO 1&2 : 15H30’-16H30’

E.P. MOLENDE 1&2 : 16H00’-1630’

ISP : 16H30’-17H45’

BREVIAIRE : 18H00’

MESSE (CHORALE ST JEAN) : 19H00’

C.B.U 1 : 21HOO- 21H30’

CBFC : 21H30’-22H00’

choraleBOLINGO : 22H00-22H30’

C. LISANGA : 22H30’-23H00’

LITEYA CBU : 23H00-23H30’

CDD : 23H30’-24H00’

SAM : 24H00-1H00’

CPK : 1H00-1H30’

CADC : 1H30’-2H00’

BOYOKANI . 2H00’-2H30’

MERE ST ALBERT 2H30’-3H00’

CBU 2 . 3H00’-3H30’

CBFC 2 : 3H30’-4H00

MERE ST JEAN : 4H00-4H30’

CBU 3 : 4H30’-5H00’

MAMANS VEUVES : 5H00’-5H30’

ROSARIO : 5H30’-6H00

JEUDI 29 /05/2008

MESSE (scic-Religieuses) : 8H30

COMITE ORGANISATEUR

CONDOLEANCES

Mes condoléances à toute la communauté Diocésaine d'Inongo après cette disparition brutale de notre Abbé Bolas

Le bon Dieu qui donne et c'est lui qui reprend.

Repose en paix encore une fois, A. Bolas.

Se. Ir Donatien BILE

LE DIOCESE D'INONGO EN DEUIL


Le diocèse d'Inongo vient encore de perdre un prêtre, en la personne de l'abbé André Bolampenda. L'abbé vient de nous quitter après une courte maladie.

Il était vicaire dominical à la paroisse St Albert(Cathédrale),coordinateur diocésain des jeunes et professeur Assistant à l'Institut Supérieur Pédagogique/Inongo.Il a été vicaire à la paroisse Ste Thérèse /Makaw, Ste Famille Sanga-Sanga, St Michel/Nioki, Administrateur paroissial à St Jean /Inongo, curé à St Léon (Lokolama), curé à la paroisse St Charles Lwanga(Beronge)

Il est né le 15/09/ 1952 et ordonné prêtre le 22/10/1978.

lundi 26 mai 2008

Pensée du jour

" Un vieillard qui meurt,c'est comme une bibliothèque qui brûle."
( Proverbe Africain )

__________________________________________________

mercredi 21 mai 2008

CLOTURE DU CENTENAIRE

La clôture du centenaire de l'évangélisation du Mai Ndombe (ouvert le 14 octobre 2007), est prévue le 19 octobre 2008.

Pensée du jour

" Ce qui importe, ce n'est pas d'arriver, mais d'aller vers. "
( Antoine de Saint-Exupery )

__________________________________________________

lundi 19 mai 2008

Bonne Retraite à Mgr Philippe

Bonne retraite Mgr Philippe, ma prière vous accompagne. Que cette semaine de recueillement et de prière intense soit aussi une semaine de repos pour le corps ,après tous ces voyages effectués ces derniers mois.

Voyageuse

__________________________________________________

MGR L’EVEQUE EN RETRAITE

Mgr l'évêque commence aujourd'hui, au centre d'accueil, sa retraite annuelle. Elle prendra fin dimanche le 25 mai. Il se recommande à nos prières.

FILLES ET FILS DE BANDUNDU……(suite et fin)

Transports et communications

Les richesses de Bandundu ne seront d'aucun profit pour la population de cette province tant qu'i n'l y aura pas de véritables réseaux de communications.

Nous saluons les programmes et projets en exécution pour la réhabilitation de la nationale n°2 et de quelques voies de desserte agricole par le gouvernement et les partenaires étrangers. Cependant, nous déplorons la qualité de ces travaux qui, à certains endroits, sont visiblement éphémères et n'ont pas une longue vie. Nous craignons que ne soient confirmées les rumeurs de corruption au niveau de passation des marchés et du contrôle de la qualité du travail.

Nous demandons ainsi aux autorités politiques et à toutes les forces vives de la province de prendre des dispositions nécessaires pour un contrôle efficace.

Nous recommandons une politique de réhabilitation des routes qui tienne compte des principaux axes pour le désenclavement des quatre coins de notre province et sa croissance économique. Pour ce, une commission technique d'étude nous parait indispensable pour échapper à l'arbitraire. Nous constatons qu'il n'existe nullement une politique de transport en commun entre villes ou à l'intérieur de nos cités. Il appartient au pouvoir public d'assumer une telle responsabilité.

Nous tenons à rappeler aux autorités provinciales que la province de Bandundu ne se limite pas aux villes. Les paysans ont droit aux mêmes attentions que les citadins.


 

Justice et paix.

Nous sommes convaincus que la paix véritable n'est pas l'absence de guerre. Un peuple paupérisé, chosifié est loin de prétendre à une quelconque paix. Il n'y a pas de paix sans justice. En effet, que de tracasseries de la des policiers, des militaires et de certains autres agents de l'état.

Dans certaines ville ou grandes cités de notre province, ceux qui y entrent en véhicules, à bicyclettes, en pirogue…pour vendre leurs produits sont souvent embêtés par des barrières érigées illégalement pour leur soutirer l'argent sous plusieurs prétextes.

Nous demandons donc aux gouvernants de la province de mettre fin à ces pratiques de la deuxième République.

Nous dénonçons aussi la corruption qui s'installe de plus en plus dans nos services publics, jusque dans les appareils judiciaires. Beaucoup de personnes se passent pour des intouchables qui n'ont de comptes à rendre à la loi. Un pourboire est plus considéré que la compétence dans l'engagement des employés ; un dossier qui n'est pas accompagné d'une 'enveloppe' n'a généralement pas la chance d'être traité régulièrement dans nos administrations locales… Autant des choses pour lesquelles nous appelons nos autorités à mettre les moyens nécessaires pour le bon fonctionnement de l'appareil judiciaire.

Les droits des tribus minoritaires ou marginalisés doivent être un souci spécial pour les autorités de la province. Les pygmées, pour ne citer que ceux là, ont droit à la vie et à l'éducation comme toutes les autres tribus de la province.

La problématique des frontières de la province avec l'Angola et le Congo-Brazzaville exige un regard spécial des dirigeants pour la sécurité et la prospérité économique particulièrement dans les régions de Kahemba, Bolobo et Kwamouth…. La transparence nécessaire avec les pays voisins permet d'apaiser davantage la population.

Les élections locales

Nous serons appelés de nouveau à nous rendre aux urnes. Le temps qui nous sépare de premières élections constitue une opportunité pour réfléchir et corrigées les erreurs d'hier. Ces élections dites « de la base » sont, à maints égards, plus importantes que les précédentes. L'enjeu principal est qu'on n'élit plus celui qui gouverne ou qui siège au loin, mais celui qu'on devra côtoyer tous les jours. Le vrai développement du pays ne sera pas dicté du sommet mais partira e la base.

Voilà pourquoi, les dirigeants locaux devront être des hommes et des femmes honnêtes, compétents, avisés et capables de conscientiser la population à se prendre en charge de façon efficace.

Nous invitons la population à bien réfléchir particulièrement sur les candidatures de ceux qui se cachent derrière les représentations de partis politiques ; car ceux-ci peuvent avoir un bon programme mais leurs candidats peuvent ne pas être à mesure de répondre aux attentes de la population.


 

Impôts et Salongo

L'engagement communautaire dans la gestion de la chose publique ne fit pas encore partie de notre culture. La politique moderne apprise par des colons nous a habitués au paternalisme. La mobilisation populaire pour le salongo n'a pas fait long feu. La culture de l'impôt est en perte de vitesse.

Il y a donc nécessité d'une grande éducation de la masse à la citoyenneté. Pour relever ce défi, parmi tant d'autres, nous invitons les autorités politiques et toutes les forces vives compétentes en la matière à s'engager dans cette formation indispensable pour le développement de notre province.

Nous demandons que soit entreprise la formation des agents publics de l'état à la culture du bien commun, à la transparence dans la gestion et à l'utilisation des fonds perçus au profit de la population. Dans le même ordre d'idées, il faut combattre l'impunité à tous les niveaux.


 

II. EXHORTATIONS

Chers sœurs et frères dans le Christ,

Ce survol des différents défis de la province nous aura permis de nous rendre compte qu'il y a encore beaucoup à faire pour l'avènement d'un Bandundu meilleur et prospère, où ses filles et fils vivront dans la dignité des femmes et des hommes créés à l'image de Dieu. Ainsi nous, vos pères évêques, exhortons chacun de vous, dirigeants er dirigés à donner le meilleur de vous-mêmes pour le salut intégral de Bandundu.

Au service des frères

Pour rappel, pendant la campagne électorale, la plupart des candidats se sont présentés auprès es électeurs comme étant leur sœur ou leur frère. En les votant, le peuple a exprimé son vœu de voir ces dirigeants gouverner dans un esprit d'équité, de solidarité et de fraternité. Nous invitons tous les élus du peuple à prendre au sérieux cette valeur négro-africaine et chrétienne dans le service de leurs sœurs et frères. Qu'ils soient donc les femmes et les hommes de la parole donnée.

Parmi le signes concrets de cette fraternité, nous soulignons la transparence dans la gestion de la chose publique et la franche collaboration entre ceux qui sont au pouvoir et ceux qui sont dans l'opposition. Nous exhortons les gouvernants à éviter tout esprit de triomphalisme, d'exclusion et surtout à ne pas se considérer comme des ennemis. Nous les invitons également à ne pas s'enfermer dans une attitude d'autosuffisance.


 

Nécessité de l'engagement de tous

Certes, nos dirigeants doivent faire montre de compétence, de bonne volonté et d'intégrité morale. Cependant, seuls ils ne pourront pas relever nos nombreux défis. Encore faut-il que chacune et chacun des filles et chacun des fils de Bandundu apporte sa contribution. Un peu de bonne volonté suffit pour que beaucoup des problèmes soient résolus au niveau de la base. On n'a pas besoin de l'intervention d'un ministre pour maintenir propre sa parcelle et ses environs.

Interpellation de la diaspora

Dans le même ordre d'idées, nous invitons aussi les ressortissants de Bandundu éparpillés dans le monde entier et capables d'investir, de bien vouloir penser à cette terre qui les a accueillis dans la vie et où ils ont appris à être hommes. Contrairement aux investisseurs étrangers qui ne voient que leurs intérêts, nous espérons que nos sœurs et frères allieront leurs intérêts au désir de voir leur terre natale se développer.

Chers sœurs et frères, en dépit du découpage territorial prévu par la constitution en vigueur, nous vous exhortons à garder une conscience vive d'être des sœurs et des frères, des filles et des fils du même Père. Que cette fraternité cimente et stimule notre collaboration dans la construction de cette terre de nos aïeux. Que nos ancêtres intercèdent pour notre province. La division de la province n'est pas la division des cœurs.


 

Aux agents pastoraux

Nous demandons à tus nos agents pastoraux de faire une large diffusion de ce message. Qu'ils s'imprègnent eux-mêmes de son esprit, qu'ils s'engagent activement dans cet élan de la construction de la province et qu'ils atteignent toutes les couches de leurs entités pastorales.

A la fin de notre message, nous voulons exprimer notre compassion pour nos sœurs et frères de KIKWIT, victimes de la pluie du 1er Janvier dernier et pour ceux de BUKAVU victimes du tremblement de terre commencé dans la nuit du 2 au 3 février. La charité du Christ nous invite à chercher les voies et moyens pour leur venir en aide. Solidaires et compatissants à leurs souffrances, nous prions pour que Dieu leur comble des grâces dont ils ont besoin en ce moment difficile.

Nous confions l'avenir de notre province, ses dirigeants et sa population à Notre Seigneur Jésus Christ et à sa Mère, la Vierge Marie, Notre Mère.

Que la bénédiction de Dieu tout Puissant soit sur le Bandundu et tout le Congo.


 

Fait à Kinshasa, le 06/01/2008

LES EVEQUES DE LA PROVINCE DE BANDUNDU

-Mgr Marie-Edouard MUNUNU KASIALA,
Evêque de Kikwit

-Mgr Philippe NKIERE KENA,
Evêque d'Inongo

-Mgr Gaspard MUDISO
Evêque de Kenge

-Mgr Louis NZALA
Evêque de Popokabaka et Administrateur apostolique d'Idiofa.


 

mercredi 14 mai 2008

FILLES ET FILS DE BANDUNDU, RASSEMBLONS NOUS ET CONSRUISONS NOTRE PROVINCE (suite)

Une bonne gestion de nos richesses locales:

Dans la perspective du fédéralisme qui pointe à l'horizon, il ne faudra pas se faire d'illusion : le salut de notre province ne viendra pas du dehors. Nous devons compter avant tout sur nous-mêmes. Le Bon Dieu nous a dotés des capacités de créer des conditions de vie. Notre province dispose suffisamment des richesses humaines et naturelles pour constituer un pole économique de grande envergure.

Il appartient aux dirigeants, aux operateurs économiques et aux différentes forces vives de la province de cultiver l'esprit de concertation en vue d'un projet global du relèvement de notre province. C'est pourquoi nous les exhortons à bien planifier l'exploitation de notre flore, de notre faune, de notre sol, de notre sous sol, de nos rivières…

A ce propos, il est urgent d'organiser un forum pour planifier l'exploitation de ces richesses.


La forêt


La forêt a fait notre honneur dans l'histoire de notre pays et de notre province. C'est avec l'argent du bois de ses forêts que la province de Bandundu s'est construit le tout premier building à Kinshasa : Forescom. De même, pendant des années, c'est l'huile de nos plantations qui a soutenu l'économie du Katanga en appuyant la Gécamines. Qu'en est-il aujourd'hui ? Nos forêts sont-elles moins productrices actuellement ? N'est-ce pas surtout une question de politique d'exploitation ?
Si l'on veut développer rapidement le Bandundu en comptant sur un secteur, tout le monde devra s'engager à préserver nos forets comme des outils de puissance économique et écologique. Bien plus, il faudra penser une rationalisation de l'exploitation. Nous suggérons que les autorités provinciales revisitent les contrats forestiers pour voir si la population de Bandundu bénéficie de la part qui lui revient. Au regard de centaines de tonnes des bois exportés chaque semaine de notre province, on est scandalisé de voir la misère criante de notre peuple.
Ces derniers temps, il est apparu des contrats fallacieux conclus entre les autorités politico-administratives, les chefs de groupement et certains exploitants qui ont conduit à la destruction de nos forêts et ont porté préjudice aux populations locales. Quand celles-ci ont réclamé, elles ont été réduites au silence, incarcérées et terrorisées. Nous dénonçons vivement ces situations et exigeons le respect des droits de nos sœurs et frères habitant ces zones d'exploitation.

Plus dramatique encore, aucune politique de reboisement n'est envisagée. Avec les connaissances actuelles sur la gestion de l'environnement, il est irresponsable de compter sur la génération spontanée des bois dans nos forets systématiquement ravagées. Dès lors, la nécessité d'une politique rigoureuse de la reforestation s'impose

La pêche

Bandundu est une province regorgeant d'eaux poissonneuses. On y trouve les poissons de toute sorte. Cependant, la pêche qu'on y pratique est encore rudimentaire. D'autre part, est-il normal que nous consommions aujourd'hui les poissons de mer dans le Bandundu ? Il est temps que les dirigeants de la province prennent les dispositions qui conduiront à une pêche semi industrielle et rationnelle.

Il est aussi nécessaire d'être en place une politique d'exploitation rationnelle de la pêche pour combattre certaines pratiques irresponsables telles l'empoisonnement des cours d'eaux entiers pour recueillir les poissons, la pêche abusive des alevins… Nous demandons pour cela aux autorités provinciales de restaurer l'office de gardes-pêche devant y veiller à tout cela.


Le sol et le sous sol


Le sol qui couvre le territoire de notre province est d'une grande richesse. On y trouve une variété des produits agricoles dont la répartition équitable garantirait la sécurité alimentaire. Avec la demande croissante de biocarburant, il y a lieu d'espérer de bonnes choses pour l'économie de notre province. Dieu soit loué.

Cependant, la population de Bandundu est inquiète d'être expropriée de son sol. En effet, certains contrats conclus avec les expatriés n'apportent aucun avantage à cette population.

Tout en encourageant la politique d'investissement, nous exigeons le respect de la législation en vigueur en mettant la population à l'abri d'effets environnementaux destructifs et prévoyant des clauses pour les œuvres sociales (école, hôpitaux…).


mardi 13 mai 2008

MGR L’EVEQUE A RENCONTRE LES ENSEIGNANTS EN GREVE

Mgr l'évêque a rencontré aujourd'hui les enseignants des écoles conventionnées catholiques en grève depuis le 21 avril. C'était pour les convaincre de reprendre les cours, en tenant compte des élèves pour qu'ils ne restent qu'un mois pour clôturer l'année scolaire et de voir comment continuer à faire pression d'une autre façon. Les enseignants sont entrés en grève parce que la plupart ont été, sans raison apparente, rayés de la liste de paie et ont vu leur salaire rabattu sensiblement.

Ils ont entendu l'appel de l'évêque et promettent de reprendre les cours Jeudi 15 mai.

lundi 12 mai 2008

FILLES ET FILS DE BANDUNDU, RASSEMBLONS-NOUS ET CONSTRUISONS NOTRE PROVINCE

Message des Evêques de la province de Bandundu aux fidèles et hommes de bonne volonté.

Chers sœurs et frères dans le Christ,

Nous, évêques de Bandundu, réunis en Assemblée provinciale statutaire à Kinshasa du 30 au 5 février 2008 pour traiter des problèmes pastoraux de nos cinq diocèses (Idiofa, Inongo, Kenge, Kikwit, Popokabaka), avons également examiné la situation sociopolitique et économique de notre province.
Nous saluons toutes les forces vives de note province et promettons à tous et à chacun notre soutien et notre contribution dans la gestion de la chose publique.
En effet, l'Eglise, signe et instrument du salut ne peut rester indifférents aux efforts fournis par les uns et les autres pour la construction de notre province (GS, 1).
Elle ne saurait non plus se taire devant tout ce qui blesse et détruit la dignité et la vie de nos frères humains. Convaincus des potentialités des filles et fils de Bandundu, nous tenons à encourager chacune et chacun à un engagement responsable pour relever os nombreux défis.

DEFIS PRIORITAIRES DANS LE BANDUNDU

Un sain découpage de la province

Dans la province de Bandundu, la perspective du découpage suscite une forte passion et un grand complexe de supériorité et d'infériorité suivant les cas, une volonté d'hégémonie et partant de frustrations. Les grandes villes s'épient et s'inquiètent particulièrement sur leur sort politique de demain. Les hommes politiques de Bandundu devront faire montre d'humilité et de grandeur d'âme pour préparer un sain découpage à l'esprit de la constitution.

Il sied de rappeler ici que le but de la décentralisation est de rapprocher les administrateurs des administrés en vue d'un développement solide et durable. C'est donc cet esprit qui devra orienter toutes les négociations à ce sujet. Ainsi est-il inacceptable que certains politiciens en abusent en incitant la population à l'intolérance et aux sécessions : aucun développement ne peut se réaliser dans l'isolement. C'est pourquoi, nous en appelons de tous nos vœux à la tenue d'une réunion de toutes les forces vives de la province sur la paix pour monter les stratégies d'un démembrement bénéfique à toutes les parties concernées.
La division de la province n'est pas la division des cœurs. Les chrétiens doivent retenir particulièrement que, sur le plan religieux, le découpage de la province n'entraine pas d'office la division de nos diocèses. Cela, espérons-nous, peut suffire pour calmer certaines ardeurs d'amour propre et un certain narcissisme malencontreusement liés aux origines, aux tribus, bref à la géopolitique.

Le développement

Les filles et fils de Bandundu ont une vive conscience du développement. En effet, « Etre affranchis de la misère, plus trouver sûrement leur subsistance, la santé, un emploi stable ; participer davantage aux responsabilités, hors de toute oppression, à l'abri des situations qui offensent leur dignité d'hommes, être plus instruits ; en un mot, faire, connaitre et avoir plus, pour être plus : telle est l'aspiration des hommes d'aujourd'hui » (Paul IV, Encyclique Populorum Progressio, n°6)

Dans les domaines du développement, les défis à relever dans notre Province sont énormes. Nous nous contentons de dégager les plus criants : dans toute la province de Bandundu, il n'y a aucune industrie. Sinon, on peut trouver à peine une usine de bois (SODEFOR) qui fonctionne normalement dans le district de Mai Ndombe, le COMBILIM en paralysie et deux ou trois huileries qui fonctionnent partiellement dans le district de Kwilu.

Dans tout le Bandundu, il n'y a pas de structures bancaires fiables, ni des petites et moyennes entreprises promotrices de note développement intégral. Pourtant, nous ne manquons pas des ressources suffisantes pour justifier et soutenir les structures indispensables pour la croissance économique.

Nos sœurs et nos frères qui ont été élus à l'exécutif et à l'Assemblée provinciale l'ont été parce que le peuple a eu confiance en eux, espérant qu'ils seraient capables de travailler de manière à développer le Bandundu. Ceux-ci doivent faire preuve d'une certaine détermination et d'une volonté manifeste dans la construction et la gestion de la province.

(à suivre)


Pensée pour Pentecôte


"Je veux seulement faire la volonté de Dieu. Il m'a permis de monter sur la montagne. J'ai regardé au-delà et j'ai vu la Terre Promise. Mes yeux ont vu la gloire de la venue du Seigneur."
(Martin Luther King)

Le lendemain qu'il a exprimé cette pensée et qu'il avait marché dans les rues avec les travailleurs dont la dignité était en cause. Et au moment où il dit à un ami ; "Ce soir joue pour moi ;"Seigneur, prends ma main" un coup de feu éclata , "Martin Luther King " mourut une heure plus tard.

__________________________________________________

dimanche 11 mai 2008

Mgr est de retour

C'est aujourd'hui, que Mgr l'évêque, accompagné du secrétaire-Chancelier est arrivé de Kinshasa
Totaka est aussi revenu de Kinshasa cet après midi, après une escale à Bokoro.

________________________________________________

jeudi 8 mai 2008

Mgr n'a plus voyagé

Arrivé vers 9h30' à l'aérodrome ce mercredi, Mgr a du attendre jusque vers 10h30' pour s'entendre dire que le vol est reporté au Samedi.

COIN LITTERAIRE. DU NOUVEAU

Soeur en humanité et Aînée dans la
C'est le titre du nouveau livre que vient de publier; l'abbé Albert Kenkfuni, aux éditions Le Palmier.
De nos jours,Marie, Mère de Jésus Christ, reste une figure a la fois controversée et aimée. Rien de neuf, car au fil de l'histoire du christianisme, les chrétiens sont confrontes a la question : Qui est Marie. Cette problématique de l'identité de la Sainte Marie qui fait problème au sein des Eglises conventionnelles et déchaîne des passions avec l'essor du phénomène sectaire, reste ouverte et donne a réfléchir.
Loin de toutes les élucubrations dogmatiques, cet essai se propose tout simplement de répondre à cette question en montrant que Marie est notre Soeur en humanité et notre Aînée dans la foi.
En vertu de l'anthropologie negro africaine et en révisitant certains textes néo testamentaires, cet écrit contribue à aider nos contemporains a transcender les barrières de tout bord et ouvre, au passage; des nouvelles perspectives non moins interpellantes dont une éthique de la sororité.
L'ITINERAIRE SPIRITUEL DE PIERRE. TYPE DE VIE CONSACREE
Ce livre est de l'abbé Donatien Nshole, prefacé par Mgr Philippe Nkiere.
Face à la crise multiforme qui secoue aujourd'hui bon nombre de nos frères et soeurs voués à Dieu, l'auteur propose un authentique chemin de renouveau. Le chemin de retour aux sources : l'itinéraire de Pierre. Celui ci , dans l"Évangile selon Marc, est le prototype du disciple. Plein de bonne volonté et engagé pour la cause de son maître, porte parole du groupe de douze, Pierre est aussi un homme impulsif et fragile... Puis il y a eu un déclic dans sa vie. Pierre a compris qu'il comptait trop sur lui même. Désormais c'est sur le Seigneur qu'il met sa force : "Seigneur, Tu sais tout, tu sais que je t'aime" Jn 21, 17. Il suivra le Seigneur jusqu'au bout. Sa rencontre d'amour avec le Seigneur en fait un nouveau converti.
Son identité et sa mission particulière en portent la marque. Jusque dans sa prédication comme protagoniste de l'Église naissante. Foi, Charité, espérance dans une vie de configuration au Messie crucifié et ressuscité. Dans "une fidélité dynamique, active et inventive", nous trouverons dans la lecture de ce livre une lumière et des énergies nouvelles pour notre propre conversion.
Deux livres à ne pas manquer

__________________________________________________

samedi 3 mai 2008

Mgr en visite canonique

Revenu le 27 Avril de Kalonda et Kikwit, Mgr l'évêque a commencé deux jours après la visite canonique au grand séminaire Jean XXIII où nous avons trois séminaristes: 1 en 4è, 1 en 3è et un autre en 2è. Le 2 mai ce sont nos trois philosophes de Kaggwa qui ont eu la joie d'accueillir Monseigneur. Et aujourd'hui, nos deux frères qui sont au noviciat chez les frères de Saint Joseph de Kisantu ont été visités dans l'avant midi. Et dans l'après midi, les trois étudiants à l'Institut Supérieur des sciences religieuses , avec leurs familles respectives ont été reçus.
Le lundi, ce sera le tour des prêtres étudiants aux facultés catholiques. Le soir , il rencontrera un petit noyau des originaires du Mai Ndombe.Le mardi, les soeurs et ceux de la maison diocésaine de Ndolo.
C'est le mercredi que Mgr regagnera INongo.

________________________________________________

Mgr Philippe NKIERE KENA

Mgr Philippe NKIERE KENA
Evêque d'Inongo (2005- )

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE

PETIT SEMINAIRE ST LOUIS DE GONZAGUE
BOKORO

Mgr Jan Van Cauwelaert

Mgr Jan Van Cauwelaert
1er Evêque D'Inongo(1959-1967)

Mgr Léon LESAMBO

Mgr Léon LESAMBO
Evêque Emérite(1967-2005)